Pour une approche coordonnée autour des anciens possesseurs : compte-rendu de deux journées londoniennes sur l’étude des provenances.

Les 11 et 12 mars 2015 se déroulaient à Londres deux journées sur le traitement des provenances de livres anciens au sein de différentes bibliothèques et projets de recherche européens et mondiaux. Organisées par Raphaële Mouren et Cristina Dondi et soutenues par le groupe Rare Book and Special Collection de l’IFLA[1], le CERL[2] et le projet 15cBooktrade, plusieurs tables rondes eurent lieu dans les locaux du Warburg Institute. Elles ont permis de dresser un état des lieux des outils existants et des besoins techniques pour une meilleure indexation et organisation des données d’anciens possesseurs et de provenances. Ce rassemblement fut l’occasion pour l’équipe des BVH de mettre en perspective le travail effectué sur les provenances dans le cadre de l’informatisation des catalogues régionaux des incunables (CRII). À la suite de l’annonce du financement du projet partenarial « Données de provenance des collections des bibliothèques françaises » par l’Equipex Biblissima, au sein duquel les données provenances du projet CRIICO seront intégrées, ce billet revient sur ces deux journées londoniennes.

Le programme des journées ainsi que les présentations sont disponibles sur le site du CERL : http://www.cerl.org/services/seminars/powerpoint_presentations_warburg

La première journée fut consacrée à la présentation d’outils existants ainsi qu’aux besoins et enjeux autour des données de provenance.

Des bases de données et des outils déjà existants

Une première table ronde rassembla plusieurs intervenants, responsables de bases de données intégrant des marques de provenances et des données sur les anciens possesseurs identifiés dans leur collection. La Biblioteca Historica de l’Université de Salamanque et la Biblioteca Nazionale di Napoli mettent en ligne des images de marques de provenance accessibles via une interface incluant différents critères de recherche : nom de l’ancien possesseur, typologie de la marque, cote au sein du catalogue de la bibliothèque, etc. Michaela Scheibe de la Staastbibliothek de Berlin présenta ensuite la situation allemande : il n’existe pas encore de base de données à l’échelle nationale. Cependant, un wiki recense un grand nombre de marques de provenance et propose un espace de discussion autour d’anciens possesseurs non identifiés. Pour diffuser et stocker les images de marques de provenances, deux institutions ont choisi l’outil de partage d’images Flickr. Laura Aydelotte a présenté le Provenance Online Project (« POP ») de l’Université de Pennsylvanie qui utilise Flickr pour mettre en ligne plus de 11 000 images de provenances à la typologie très variée. La Bodleian Library a également fait ce choix afin d’élargir au grand public la visualisation de ses provenances. Dans les deux cas, Flickr, qui rassemble une grande communauté d’utilisateurs, permet une meilleure visibilité des collections et une participation des internautes à l’identification d’anciens possesseurs inconnus. La collaboration et le libre accès sont des aspects essentiels dans la démarche de ces deux institutions qui partagent également leurs données bibliographiques et descriptives de provenance. L’interopérabilité de ces données et les échanges entre les chercheurs et les bibliothécaires furent les sujets abordés lors de la deuxième table ronde de la journée.

Signature Shakespeare

Vraie ou fausse signature de Shakespeare? – Shakespeare, William. Hamlet. Londres : William Stansby, 1628.
Penn Libraries PR2750.A07 1619.

Collaborer et homogénéiser les pratiques de description

La deuxième intervention regroupa quatre acteurs de la recherche et des bibliothèques s’intéressant aux provenances. James Willoughby (Bodleian Library), Béatrice Delestre (Bibliothèque de l’Institut de France et projet « Provenances » Biblissima), Peter Kidd (Chercheur indépendant) et Cristina Dondi (CERL, 15cBooktrade) évoquèrent la nécessaire collaboration entre bibliothécaires et chercheurs et entre les chercheurs eux-mêmes afin d’homogénéiser et partager les pratiques de description des marques de provenances. Un modèle commun de données contiendrait ainsi une notice par possesseur contenant elle-même des données obligatoires telles que le nom de l’ancien possesseur, ses dates, la date de la marque, sa transcription ou encore la cote de l’ouvrage où se trouve la marque. Certains projets mentionnés plus haut intègrent ce type d’informations (Université de Salamanque, Bibliothèque de Naples, « POP »), tout comme souhaite le faire la base anciens possesseurs du projet CRIICO. La visibilité et l’accessibilité des données sur les provenances sont des questions importantes pour les équipes travaillant sur ce sujet. Si les marques d’anciens possesseurs se situent au niveau de l’exemplaire, elles doivent également être présentes dans les notices bibliographiques pour une meilleure recherche dans les catalogues des bibliothèques. Un lien peut également être fait entre les notices contenant une même marque. Ces informations permettraient de retracer les intérêts littéraires d’un ancien possesseur ainsi que le contenu des collections de bibliothèques privées ou publiques. La Bodleian Library et le projet 15cBooktrade intègrent déjà ces liens ainsi qu’une interface de recherche générale interrogeant les données d’exemplaire mais aussi les données anciens possesseurs (noms, dates, notes) et la typologie des marques (reliure, localisation dans l’ouvrage…).

marie-stuart

Armoiries de Marie Stuart – Présentes sur : Du Choul, Guillaume. Discours de la religion des Anciens Romains. Lyon, 1556.

Un vocabulaire contrôlé

La troisième table ronde s’intéressa plus particulièrement à la question d’un vocabulaire contrôlé pour la description des marques. Beatrice Delestre (Projet « Provenances »), Philip Oldfield (Toronto) et Hanno Wijsman (IRHT), intervenant lors de cette dernière table ronde, ont rappelé l’importance d’une typologie fermée des marques. Cela permettrait de les décrire uniformément et de partager plus facilement ces données. Des difficultés ont cependant été citées : l’importance des corpus des bibliothèques qui contiennent un grand nombre de marques de provenance différentes et le niveau de précision des termes d’indexation. Une liste hiérarchisée de termes descriptifs est déjà établie et disponible sur le site Bibliopat. Néanmoins, ce vocabulaire est amené à évoluer et à être complété pour permettre une homogénéisation et une utilisation simple et rapide par les chercheurs et bibliothécaires. En plus d’un vocabulaire pour les marques de type ex-libris ou notes manuscrites, les trois projets ont abordé la question de l’héraldique et la description des armes. Le vocabulaire de l’héraldique étant très spécifique, l’Université de Toronto et le projet « Provenances » ont choisi de réaliser des guides de description héraldique « pour tous ». Ces compilations de termes descriptifs proposent de partir de différents éléments visibles sur les armoiries (couleurs, formes, motifs, présence d’objets ou d’animaux) et d’utiliser une terminologie simplifiée. Philip Oldfield et Hanno Wijsman ont présenté respectivement les interfaces de recherche de la base de données « Armorial » à Toronto et de Bibale pour l’IRHT. Ces deux sites offrent la possibilité de chercher des imprimés ou des manuscrits à partir de vocabulaire contrôlé : soit de description des marques de provenance soit des termes héraldiques. Cela complète ainsi les moteurs de recherche par anciens possesseurs ou par données d’exemplaires des projets mis en avant lors de cette première journée.

goncourt

Note manuscrite d’Edmond de Goncourt. – Balzac. Modeste mignon ou les trois amoureux. Paris, 1845.
Bibliothèque de l’Institut de France.

Plan d’action

La deuxième journée regroupait des chercheurs et des bibliothécaires travaillant sur les provenances et ayant participé aux tables rondes de la veille. Cette réunion de travail restreinte permit une réflexion sur différents points abordés lors de la première journée. Les thèmes débattus furent l’accès aux données provenances dans les bases de données déjà existantes, la nécessité de métadonnées interopérables ainsi qu’un vocabulaire contrôlé pour la description des provenances et des données relevant de l’héraldique. Le principal enjeu de cette réunion concernait la définition d’une liste minimale de champs de description communs à tous les projets. Ces métadonnées de base pourront ensuite être complétées par des éléments plus complexes. Avant de débattre sur les données minimales à adopter, les discussions portèrent sur l’orientation de l’outil. Devrait-il être conçu comme un réservoir d’images des marques (cf. Projet « POP » ou CERL) ou bien comme une base de données sur les provenances et anciens possesseurs (cf. base du projet « Provenances ») ? Les débats s’orientèrent davantage vers une base de données images plutôt que possesseurs, à la différence de la base envisagée par le projet français « Provenances ». Cristina Dondi souligna ainsi la nécessité d’un lien entre l’image et la description de la marque. Cette dernière peut être trop vague et sommaire pour permettre une identification de l’ancien possesseur, alors que l’image permet un visuel plus précis qu’une description. Enfin, les données indispensables pour décrire les fichiers image furent définie : un identifiant unique pour chaque document, un identifiant du fichier, le type de marque (cf. vocabulaire contrôlé), des notes en texte libre et l’autorité rattachée à la provenance. Des données comme la localisation de la marque au sein du livre, les données bibliographiques et la description précise de la marque furent également citées dans les discussions.

Dans un deuxième temps, les débats portèrent sur le vocabulaire contrôlé pour la description des marques de provenance. Pour Cristina Dondi, la typologie élaborée par le groupe « Provenances » en France semblait être un point de départ intéressant même si elle décrit les marques de provenance et non le fichier image. Les membres présents lors de la réunion soulignèrent la nécessité d’une liste courte de dix termes maximum pour faciliter le travail des catalogueurs. Des grandes catégories pourraient regrouper différents champs descriptifs d’un même type d’élément : ex-libris, annotations, reliures, etc. Les discussions tournèrent ensuite autour d’un vocabulaire contrôlé dédié à l’héraldique. Les termes déjà définis à l’Université de Toronto et par le groupe « Provenances » seraient une première base de cette typologie. Cette dernière devra décrire fidèlement des armoiries avec des champs précis mais simplifiés.

A la fin de la journée, certaines questions firent à nouveau débat. L’incertitude de certaines données (interprétation de la marque de provenance, datation), observée notamment dans les provenances des incunables du projet CRIICO, serait par exemple difficile à exprimer avec un vocabulaire contrôlé. Une indexation classique des dates ne convient pas aux provenances/anciens possesseurs dont la datation n’est que rarement précise. Le modèle adopté pourrait ainsi être différent de celui du catalogage des bibliothèques trop restrictif pour ce type d’éléments. Cependant une zone de description en texte libre ne permettrait que difficilement une indexation exploitable pour un moteur de recherche. Or le schéma de données sur les provenances, discuté lors de ces journées, doit avant tout être interrogeable et ouvert. Cela doit permettre, à terme, un regroupement dans un même moteur de plusieurs bases de données, que ce soit pour l’interrogation des anciens possesseurs ou, plus largement, pour des autorités sur des acteurs du livre à partir du XVème siècle.

[1] Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’institutions

[2] Consortium of European Research Librairies

 

biblissima_bleu_IA_fond-blanc_278x58

Projet Biblissima CR2I (2013-14) et CRIICO (2015) : ANR-11-EQPX-0007


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *