Atelier annuel 2013 du consortium CAHIER, 10 décembre 2013, Paris : État des lieux et perspectives

Des membres de l’équipe des BVH assistaient ce mardi 10 décembre à l’atelier annuel du consortium CAHIER – consortium « corpus d’auteurs : humanités, informatisation, édition et recherche » – de la TGIR Huma-Num. Les BVH en sont membre depuis sa labellisation par la TGIR en 2011, au titre de son corpus Epistemon (édition numérique de textes imprimés et manuscrits du XVIème) et plus particulièrement de ses corpus « Rabelais » et « Montaigne ».

 La première partie de la matinée consacrée à l’assemblée générale – menée par Marie-Luce Demonet, représentante au bureau et au comité de pilotage du consortium – a permis de rappeler les origines du consortium, de présenter l’avancement des travaux en 2013 et les objectifs pour 2014. Outre ce bilan, cet atelier annuel souhaite permettre d’introduire les nouveaux projets membres mais aussi de présenter des expériences et mises en œuvre de projets ou laboratoires étrangers, dans l’optique constante de situer CAHIER par rapport à la communauté internationale, de se remettre ainsi en question et de tendre vers les objectifs définis.

Le consortium, porté et géré en 2011 par le CESR de Tours, UMR du CNRS, est désormais géré depuis 2012 par la MSH Val de Loire et coordonné par Laurence Rageot (IR CNRS, également coordinatrice de l’atelier numérique de la MSH) sous la direction de Marie-Luce Demonet. Le CESR en reste néanmoins porteur bien que le pilotage et la « non-gouvernance » se veuillent évolutifs et consensuels entre les 23 projets d’ores et déjà membres labellisés, impliquant de fait 93 chercheurs et conservateurs, et 39 ingénieurs et techniciens. Contrairement aux consortiums des linguistes « Corpus Ecrits » et IRCOM qui reposent sur des communautés déjà constituées de deux fédérations pré-existantes, la communauté CAHIER s’organise progressivement. Parmi les nouveaux membres de CAHIER : le projet d’édition électronique de la correspondance de Flaubert à Rouen, le projet « Journaux d’Alexandre Dumas » à Lyon, les corpus hispaniques de l’ITEM à Paris, le projet Michelet à Paris VII et le projet « Sociorama » de Reims.

On notera que les consortiums de la TGIR Huma-Num ne possèdent pas de statut juridique légal et ne bénéficient que d’un accord de labellisation de la TGIR (elle-même constituée d’un comité scientifique et d’un comité de pilotage). La possible implication comme partenaire reconnu en tant que tel dans des projets nationaux ou européens, et son positionnement dans le paysage de la recherche, constituent l’un des questionnements actuels auxquels il faudra répondre, d’autant plus que les SHS et les disciplines relevant des Humanités numériques voudront participer aux appels d’Horizon 2020.

Le périmètre de CAHIER ne se veut pas limitatif. Il intègre, parmi d’autres, des projets dont les données textuelles sont encore à établir. Les principes prévalant pour toute adhésion sont : la lisibilité et la disponibilités des textes dans leur version intégrale (et non fragmentaire, par exemple des extraits ou citations seulement), le partage des outils et des méthodes, l’harmonisation des méthodes (et non la standardisation, afin de conserver la richesses des particularités et les spécificités des corpus) ainsi que leur stabilisation (et non leur « pérennisation », terme dont l’usage est abandonné en raison de la temporalité sur laquelle les communautés concernées ne peuvent s’engager). L’intégralité des corpus aura vocation à constituer une « collection CAHIER » (groupe de travail WebOAI), accessible depuis le portail web du consortium, en cours de développement et reversé dans Isidore.

L’intégration de projets de corpus d’auteurs du XXème siècle, souvent sous droits,  est problématique au vu des principes évoqués du consortium : la mise à disposition en version intégrale des textes requiert l’accord des ayants droit, voire des maisons d’éditions dans le cas où des contrats pré-établis font mention d’une clause sur les publications numériques. Afin d’éviter toute exclusion, le statut de « membre associé » est pour l’instant proposé, ouvrant aux mêmes possibilités qu’un membre à part entière, sauf pour l’obtention d’une subvention des travaux qui ne pourraient être publiés librement.

Le budget 2013 du consortium fait état de 2 principaux postes de dépenses : les subventions redistribuées par projets membres (sous réserve des cofinancements attribués et de l’engagement à une publication ouverte et gratuite à court terme) et les dépenses de fonctionnement, majoritaires, incluant : le cofinancement de formations, l’organisation complète de formations et ateliers ainsi que la prise en charge des frais de missions et de formation pour les membres. On pourra citer entre autres : les deux formations « Encodage des manuscrits d’auteurs (brouillons, épreuves corrigées) » dispensées par Elena Pierazzo (King’s college, Université de Londres) en février et novembre au CESR de Tours, l’atelier « WebOAI, interopérabilité des métadonnées pour les humains » en novembre à Paris, la 2ème session de l’atelier « sources éditées : du texte à la structure, de la structure aux formes » en juillet à Grenoble, etc.

Parmi les ateliers et formations prévus en 2014 : une journée « PhiloLogic »,  deux formations au langage XSLT (niveau 1 et niveau 2), une formation à XML-TEI (niveau 2), un atelier « Fonctions analytiques et édition électroniques » (titre provisoire) à Lyon sur les besoins pour l’analyse des textes, ce qui fait suite à l’atelier de Grenoble (juillet 2013), et une troisième session de l’atelier « Encodage des manuscrits d’auteurs ».

Outre les formations, le consortium coordonne 3 groupes de travail :

(1) Les questions juridiques : mené par Denise Pierrot (ENS, Lyon) le groupe de travail vise à établir 3 documents détaillés et adaptés aux cas rencontrés par les membres de CAHIER (voir : http://www.cahier.paris-sorbonne.fr/missions-et-objectifs/groupe-questions-juridiques/). Le premier, centré sur les clauses à stipuler dans les contrats avec les éditeurs pour conserver les droits en vue d’une publication d’une version électronique, est en cours de finalisation et sera publié en début d’année 2014. Ces « recommandations » relues au préalable par un avocat, devront garantir la crédibilité des auteurs dans les rapports et négociations avec les maisons d’éditions, mais avant tout permettre d’anticiper les problèmes éventuels.

(2) WebOAI : la constitution de la collection et du modèle de données CAHIER. Pour en savoir plus : http://sourceforge.net/p/weboai/wiki/Home/

(3) La typologie et les genres des corpus de textes : ce nouveau groupe de travail est en cours de constitution. La réflexion collective espère aboutir à une entente sur la terminologie des domaines et des genres afin de faciliter le filtrage et l’interrogation des corpus au sein des portails et outils numériques.

 

Programme complet de la journée : http://www.cahier.paris-sorbonne.fr/2013/11/atelier-annuel-cahier-10-decembre-2013-paris-2/

Site du consortium CAHIER : http://www.cahier.paris-sorbonne.fr/

Site de la MSH Val de Loire : http://msh.univ-tours.fr/

 


Une réflexion au sujet de « Atelier annuel 2013 du consortium CAHIER, 10 décembre 2013, Paris : État des lieux et perspectives »

  1. Ping : Atelier annuel 2013 du consortium CAHIER: Etat des lieux et perspectives | Labs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *