Les annotations de Montaigne, notes de lecture et autres documents privés

Parmi les livres de la bibliothèque de Montaigne, plusieurs présentent l’intérêt d’avoir été annotés par Montaigne lui-même à divers âges. Leur numérisation est pour Alain Legros l’occasion de reprendre l’édition de ces notes.

Pour savoir ce que Montaigne lisait et comment il le lisait, le mieux est sans doute d’interroger les Essais.

Plusieurs livres de sa « librairie » ont toutefois été conservés, qu’il a lui-même annotés dans les marges ou en fin de volume, en latin avec un peu de grec, puis en français, depuis l’adolescence (Térence, Ausone, Giraldi) jusqu’aux « avenues de la vieillesse » (Herburt de Fulstin, la Chronique de Flandres, Olivier de la Marche, Quinte-Curce), en passant par l’âge des fonctions parlementaires et de l’entrée en écriture (Nicole Gilles, Lucrèce, César). Les transcriptions commentées de ces notes de lecture, A. Legros les a déjà publiées à la Pléiade en 2007, puis aux Éditions Classiques Garnier (avec les notes encore inédites du Térence) en 2010.

Poursuivant ce travail dans le cadre du projet Monloe  afin d’aider à la lecture des images bientôt numérisées des exemplaires eux-mêmes par les BVH (comme c’est déjà le cas pour le Lucrèce : voir Lucretius), il édite sur nouveaux frais ces quelques 2200 notes de lecture selon trois états successifs :

  • version diplomatique permettant les vérifications érudites,
  • version régularisée prête pour l’encodage,
  • version modernisée ou traduction à l’usage d’un public non spécialisé.

Sont associées à cet ensemble une édition complète, toujours selon trois modes, des notes à caractère familial et seigneurial portées sur l’Ephéméride de Beuther par Montaigne et ses successeurs au château, ainsi qu’une édition renouvelée (couleurs distinctes selon la lisibilité actuelle des lettres, restaurées ou non ; traductions revues) des inscriptions encore lisibles ou décelables au plafond de la « librairie », dont deux inédites s’ajoutent à la dizaine qu’A. Legros avait déjà découvertes et publiées chez Klincksieck en 2000, puis à la Pléiade en 2007. Soit aujourd’hui 68 sentences identifiées et six localisées, que des moyens technologiques nouveaux permettront peut-être de révéler dans un avenir proche.

Alain Legros, 10 juillet 2013

 

Nouvelles publications [juillet 2013]

Publications antérieures




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *