Paradoxale fidélité : éditer le manuscrit du Cinquième livre de Rabelais

Du manuscrit autographe à la théorie des brouillons

En mars 1847, Paul Lacroix (alias le Bibliophile Jacob) publia dans le Journal des débats l’annonce d’une découverte importante : il venait d’identifier, dans les collections de la Bibliothèque royale, un  manuscrit du XVIe siècle dont les 146 feuillets renfermaient une copie du Cinquième livre de Rabelais. Ayant comparé son écriture à celle d’une lettre de Rabelais (dont l’authenticité s’avéra douteuse), Lacroix considérait ce volume comme autographe et y voyait le témoignage sûr de l’attribution du Cinquième livre à l’auteur du Pantagruel. Le manuscrit français n° 7981 (devenu depuis le manuscrit français 2156) ne pouvait manquer d’attirer l’attention des érudits ; il procurait notamment une version du texte très différente de l’édition originale imprimée en 1564 (soit onze ans après la mort de Rabelais) et comptait même plusieurs chapitres inédits.

btv1b8571100w

BnF, manuscrit français 2156, f. 1 – Source : gallica.bnf.fr

Lire la suite