Comment traiter les recueils ? L’exemple des Discours non plus mélancoliques que divers (1547-1556), attribués à Elie Vinet. | Marie-Luce Demonet, 7 déc. 2017, ITEM

La prochaine séance du séminaire « Génétique éditoriale de la première modernité – De l’édition critique à l’analyse de corpus » se tiendra Jeudi 7 décembre 2017, 15h-17h à l’ITEM (salle 159, 59/61, rue Pouchet 75017 Paris)

Comment traiter les recueils ? L’exemple des Discours non plus mélancoliques que divers (1547-1556), attribués à Elie Vinet.
par Marie-Luce Demonet (Bibliothèques virtuelles humanistes, BVH, CESR, Tours)

Même s’il est probable que cet ensemble de chapitres soit attribuable à un même auteur, Élie Vinet, il mérite un traitement particulier du fait de son hérérogénéité, qui l’apparente à un recueil : les 20 premiers chapitres relèvent du genre assez indéterminé du « discours », mais le dernier, « La maniere de bien & justement entoucher les Lucs & Guiternes » est nettement technique, une « manière de », d’un contenu différent des précédents, alors que l’encodage en XML/TEI ne le laisse pas apparaître dans la structure.

Nous examinerons les façons de rendre plus clair cet agencement en recueil (édition numérique en ligne sur BVH-Epistemon : http://xtf.bvh.univ-tours.fr/xtf/view?docId=tei/B861946101_DP1139/B861946101_DP1139_tei.xml)

 

Séminaire organisé par : Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace, IUF) & Richard Walter (ITEM-CNRS)

Intervention au séminaire de Génétique éditoriale de la première modernité – « De l’édition critique à l’analyse de corpus » | ITEM, Paris, 7 déc. 2017

Intervention de Marie-Luce Demonet (Pr émérite, CESR, IUF – Responsable Epistemon) le Jeudi 7 décembre 2017, au séminaire « Génétique éditoriale de la première modernité » organisé par Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace, IUF) & Richard Walter (ITEM-CNRS).

Cette année, l’accent sera mis sur la mise en réseaux des pièces poétiques de recueils et sur la manière d’en rendre compte au sein d’une édition critique. Dans quelle mesure l’encodage numérique des textes permet-il de rendre lisibles et interrogeables les variantes textuelles apparues lors des rééditions des pièces en divers recueils ? comment la prise en considération des variantes permet-elle d’éclairer la circulation des pièces d’un recueil à l’autre ? dans quelle mesure le changement de perspective, du recueil à la pièce, nécessite-t-il la production de nouveaux outils adaptés à l’exploitation des corpus complexes ?

Lire la suite