Colloque « Rabelais 1523-2023. La genèse poitevine d’un géant » | 8-10 juin 2023

Colloque international et pluridisciplinaire organisé par Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers, FoReLLIS), Stéphan Geonget (Université de Tours, CESR), Romain Menini (Université Gustave-Eiffel, LISAA)

L’étude de l’œuvre rabelaisienne a connu ces vingt dernières années un renouveau spectaculaire. Des avancées majeures ont eu lieu. Elles ont notamment mis en évidence l’importante activité de Rabelais comme éditeur savant à partir de 1532. Des découvertes aussi fortuites qu’essentielles ont par ailleurs mis sous les yeux des spécialistes du texte des fragments rabelaisiens jusqu’alors tout à fait inconnus. Nul n’ignore plus désormais à quel point Rabelais se nourrit d’un savoir immense, proprement gigantesque, qu’il soit littéraire, médical, juridique, botanique, militaire ou astrologique.

Profitant d’un heureux hasard et de l’occasion propice ‒ dont Ponocrates rappelle dans le Gargantua qu’elle est chevelue sur le devant de la tête mais chauve sur l’arrière ‒, les organisateurs de ce colloque aimeraient, à l’occasion des 500 ans de la présence de Rabelais à Fontenay-le-Comte et Maillezais, interroger les jeunes années et la formation du géant en devenir. Nous voudrions saisir en quelque sorte Rabelais in statu nascendi, au moment où il fait ses premières armes intellectuelles, au moment où il se passionne pour l’étude du grec et où, dans la discussion érudite et la correspondance avec certains des plus grands esprits du temps, il découvre des pans entiers de savoir – le droit notamment par l’entremise essentielle de grands juristes du lieu, comme le docte Tiraqueau –, mais aussi la botanique, la philologie et l’histoire.

C’est donc Rabelais avant Rabelais ‒ ou, du moins, avant Alcofribas ‒ que nous aimerions aller rencontrer, dans son milieu et sur ses terres du Bas-Poitou, de Fontenay-le-Comte à Maillezais en passant par Coulonges-sur-l’Autize et Vouvant, précisément sur les lieux mêmes où il fut moine « moinant de moinerie », d’abord chez les franciscains puis, comme frère Jean, chez les bénédictins. C’est en effet pendant ces vertes années qu’il rencontra les « beaux esprits » qu’étaient André Tiraqueau, Pierre Amy (ou Lamy), Geoffroy d’Estissac et tout leur cercle de proches, mais aussi d’autres figures marquantes et mythiques de cette région comme Mélusine ou son redoutable fils Geoffroy la Grand’dent, dont il conserve l’empreinte mémorielle parsemée dans son œuvre bien des années plus tard.

De cette époque de moinage semblent dater non seulement son goût pour les légendes orales ou écrites, aptes à nourrir les chroniques vernaculaires, mais aussi son intérêt prononcé pour les livres latins et grecs de l’Humanisme triomphant. La bibliothèque rabelaisienne, certes aujourd’hui fragmentée et incomplète (serait-elle augmentée de celle de ses amis et de ses protecteurs), n’a pas encore livré tous ses secrets ; certains exemplaires lus dans la première moitié des années 1520 restent à étudier. De plus, ce qui nous est parvenu de la correspondance à trois entre Budé, Amy et Rabelais ‒ dont l’édition critique reste à faire ‒ est exemplaire de l’effort qui fut celui des deux « dioscures de Fontenay-le-Comte » pour déclarer leur soif d’étudier comme pour se faire connaître de leur maître et héros parisien : Guillaume Budé, premier helléniste du royaume et figure de proue d’un renouvellement du droit à la française. Mais de quel droit, justement, nos deux frères poitevins s’autorisaient-ils pour rêver ainsi de maîtriser le grec, de concilier méthématiques et théologie ou encore d’apprivoiser une discipline juridique enfin réconciliée avec la Philologie budéenne, méthode et fondement d’une culture « encyclopédique » ? On sait qu’une telle passion érudite ne fut pas du goût des autorités franciscaines, qui confisquèrent aux deux amis leurs livres grecs. A-t-on seulement fait toute la lumière sur cette période où l’étude devait s’apparenter à un acte de résistance ? A-t-on mesuré tout ce que ce moment d’apprentissage put avoir de décisif dans la formation de l’écrivain, bientôt appelé à devenir lui-même géant parmi ses géants ?

Vingt ans après le colloque Les Grands Jours de Rabelais en Poitou organisé par Marie-Luce Demonet, lequel avait remis les realia au cœur de la réflexion des études littéraires, il était temps de reprendre ce chemin. Quitte à se rendre, comme Alcofribas, sur les lieux, en chaussant des « bezicles » et en prenant une torche pour y voir plus clair, nous poursuivons le voyage en transportant notre colloque pluridisciplinaire sur les lieux mêmes où Rabelais, s’ouvrant à toutes les disciplines du savoir, forgea son esprit d’homme de lettres.

Programme

Date(s) : du 8 juin 2023 au 10 juin 2023

Lieu(x) :

Fontenay-le-Comte – Hôtel de Ville, salle d’honneur
Maillezais – Abbaye de Maillezais, salle de l’Hôtellerie
Coulonges-sur-l’Autize – Château Renaissance
Vouvant – Salle des fêtes

> Télécharger le programme (PDF)

JEUDI 8 JUIN / Fontenay-le-Comte

  • 9h Accueil des participants
  • 9h30 Mot d’accueil par le maire de Fontenay-le-Comte
     
  • 10h – LE DROIT EN POITOU DANS LES ANNÉES 1520
    Pierre-Yannick Legal – Université de Nantes
    Le Bas-Poitou de Rabelais : pour en finir avec le Moyen Âge
    Didier Veillon – Université de Poitiers
    De quelques considérations et digressions sur le droit des fiefs dans la coutume de Poitou à travers le De nobilitate de Tiraqueau et d’autres auteurs de l’ancienne France
    Xavier Godin – Université de Nantes
    La Forme et ordre de plaidoirie de Jean Bouchet
     
  • 14h – LE DROIT DANS L’OEUVRE DE RABELAIS
    Luigi-Alberto Sanchi – CNRS
    Comment Guillaume Budé a inspiré Rabelais
    Nicolas Le Cadet – Université Paris-Est Créteil
    De Fontenay-le-Comte à la fiction gigantale : l’humanisme juridique dans Pantagruel
  • 15h30 Pause café
    Raphaël Cappellen – Université Paris-Cité
    Un érudit très discret : Briand Vallée
    Mireille Huchon – Sorbonne Université
    Alchimie du verbe
     
  • 17h15 – Visite commentée de la ville Renaissance par William Chevillon, médiateur culturel, auteur de À la découverte de Fontenay-le-Comte (Centre Vendéen de Recherches Historiques, 2020)
  • 18h – Médiathèque Jim-Dandurand de Fontenay-le-Comte
    Présentation d’ouvrages du XVIe siècle et du Tout Rabelais (Bouquins, 2022) par l’équipe des auteurs

VENDREDI 9 JUIN / Maillezais et Coulonges-sur-l’Autize

  • 9h – UN MOINE MOINANT EN POITOU / Abbaye de Maillezais
    Jean-Marie Guérin – Société des Amis de Rabelais
    Le Bas-Poitou et l’Aunis dans l’œuvre de Rabelais
    Loïc Bienassis – Université de Tours
    Rabelais et les nourritures monastiques. Au-delà du moine paillard
  • 10h30 – Pause café
    Ludovic Viallet – Université Clermont Auvergne
    La religion de Rabelais : être franciscain au début du XVIe siècle
    Claude La Charité – Université du Québec à Rimouski, Canada
    Geoffroy d’Estissac, « exemple achevé de droiture, de mesure et de culture »
     
  • 12h30 – Visite commentée de Maillezais par Anne Billy, docteure en Histoire de l’Art du Moyen Âge, chargée d’études historiques pour les périodes médiévale et moderne au sein de la Conservation des Musées et des Expositions du Département de la Vendée
     
  • 14h30 – S’ABREUVER AUX BONNES SOURCES / Coulonges-sur-l’Autize
    Raphaële Garrod – Université d’Oxford, Royaume-Uni
    Proclus, sans l’enthousiasme ? Rabelais et la cosmographie mathématique
    Marie-Luce Demonet – Université de Tours
    Sur un pseudo-Josèphe de l’ancienne bibliothèque de Maillezais, le Josippus Liber
  • 16h – Pause café
    Olivier Pédeflous – Paris
    Rabelais et les bibliothèques partagées dans les cénacles poitevins
    Dominique Brancher – Université de Bâle, Suisse
    « Medice cura teipsum » : la pharmacie rabelaisienne au prisme de Tiraqueau
     

SAMEDI 10 JUIN / Vouvant

  • 9h – RABELAIS MÉDECIN, ARCHITECTE, POÈTE
    Guillaume Berthon – Université de Toulon
    Rabelais en ses gammes poétiques
    Olivier Séguin-Brault – Université du Québec à Rimouski, Canada et Université de Tours
    La main de l’artisan : bâtisseurs et architectes dans l’entourage de Rabelais (années 1520)
    Aya Iwashita-Kajiro – Université Keio de Tokyo, Japon
    Le château de Lusignan et Mélusine dans l’œuvre de Rabelais
     
  • 11h – Conclusions du colloque et cocktail final
  • 11h30 – Découverte de l’orgue de Vouvant : Concert (Couperin, Bach) par Christine Métay-Segui, organiste de Notre-Dame de Fontenay-le-Comte
  • 14h30 – Visite commentée de Vouvant par Ludovic Géron, médiateur culturel

Contact

Myriam Marrache-Gouraud : myriam.gouraud@univ-poitiers.fr



Citer ce billet
Sandrine Breuil (2023, 21 avril). Colloque « Rabelais 1523-2023. La genèse poitevine d’un géant » | 8-10 juin 2023. Bibliothèques Humanistes. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m62d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.