Clôture & bilan du projet « Bibliothèque de Raymond Marcel » : Bilan scientifique & perspectives (BiRayMa 2019-2021, CollEx-Persée) – Partie 2/2

Lauréat de l’appel à projets CollEx 2018 (2de vague) pour le dossier déposé dans la catégorie collaborative « numérisation », le projet BiRayMa – Bibliothèque de Raymond Marcel visait à financer des actions de numérisation, de production de métadonnées et de publication portant sur un corpus de livres anciens issus du fonds Marcel de la Bibliothèque municipale de Tours.

Le contenu de ce billet de blog (Partie 2/2) est extrait du bilan scientifique & technique de clôture remis au CollEx-Persée en juillet 2021 et publié en PDF sur leur site web.

Ex-libris de Raymond Marcel – Horatius Flaccus, Quintus. Paris : Michel de Vascosan, 1545.

Le projet BiRayMa a ainsi permis la numérisation et la publication de près d’une soixantaine d’ouvrages du fonds Marcel, choisis selon différents critères relevant tout à la fois de leur importance historique (intérêt/qualité du texte, représentativité des pratiques culturelles de la Renaissance), de la qualité des exemplaires (provenance, reliure, annotations) et de leur rareté (manuscrits, exemplaires uniques, éditions non numérisées ailleurs).

Sommaire

[Dans le précédent billet de blog : Partie 1/2]
1. Rappel du projet et de ses objectifs tels que formulés en 2018
2. Rapport d’activité : descriptif des travaux réalisés
    Phase 1 : recherches exploratoires et analyse du corpus
    Impact de la crise sanitaire : mise à jour du calendrier et redéfinition des objectifs
    Phase 2 : campagne de numérisation
    Phase 3 : publication

[Dans ce billet de blog : Partie 2/2] :

3. Bilan scientifique
    Les lectures de l’abbé Marcel : œuvres phares et textes oubliés
    Manuscrits et raretés bibliographiques
    Étude des provenances
    Enjeu réflexif : Raymond Marcel et les études renaissantes
4. Perspectives : communication et impact

Les lectures de l’abbé Marcel : œuvres phares et textes oubliés

Ont été retenus des textes particulièrement représentatifs des pratiques culturelles de la Renaissance. Le courant préréformateur de la Devotio moderna se trouve ainsi représenté par un rarissime recueil d’éditions données à Augsbourg par Gunther Zainer, vers 1473, dans lequel les traités de Gerson et de saint Augustin voisinent avec l’édition originale de l’Imitatio Christi (Rés. 3551). Les pratiques religieuses sont également représentées par Le Manuel de la grand phrairie des bourgeoys et bourgeoyses de Paris publié par Didier Maheu en 1534 (Rés. 3841). Parmi les œuvres retenues se trouvent quelques-uns des textes phares de la fin du Moyen Âge, comme une rare édition incunable de la Legende doree de Jacques de Voragine (Rés. 3602) ou la première édition illustrée de la Divine comedie de Dante accompagnée du commentaire de Landino, imprimée à Venise en 1481 (Rés. 7854).

Petrarca, Francesco. Avignon : Barthélemy Bonhomme, 1555. Cote : Rés. 3881

Les grands auteurs étudiés par Raymond Marcel sont tous représentés : Pétrarque par une traduction française des Euvres vulgaires (Avignon, 1555 ; Rés. 3881) et une traduction des Triumphes (Lyon, 1531 ; Rés. 3890) ; Érasme par une rarissime édition de l’Enchiridion militis christiani (Bâle, 1518 ; Rés. 3749 (2)) ou un précieux exemplaire des Adages annoté par Jean Grolier (Venise, 1508 ; Rés. 3744) ; Pic de La Mirandole par une contrefaçon lyonnaise de l’édition vénitienne de 1496 (Rés. 3590). Naturellement, Marsile Ficin est l’auteur dominant de notre sélection. Outre divers traités philosophiques en langue originale ou en traduction française, l’œuvre ficinienne est représentée par la traduction latine des œuvres complètes de Platon (Venise, Torresani, 1491 ; Rés. 7860). Au total, les éditions ficiniennes constituent à elles seules près de 10 % du corpus total numérisé.

L’abbé Marcel attachait une importance toute particulière à la production littéraire française du XVIe siècle. Si les œuvres de Rabelais ou des poètes de la Pléiade, déjà largement numérisées par ailleurs, n’ont pas fait l’objet d’une numérisation, quelques éditions plus rares ont retenu notre attention, telle la rarissime édition originale du Labirynthe de Fortune de Jean Bouchet (Rés. 3663). Marcel avait par ailleurs réuni une collection très importante de traductions françaises dans des éditions souvent très rares. Par ces traductions se trouvent représentés de nombreux auteurs antiques, tels Cicéron (De la nature des Dieux, 1581 ; Rés. 3704), Platon (Criton, 1547 ; Rés. 3905) ou Aristote (Les Problemes, 1554, Rés. 3623), mais également des humanistes italiens comme Pietro Bembo (Les Azolains, 1545, Rés. 3634) ou Marsile Ficin (Commentaire sur le Banquet de Platon, 1547, Rés. 3771 ; Discours de l’honneste amour, 1558, Rés. 3772).

[Coutume. Touraine. 1536]. Tours : Mathieu Chercele ; Jean Richart, 1536. Cote : Rés. 3714

Tourangeau d’origine, Marcel avait décidé de léguer à sa ville natale sa bibliothèque. Ainsi s’explique le sensible « tropisme tourangeau » de sa collection. Le projet BiRayMa a ainsi permis de numériser différentes impressions tourangelles, comme le Coustumier et stilles du Bailliage et Duche de Touraine publié en 1536 par Mathieu Chercelé pour Jean Richard (Rés. 3714), ou une édition des Cantiques du sieur de Valagre publiée en 1592 par Georges Drobet (Rés. 3972). À la Touraine se rattache également l’édition des Morales d’Epictete, de Socrate, de Plutarque et de Seneque imprimée sur la presse privée du château de Richelieu par Étienne Migon en 1653 (Rés. 3741).

Dans le cadre du projet BiRayMa, nous nous sommes naturellement attachés à identifier et à numériser les éditions les plus rares de la bibliothèque de Raymond Marcel. Parmi celles-ci figure par exemple une rarissime édition du Catalogue des livres examinez & censurez par la Faculté de Theologie de l’Université de Paris, publiée par Claude Sanson en 1551 (Rés. 3678) : de cette édition toulousaine, on ne connaît qu’un seul autre exemplaire, conservé à la British Library. Plus éloquent encore est le cas de la Vierge sacree de Georges d’Esclavonie, « tresdevot et tressubstancieulx livre » destiné aux religieuses, imprimé à Paris vers 1521 (Rés. 3797) : cette édition, citée par La Croix du Maine, est restée inconnue de tous les bibliographes jusqu’au XIXe siècle, au point que son existence a même pu être contestée par Moreri. Les recherches effectuées dans le cadre du projet BiRayMa ont permis de repérer un second exemplaire de cette publication très rare, celui décrit par P. Marais et A Dufresne de Saint-Léon dans le Catalogue des incunables de la Bibliothèque Mazarine (qui date à tort cette publication ca. 1480).

Manuscrits et raretés bibliographiques

Naturellement, les manuscrits, uniques par définition, ont particulièrement retenu notre attention. Six des neuf manuscrits du fonds Marcel ont ainsi pu être numérisés :

Petrarca, Francesco
[Sonetti et Canzoni di M. Francesco Petrarca]
[Italie centrale (Florence ?), XVe s.]. Cote : Ms 2102

‒ Le manuscrit 2102 des œuvres de Pétrarque appartient au groupe de manuscrits dits « gruppo di Cologny », auquel sont aussi apparentés les manuscrits de Carpentras (ms. 392), de la Vaticane (Vat. Lat. 4784), de la fondation Bodmer (131) et de Rimini (ms. 93).

‒ Le manuscrit 2103 renferme une compilation de textes historiques et philosophiques de Leonardo Bruni, Pétrarque, Boccace, Ficin, Accolti, et autres, en langue vernaculaire.

‒ Le manuscrit 2104 est un célèbre livre d’heures enluminé de la fin du XVe siècle, d’origine tourangelle, longtemps attribué à l’atelier de Bourdichon. Il a récemment pu être restitué à un groupe de quatre maîtres enlumineurs (deux tourangeaux et deux parisiens).

‒ Copié au début du XVIIe siècle (et poursuivi jusqu’à la fin du XVIIIe siècle), le manuscrit 2105 renferme une généalogie de la famille Du Plessis-Châtillon. Véritable mine d’informations sur la noblesse mancelle, il est en outre agrémenté d’une série de portraits dessinés dans le style du portrait de cour inventé par les Clouet.

‒ Luxueusement enluminé, le manuscrit 2109 renferme une série de sentences morales et politiques en français attribuées à Aristote ; il daterait de la fin du XVe siècle.

‒ Le manuscrit 2110, qui renferme des œuvres de Girolamo Benivieni, serait en grande partie autographe ; il rassemble plusieurs œuvres inédites de ce poète et philosophe humaniste.

Étude des provenances

Une attention toute particulière a été prêtée aux particularités d’exemplaires. Le fonds Marcel de la BM de Tours comprend en effet de nombreux volumes issus de provenances prestigieuses. A ainsi été numérisée une édition des homélies de Jean Chrysostome ayant appartenu au cardinal Robert de Lenoncourt, patron du traducteur Jean Martin (Rés. 3552), ou deux éditions érasmiennes provenant de la bibliothèque de trésorier de France Jean Grolier : une édition de la Spongia Erasmi aduersus aspergines Hutteni (1523, Rés. 3762) et la première édition aldine des Adages (1508, Rés. 3744), copieusement annotée de la main même de Grolier.

Ex-libris manuscrit au colophon des Adages : “Jo. Grolierij Lugdunensis et amicorum” (XVIe siècle). Erasmus, Desiderius. Erasmi Roterodami Adagiorum chiliades tres, ac centuriae fere totidem. Aldus (Venetiis in aedibus Aldi mense sept. MDVIII.) – Cote : Rés. 3744

Toutes les marques de provenance des ouvrages numérisés ont été relevées et les anciens possesseurs, du plus illustre au moins célèbre, répertoriés. Cette étude systématique des provenances ne s’est pas limitée aux possesseurs les plus anciens. Les ex-libris et les cachets modernes ont également été relevés et ont servi de point de départ pour compléter les recherches sur la provenance de certains exemplaires. On a ainsi pu reconstituer le parcours d’une bibliothèque à l’autre d’un exemplaire de la Nef de folles (Lyon, 1583 ; Rés. 3630), qui offre un « pedigree » particulièrement fourni : revêtu d’une reliure de maroquin bleu aux armes de George Spencer-Churchill, duc de Malborough (1766-1840), il semble être passé dans la bibliothèque de François-Victor Masséna, prince d’Essling (exemplaire en maroquin bleu décrit au catalogue de sa vente sous le n° 17) ; il intègre ensuite la bibliothèque de Nicolas Yémeniz (1783-1871) dont il porte l’ex-libris à la garde ; il apparaît ensuite dans le Catalogue de livres précieux faisant partie de la bibliothèque de M. Ambroise-Firmin Didot (Paris, 1883, n° 199), avant d’intégrer la collection de Constantin N. Radoulesco (†1957) et d’être acquis par Raymond Marcel.

Les relevés réalisés dans le cadre du projet ont ainsi permis de mettre en évidence la récurrence de certaines provenances dans la bibliothèque de l’abbé Marcel, comme en atteste le tableau suivant (non exhaustif) :

provenancesCotes concernées
(les cotes en gras correspondent aux volumes numérisés par les Bibliothèques Virtuelles Humanistes)
Nicolas Yemeniz
(1781-1871)
Rés. 3630, Rés. 3744, Rés. 7884
Horace de Landau
(1824-1903)
Rés. 3566, Rés. 3569, Rés. 3572, Rés. 3574, Rés. 3577, Rés. 3639, Rés. 3640, Rés. 3641, Rés. 3650, Rés. 3663, Rés. 3676, Rés. 3708,
Rés. 3819, Rés. 3853, Rés. 3858, Rés. 3863, Rés. 3904, Rés. 3907, Rés. 3914, Rés. 3932, Rés. 3975, Ms. 2111
Abel Lefranc
(1863-1952)
(vente février 1954)
Rés. 3683, Rés. 3749, Rés. 3760, Rés. 3905, Rés. 3976
Constantin N. Radoulesco
(†1957 ?)
Rés. 3532, Rés 3535, Rés. 3539, Rés. 3602, Rés. 3630, Rés. 3839,
Rés. 3935, Rés. 7898
Michel de Bry († 1970)
(vente en 1966)
Rés. 3538, Rés. 3540, Rés. 3542, Rés. 3678, Rés. 3701, Rés. 3841,
Rés. 3924
Tudor Wilkinson (1879-1969)
(vente 10 décembre 1969)
Rés. 3767, Rés. 3847, Rés. 3749, Rés. 3760, Rés. 3976, Rés. 3980, Rés. 3985

Il est probable que Raymond Marcel a pu acquérir un grand nombre de volumes directement lors des ventes Lefranc (1954), Radoulesco (1957), De Bry (1966) et Tudor Wilkinson (1969), mais des investigations complémentaires sont à prévoir pour en obtenir confirmation : il conviendra notamment de consulter les catalogues des ventes conservés dans le fonds Delta de la BnF (ce qui n’a pu être réalisé du fait de la crise sanitaire).

Enjeu réflexif : Raymond Marcel et les études renaissantes

Chez Raymond Marcel, la passion du bibliophile rejoint toujours l’activité du chercheur. Il n’est pas anodin que l’abbé ait jeté son dévolu sur des ouvrages ayant appartenu à Abel Lefranc, chef de file des études renaissantes en France dans la première moitié du XXe siècle : auteur de deux articles fondateurs sur la réception du néoplatonisme en France, Lefranc a été l’un des maîtres de Raymond Marcel, qui avait assisté à ses cours en 1936 et avait sollicité ses conseils au début de sa thèse1. S’approprier les livres de son ancien maître est peut-être un moyen de prolonger la relation qu’il avait entretenue avec lui.

À la garde, Ex-libris Abel Lefranc. Plato. Criton. Imprimé a Paris par Michel Vascozan M. D. LVII [= M. D. XLVII]. Auec privilege du Roy. Cote : Rés. 3905

La bibliothèque de Raymond Marcel apparaît tout à la fois comme une bibliothèque d’agrément pour le bibliophile, et une bibliothèque de travail pour le chercheur. C’est ce dont témoignent les annotations discrètes qui parsèment certains des exemplaires des textes sur lesquels Raymond Marcel a travaillé. Dans le cadre du projet BiRayMa, ont ainsi été numérisées deux éditions différentes de la Theologia Platonica de Marsile Ficin (dont Raymond Marcel a publié une édition bilingue en 1964-1970). Si le texte de l’édition incunable in-folio (Florence, 1482 ; Rés. 3576) a été corrigé au crayon d’une façon très discrète, celui de la petite réédition parisienne (Paris, 1559 ; Rés. 3778) est surchargé d’annotations et de soulignements au crayon : il constitue indubitablement l’exemplaire de travail de l’abbé.

Les recherches biographiques menées au début du projet BiRayMa ont permis de mieux connaître les activités de recherche de Raymond Marcel, et d’identifier avec précision le rôle important qu’il a joué dans la création du Centre d’études supérieures de la Renaissance, dans la fondation de l’Association internationale des Historiens de la Renaissance, dans l’organisation de divers colloques et conférences scientifiques. La numérisation d’une partie du fonds et le signalement complet de sa bibliothèque de travail permettent aujourd’hui d’envisager l’étude croisée de son œuvre scientifique et de sa bibliothèque. Cette dernière était bien connue des spécialistes, Marcel n’hésitant pas à accorder accès à ses livres aux chercheurs qui le lui demandaient. Certains des exemplaires numérisés dans le cadre du projet BiRayMa en porte encore aujourd’hui le témoignage. L’exemplaire de la version française de l’Utopie de Thomas More traduite par Jean Le Blond (Paris, 1551 ; Rés. 3855) est ainsi accompagné d’un fragment d’une lettre autographe adressée à l’abbé Marcel par Germain Marc’hadour fondateur de la revue Moreana, qui nous renseigne à la fois sur les pratiques scientifiques et la liberté de ton qui liait ces deux chercheurs :

« Félicitations pour Le Blond ; je “fac-simile” un extrait de sa traduction, plus curieuse que précieuse. Mais certes le livre est précieux du seul fait qu’il est vieux, absurdité héritée des humanistes ».

4. Perspectives : communication et impact

Déjà profitable aux chercheurs qui consultent les Bibliothèques Virtuelles Humanistes, le projet BiRayMa fera bientôt l’objet d’une mise en valeur scientifique auprès d’un public élargi. La campagne de numérisation qui s’achève constitue la première étape d’une recherche de long cours relative à la bibliothèque de Raymond Marcel. En septembre 2020, profitant de la dynamique amorcée dans le cadre du projet BiRayMa, un partenariat scientifique a été établi entre le Musée des Beaux-Arts, la Bibliothèque municipale de Tours et le Centre d’études supérieures de la Renaissance pour commémorer, en l’an 2022, le cinquantenaire de la mort de Raymond Marcel et l’intégration de ce legs remarquable aux collections municipales. Ce nouveau projet de valorisation devrait comprendre, notamment, la publication d’un ouvrage collectif relatif aux collections de Raymond Marcel. L’ensemble des recherches effectuées au cours du projet BiRayMa pour documenter la biographie, la carrière scientifique et les pratiques de collection de Raymond Marcel viendront ainsi nourrir les textes composant ce volume.

Rémi JIMENES (CESR-BVH, porteur du projet BiRayMa)
Anne-Laure ALLAIN (CESR-BVH, IGE pour le projet BiRayMa)

Sandrine BREUIL (CESR-BVH)
Chiara LASTRAIOLI (CESR-BVH)
Maxime NADEAU (Bibliothèque municipale de Tours)
Régi RECH (Bibliothèque municipale de Tours)
Toshinori UETANI (CESR-BVH)

Le contenu de ce billet de blog (Partie 2/2) est extrait du bilan scientifique & technique de clôture remis au CollEx-Persée en juillet 2021 et publié en PDF sur leur site web.

  1. Dans son compte-rendu d’activité pour l’année 1936, Abel Lefranc indique avoir été consulté par Marcel. Cf Annuaire de l’École pratique des Hautes Études, 1936-1937, p. 63. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.