Découverte d’un manuscrit provenant de la «librairie de Montaigne»

Des chercheurs de l’Université de Warwick (GB) et de l’Université François-Rabelais Tours ont identifié le premier manuscrit de la bibliothèque de Montaigne.
De la fameuse « librairie », qui aurait compté 1000 livres environ, seuls 101 sont aujourd’hui connus grâce à l’ex-libris de l’essayiste et à des annotations manuscrites. Le manuscrit du seizième siècle, conservé à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, comprend d’amples notes d’un auteur anonyme prises à un cours de droit romain donné à Paris par le fameux juriste et historien François Baudouin.

La signature latine de la main de Montaigne, « Michaël Montanus » est nettement visible sur la « page de titre » du manuscrit. Ingrid De Smet du Centre pour l’Étude de la Renaissance de l’Université de Warwick, explique la signification de sa découverte: « Cette provenance est une découverte engageante pour l’étude de la culture intellectuelle du seizième siècle. Elle confirme l’intérêt de Montaigne pour la jurisprudence et ouvre de nouvelles perspectives de lecture des Essais et d’interprétation de son idéologie. »

Alain Legros du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais (Tours), complète la présentation: « Baudouin fut un ‘moyenneur’, un partisan de la ‘concorde’ entre calvinistes et catholiques au colloque de Poissy, en cette même année où, à côté de son cours parisien de droit civil, il publie un livre sur la ‘conjonction’ du droit et d’une ‘histoire universelle’. Bien plus tard, Montaigne lira sa traduction d’une histoire de la Pologne. Cette découverte est une invitation à chercher dans les Essais et dans le parcours politique de leur auteur ce qu’ils pourraient devoir aux écrits de Baudouin. »

Alain Legros & Ingrid De Smet, Avril 2013

 

Notes
«Un Manuscrit de François Baudouin dans la librairie de Montaigne» vient de paraître dans la revue suisse Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance – Tome LXXV – 2013, pp. 105-111.
Mme Ingrid De Smet est maître de conférences habilité («Reader») au Département d’études françaises et membre du Centre pour l’Étude de la Renaissance de l’Université de Warwick.
M. Alain Legros est chercheur associé au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de l’Université François-Rabelais (Tours). Il collabore au programme MONLOE («Montaigne à l’OEuvre», 2013-2015), retenu par l’Agence Nationale de la Recherche dans la thématique «Corpus». Dirigé par Mme Marie-Luce Demonet, MONLOE est un programme d’édition numérique et de recherche, qui juxtaposera des transcriptions à des fac-similés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.