TypoReF : étudier les matériels d’imprimerie de la Renaissance française

Poinçons des Grecs du Roi gravés par Claude Garamont vers 1542, conservés au cabinet des poinçons de l’Imprimerie nationale (cliché : Rémi Jimenes)

TypoReF (Typographie de la Renaissance Française, 1470-1640) est un projet financé par l’Agence nationale de la recherche pour une durée de quatre ans (2023-2027).

Conçu dans une démarche interdisciplinaire, il a pour ambition de recenser, décrire et étudier les matériels typographiques français de la Renaissance en développant des outils de recherche qui permettront l’exploitation scientifique de corpus de livres numérisés et en mettant en place une plateforme numérique dédiée, intégrée au portail des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ».

Objet de la recherche

Dans l’histoire de la typographie, la Renaissance apparaît comme le moment d’élaboration d’un véritable « langage commun », une période de transition au cours de laquelle les caractères romains et italiques s’imposent progressivement à l’ensemble du lectorat européen au détriment de la tradition gothique. Ce changement de répertoire graphique implique une rénovation des matériels décoratifs (lettrines, bandeaux, fleurons, culs-de-lampe) et le développement de nouveaux modes de mise en page. C’est « la naissance du livre moderne » (H.-J. Martin).

Dans cette histoire européenne, la France occupe une place spécifique. Si la tradition gothique y domine d’abord largement le paysage éditorial, tout change vers la fin des années 1520 sous l’effet d’une politique culturelle volontariste menée par l’entourage de François Ier. On généralise l’emploi des caractères romains jusqu’alors réservés aux textes humanistes latins et néo-latins, en l’étendant aux œuvres en langue vernaculaire. Ce processus de « romanisation » du livre français s’accompagne d’une recherche esthétique : rompant avec les modèles bâlois et strasbourgeois qui dominaient jusqu’alors, les typographes parisiens affinent la silhouette de leurs caractères en s’inspirant dans un premier temps des modèles élaborés à Venise par Alde Manuce. C’est le début d’une véritable « révolution aldine » à Paris. Dans les années 1540-1550, le phénomène s’étend à l’ensemble du royaume grâce aux fontes produites par des graveurs comme Claude Garamont, Robert Granjon ou Pierre Haultin, qui cessent de suivre les modèles italiens pour développer leur propre design graphique. Au même moment, le pouvoir royal favorise le renouvellement des matériels décoratifs : à partir de 1544, les anciens ornements à fond criblé ou azuré sont progressivement remplacés par des lettrines, des encadrements et des bandeaux à fond clair, qui utilisent le vocabulaire ornemental de la grande galerie de Fontainebleau et participent ainsi à la promotion d’une esthétique « royale ». Développée dans les dernières années du règne de François Ier, cette esthétique bellifontaine, maniériste, se déploie massivement dans le livre français sous Henri II et Charles IX. Elle est promue par quelques-uns des auteurs les plus en vue, notamment les poètes de la Pléiade. De leur côté, les plus grands artistes du royaume, tels Jean Goujon, Jean Cousin, Baptiste Pellerin (à Paris) et Bernard Salomon (à Lyon), dessinent illustrations et éléments décoratifs pour le livre imprimé.

Le succès rencontré par ces nouveautés typographiques est à la fois rapide, durable et international. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, les décors et les caractères produits pour le marché français sortent des frontières du royaume pour gagner les imprimeries d’Angleterre, des Pays-Bas, de l’Espagne ou du Saint-Empire. Les caractères gravés par Claude Garamont, Robert Granjon, Michel Du Boys ou Pierre Haultin se retrouvent ainsi dans le catalogue des principales fonderies de caractères européennes, où ils se maintiendront pendant plus de trois cents ans, jusqu’à l’arrivée des caractères néo-classiques (ceux de Bodoni et des Didot) à la fin du XVIIIe siècle. Ce succès se prolonge de nos jours dans l’édition, où dominent encore largement les caractères dérivant du « Garamond ».

Le projet TYPOREF a pour ambition d’éclairer les conditions dans lesquelles se sont élaborées puis imposées sur l’ensemble du continent européen ces formes typographiques nouvelles et partagées. 

Trois hypothèses originales

 Pour appréhender cette histoire, nous formulons les hypothèses de recherche suivantes :

  1. Les évolutions des modes de mise en page dans le royaume de France à la Renaissance sont largement conditionnées par l’action culturelle du roi et de son entourage, ou par les intentions que les typographes leur prêtent ; elles sont donc, à ce titre, éminemment idéologiques.
  2. Sur le plan des innovations graphiques, le rapport de Paris et des villes de province ne se réduit pas à une relation émetteur/récepteur : on voit émerger dans les principaux centres éditoriaux (et notamment à Lyon) des choix de mise en page spécifiques qui méritent d’être étudiés pour eux-mêmes.
  3. La forme des matériels d’imprimerie et leur utilisation dépendent des conditions concrètes de leur production, de leur coût de fabrication et de leur valeur commerciale, qu’il convient donc de mieux connaître pour comprendre les évolutions à l’œuvre.

Objectifs du projet

Pour vérifier ces hypothèses, le projet TYPOREF se donne les objectifs suivants :

  1. Identifier les principaux acteurs impliqués dans l’évolution des formes typographiques et dans la circulation des motifs (dessinateurs, graveurs, imprimeurs, libraires, mécènes et donneurs d’ordre) et analyser les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres.
  2. Mieux connaître les conditions concrètes de production, de vente et de circulation des matériels typographiques en étudiant documents d’archives et matériels originaux.
  3. Développer des outils informatiques d’analyse d’images – en partenariat avec le LIFAT (Laboratoire d’informatique de Tours) – dédiés à l’étude des matériels d’imprimerie anciens, en exploitant les possibilités offertes par les bibliothèques numériques, grâce notamment au protocole d’échange d’images IIIF (International Image Interoperability Framework).
  4. Réunir des données de référence au sein d’une « Base de Typographie de la Renaissance », publiée sur la plateforme des Bibliothèques Virtuelles Humanistes, qui permettra la comparaison, l’identification et la description de caractères et d’ornements, en s’appuyant sur les données de la version bêta de la Base de typographie de la Renaissance élaborée en 2013, dont la structure sera largement repensée et étendue dans le cadre du projet, et qui couvrira un large échantillon de la production éditoriale française de la Renaissance. Sans prétention à l’exhaustivité, le projet vise le traitement et l’indexation d’un corpus jugé représentatif, comptant 20 000 à 30 000 occurrences d’ornements gravés et 200 à 300 polices de caractères.

Sources et corpus

Le corpus pris en charge portera sur les matériels en usage dans les imprimeries du royaume de France au cours d’une période qui va de l’installation des premières presses à Paris (1470) à la fondation de l’Imprimerie royale (1640). Faire remonter les investigations au début de la période incunable permettra d’étudier le long processus de gestation qui aboutit au triomphe de la lettre romaine, à l’arrivée de l’italique et à l’invention de l’ornement bellifontain dans les années 1530-1550 ; prolonger l’enquête jusqu’en 1640 permettra d’étudier la diffusion des nouvelles formes à travers tout le royaume (et au-delà) et d’embrasser l’histoire du livre sur une longue Renaissance, jusqu’à l’épanouissement de la typographie baroque.

Pour remplir ces objectifs, le projet s’appuiera sur trois types de sources complémentaires :

  • On s’attachera d’abord à l’étude des matériels originaux qui subsistent dans des collections muséales. Les poinçons, matrices, caractères et planches gravées de la Renaissance française sont aujourd’hui préservés dans trois principales institutions, qui ont accepté d’être les partenaires scientifiques du projet : le Musée Plantin-Moretus (Anvers), le Musée de l’Imprimerie (Lyon) et l’Imprimerie nationale (Flers-en-Escrébieux). L’étude des matériels subsistants, qui viendra nourrir les réflexions et les publications issues du projet, permettra la mise en œuvre d’une véritable archéologie des techniques d’imprimerie, afin de mieux connaître les conditions de fabrication et de circulation des matériels. On s’appuiera, pour ce faire, sur l’expertise des conservateurs responsables de ces collections muséales partenaires du projet, mais également sur celle de typographes professionnels qui s’attachent à reconstituer les techniques anciennes dans une démarche d’archéologie expérimentale.
  • Pour documenter l’origine, la circulation, la valeur des matériels repérés, le projet s’appuiera par ailleurs sur un ensemble de documents tirés des dépôts d’archives publics, et notamment des minutes notariales dans lesquelles se rencontrent contrats de location, commandes de bois gravés ou inventaires d’ateliers… Les transcriptions de ces documents seront versées sur la plateforme ReNumAr (Ressource numérique pour l’édition des Archives de la Renaissance) du Centre d’études supérieures de la Renaissance (base « De minute en minute, 2.0 »). Lorsqu’un lien pourra être établi avec des matériels signalés dans la Base de Typographie de la Renaissance, la notice correspondante sera systématiquement enrichie et reliée à l’analyse et à la transcription du document.
  • L’enquête reposera enfin sur les fac-similés de livres imprimés de la Renaissance publiés dans différentes bibliothèques numériques, dont les images en haute définition sont accessibles grâce au protocole d’échange IIIF, principalement (mais pas exclusivement) les Bibliothèques Virtuelles Humanistes et Gallica. Le projet permettra de recenser, décrire et indexer les caractères fondus et les matériels décoratifs gravés de toute nature (bandeaux, fleurons, culs-de-lampe, lettrines, marques…), à l’exclusion des illustrations — ces dernières nécessitent en effet une indexation particulière et des compétences spécifiques en iconographie. Le projet ne vise pas à constituer une base de données absolument exhaustive, mais à créer une collection représentative de la complexité et de l’évolution des formes de la typographie française à la Renaissance. Les ouvrages à traiter seront sélectionnés au cas par cas, selon une expertise qui reposera sur la conjugaison de différents critères : originalité/fréquence des matériels présents, importance relative de l’imprimeur dans l’histoire des textes, caractère spectaculaire ou au contraire modeste de la publication… Une attention toute particulière sera prêtée aux éditions anonymes dont on espère pouvoir identifier l’imprimeur grâce à l’analyse typographique.

Rémi Jimenes, coordinateur du projet TypoRef (CESR)

Partenaires du projet TypoRef :

ANR TypoReF : Typographie de la Renaissance Française (1470-1640) – ANR-22-CE27-0009



Citer ce billet
Rémi Jimenes (2023, 25 avril). TypoReF : étudier les matériels d’imprimerie de la Renaissance française. Bibliothèques Humanistes. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m62g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.