Scripta Manent (ScriMa) | Une nouvelle base de données des BVH en préparation [2/2]

Scripta Manent dont on a présenté les objectifs et le corpus dans un précédent article, est une base de données relationnelle. Elle est développée dans l’outil de gestion de base de données Heurist hébergé sur la plateforme Huma-Num.

Organisation des données

Elle est structurée en six tables principales :

  1. Groupe de Projets
  2. Projet
  3. Edition
  4. Texte
  5. Personne
  6. Lieu

Les quatre premières sont enchâssées les unes dans les autres : un texte (qu’il soit fiché en tant que « pièce » unique ou « ensemble » regroupant plusieurs unités textuelles) fait l’objet d’une présentation minimale (genre, langue, titre, incipit s’il s’agit d’une pièce et non d’un ensemble, éventuellement pour les épîtres lieu et date). Sa notice est rattachée à celles des différentes personnes mises en jeu : auteur, personne mentionnée ou évoquée, destinataire, dédicataire ou personne que le texte fait parler. Lorsqu’une transcription en ligne est disponible – par exemple, pour les textes témoignant des échanges et relations entre les poètes de la Pléiade dans la base Réseaux poètes XVI de Florence Bonifay, nous y renvoyons par un lien. À terme, d’autres textes, pour l’instant non disponibles en ligne, seront transcrits, encodés en XML-TEI et rattachés à ces notices. À ce jour, la base en préparation contient 1333 textes intégralement fichés tandis que le fichier excel initial, qui fournit moins d’informations que les notices définitives sur chaque entrée, en contient environ 3000. Chaque texte fait partie d’une ou de plusieurs éditions et il est relié aux notices de celles-ci avec l’indication de son statut dans l’ouvrage : liminaire, œuvre principale, appendice, pièce insérée ou post-liminaire.

On entend par édition l’ensemble des exemplaires, tous états confondus, d’un même ouvrage paru à une date donnée à l’adresse d’un ou parfois de plusieurs imprimeurs-libraires, dans le cas d’éditions partagées. La base Scripta Manent ne descend pas au niveau de l’exemplaire (et, de ce fait, ne recense pas par exemple les possesseurs). Elle propose une entrée unique pour chaque édition partagée. Dans les notices consacrées à une édition, on trouve la carte d’identité bibliographique de l’ouvrage : son titre long, tel qu’il apparaît sur la page de titre, son lieu d’édition, son ou ses libraires, son imprimeur, sa date telle qu’elle apparaît sur la page de titre – un commentaire vient parfois préciser si elle était là exprimée en ancien style. Des indications concernant le privilège, lorsqu’il existe et qu’il est reproduit dans l’édition, sont également fournies : le bénéficiaire, la durée, la date, le lieu, le ou les signataires sont ainsi renseignés. La fiche renvoie également aux référentiels USTC, à BP16 dans le cas des éditions parisiennes, et aux numérisations d’exemplaires connus de cette édition lorsqu’elles existent (Gallica, BSB, ÖnB etc.). Le statut de la fiche indique si l’exemplaire a été vu (au moins d’après une numérisation) et décrit de visu ou si les informations fournies le sont d’après une documentation seconde dont les références sont explicitement fournies en bibliographie : dans le premier cas la notice est « terminée », dans le second elle reste « non consultée », même si certains éléments ont pu être collectés et rapportés. À ce jour, la base en préparation contient 488 éditions intégralement fichées, sous l’un ou l’autre de ces statuts, et on en dénombre 1818 dans le fichier excel de départ. Initialement limité à la période 1538-1560, seuils de la thèse de Claire Sicard dont il constituait le support, il continue à s’élargir aux publications parues quelques années plus tôt, à partir désormais de 1530. Chacune de ces éditions est reliée en aval aux textes qu’elle contient et en amont au « projet » dont elle relève.

Dans la terminologie adoptée, un projet désigne non pas un livre dans sa matérialité concrète mais l’œuvre de l’esprit qui trouve à se matérialiser dans une ou plusieurs éditions successives. La base Scripta Manent rejoint sur ce point les principes du modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques). C’est à ce niveau qu’est indiqué le nom de l’auteur principal, la langue principale ainsi que le statut général de l’ouvrage qui distingue par exemple les œuvres originales des traductions ou des compilations. Dans le cas de traductions, l’auteur original qui a été traduit est également relié au projet. Le titre est donné sous une forme abrégée et modernisée. Chaque projet chapeaute les notices des différentes éditions. Ainsi, Les Amours de Ronsard (en tant qu’œuvre) constituent-ils un projet propre à réunir les éditions spécifiques des Amours parues à Paris en 1552 puis en 1553 et ce même si le contenu textuel a pu évoluer d’une édition à l’autre. La notion de projet ne se limite donc pas aux rééditions à l’identique. Dans la première notice infra (qui n’est pas encore achevée, comme l’indique le statut « à contrôler »), on voit que ce projet est lui-même inclus dans un autre projet plus vaste (notice suivante). Ce type d’emboîtements permet de rendre compte de montages éditoriaux plus complexes et de recompositions plus importantes, qui ne sont pas rares dans le milieu de l’imprimerie de la première moitié du XVIsiècle. À ce jour, la base en préparation contient déjà 237 projets, tandis que l’on en dénombre 1155 dans le fichier excel initial.

On réserve la notion de groupe de projets aux cas de rapprochements qui ne relèvent pas d’une recomposition ou d’une intégration dans un ensemble plus vaste mais plutôt à différents types de collections. Il s’agit pour l’heure des 14 suivantes.

On distingue dans cette liste :

  • des collections éditoriales conçues comme telles, par exemple avec les différents volumes des traductions françaises d’Amadis, qui constituent chacun un projet contenant de nombreuses éditions ;

  • des œuvres, comme les oraisons de Cicéron ou les œuvres morales de Plutarque ayant fait l’objet de plusieurs projets de traductions successifs ;
  • des événements réels (querelles, batailles, décès, noces…) ayant donné lieu à plusieurs projets, généralement distincts sur un plan éditorial mais néanmoins liés par cette circonstance particulière.

Ainsi, comme on le voit dans la représentation schématique ci-dessous, un texte peut être contenu dans une édition, elle-même contenue dans un projet qui lui-même peut faire partie d’un groupe de projets. Les notions de lieu et de personne, plus flottantes, sont en revanche mobilisées à presque tous les niveaux de la structure, groupes de projets mis à part.

De fait, on peut indiquer un lieu lorsque la composition d’un texte (une épître, en particulier) est localisée, dans les références bibliographiques d’une édition mais aussi dans la fiche d’identité d’une personne, dont Scripta Manent spécifie chaque fois que c’est possible le lieu de naissance ou d’origine revendiquée – ville, région ou pays – mais aussi le lieu d’activité, en particulier pour les imprimeurs et les libraires.

On ne s’étonnera pas que dans une base qui vise prioritairement à retracer les liens sociaux, la table des personnes soit à la fois celle qui est la plus fournie (à ce jour 1755 entrées) et celle autour de laquelle s’établit le plus grand nombre de relations. Comme les notices infra, en donnent quelques exemples, les personnes sont classées en catégories, éventuellement combinables.

On distingue ainsi les imprimeurs-libraires, les protecteurs, les auteurs, mais aussi les officiers royaux, les artistes ou, sous l’intitulé général d’entourage les personnes que l’on ne connaît que parce qu’ils sont amis, membres de la famille ou voisins des auteurs qui les mentionnent. La notice de chaque personne présente sa carte d’identité minimale, renvoie à la bibliographie permettant éventuellement d’étoffer sa biographie ainsi qu’à plusieurs référentiels internes ou externes aux BVH. Parmi les plus fréquemment utilisés, citons en particulier VIAF, Data BnF, les notices d’intervenants dans Jonas, les notices de personnes des Bibliothèques françoises de La Croix du Maine ou encore de BaTyR. La fiche ainsi établie est mise en relation avec celles d’autres personnes (par exemple pour indiquer une relation familiale ou professionnelle voire, en cas de doute sur l’identification, pour indiquer qu’une personne est « peut-être la même » qu’une autre), avec celles des textes ou des projets dont la personne est l’auteur ainsi qu’avec celles des textes dans lesquels il est question de la personne. Le milieu, l’activité, les relations et la réputation de la personne considérée se trouvent ainsi cartographiés grâce aux données fournies par les textes imprimés qui nous en ont conservé la trace – ce qui explique le choix du nom donné à la base, Scripta Manent, « les écrits restent ».

Sur un plan technique, précisons enfin que chaque élément de chaque table fait l’objet d’un identifiant unique. Les relations entre ces objets sont elles-mêmes rassemblées dans une septième table (relations). Chacune d’elles est également dotée d’un identifiant unique et peut par ailleurs faire l’objet d’attributs, ce qui permet de décrire plus finement la nature d’un lien entre un texte et une personne par exemple ou encore entre un texte et une édition. C’est ainsi que, pour le premier cas, il est possible de préciser si un texte mentionne une personne morte et/ou la prend à parti dans un contexte conflictuel, par exemple.

Pour le second cas les attributs indiquent notamment la localisation précise du texte dans une édition donnée, ce qui permet de disposer de la foliotation ou de la pagination précise de la pièce ou de l’ensemble dans toutes les éditions consultées.

Interfaces et exploitation des données

Les interfaces de saisie de données utilisées sont celles d’Heurist et elles sont, pour cet usage, adaptées. En revanche les interfaces de visualisation de données, dont les clichés d’illustration de cette présentation donnent une idée, sont améliorables et devront être développées intégralement afin de faciliter la consultation et la recherche pour les utilisateurs de la base lorsqu’elle sera publiée.

Nous souhaitons que, dans un premier temps, deux modes d’entrée principaux soient privilégiés :

  • par projets ou par éditions, afin de voir l’ensemble des intervenants quel que soit leur rôle dans ces œuvres et, à partir de ce point de départ bibliographique, de pouvoir circuler entre ces différents intervenants et éventuellement les textes contenus dans ces ouvrages et qui les mentionnent ;
  • par personnes, afin de voir où et comment ces personnes interviennent dans les œuvres ; seront alors proposés la liste :
    • des ouvrages dont elles sont responsables (en tant qu’auteur, traducteur, éditeur scientifiques ou imprimeurs-libraires par exemple)
    • des ouvrages dans lesquels elles interviennent de façon secondaire, pour des pièces d’escorte – liminaires ou post-liminaires – pièces insérées dans le corps de l’œuvre principale)
    • des textes dans lesquels elle sont nommées ou évoquées
    • des textes qui lui sont adressés
    • des textes dans lesquels on les fait parler

Dans un premier temps, les représentations obtenues seront donc simples et finalement assez proches de celles que permet Heurist où il est déjà possible de faire des recherches en restreignant la requête sur différents critères (lieux ou dates par exemple), d’obtenir des listes d’éditions, de textes et de circuler entre ces différents éléments. Toutefois l’interface à développer pour le site public devra clarifier la lecture des résultats et permettre de faire apparaître clairement et commodément les attributs de relations, qui ne sont pas immédiatement visibles dans Heurist.

Dans un second temps, il s’agira de permettre les représentations graphiques des réseaux (type Gephi), mais aussi les représentations chronologiques (pour voir par exemple l’évolution de la notoriété d’une personne), voire géographiques (pour visualiser par exemple où sont publiés les textes qui mentionnent une personne).

Ainsi, en partant d’une analyse de textes en majeure partie littéraires, Scripta Manent propose des données et des interfaces qui pourront être utiles à des chercheurs s’intéressant à différents champs de recherches :

  • des historiens pourront ainsi trouver dans quels textes est mentionné le duc d’Uzès, à quelles dates, ce qu’on dit de lui et, éventuellement avoir directement accès aux textes qui le mentionnent quand une transcription ou une numérisation en existe ;
  • des historiens du livre ou des conservateurs de bibliothèque trouveront par exemple sur les privilèges, leurs signataires, leurs bénéficiaires, leurs durées moyennes, leurs éventuelles transformations au fil des trente années concernées par les données collectées ;
  • des littéraires, évidemment, qui pourront percevoir plus finement comment tel auteur a été accueilli par ses contemporains, constituer des corpus de textes en fonction de la ou des personnes que l’on y trouve mais aussi de critères énonciatifs (adresse en 2e personne, mention en 3e personne, évocation plus évasive jouant d’une forme de connivence avec le lecteur) etc.

Prochaines étapes

Dans le courant de l’année 2021, il s’agira de mener de front deux tâches principales.

Il conviendra tout d’abord de poursuivre l’alimentation de la base de données dans Heurist à partir des informations déjà disponibles dans le fichier excel initial en se concentrant prioritairement sur la période 1538-1560 et, dans cette période, sur les recueils dont l’œuvre principale est écrite en français. L’élargissement du corpus aux ouvrages publiés dans d’autres langues pourra se faire dans un second temps en mobilisant les compétences de recherche adéquates. Peu à peu, la période du corpus sera élargie, par une remontée progressive vers un terminus a quo fixé pour l’heure à 1530 mais qui pourra peut-être être repoussé jusqu’au début du règne de François Ier en 1515.

En parallèle de cette tâche, il s’agira, en collaboration avec l’équipe des BVH et l’appui de l’atelier numérique de la MSH Val de Loire, de commencer à travailler à une première version de l’interface de restitution et de rendre publiques aussi rapidement que possible les données déjà renseignées dans la base. Le contenu exact et les modalités techniques de mise en œuvre restent à définir. Une première réunion de travail dans ce sens aura lieu par visioconférence le lundi 11 janvier 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.