Scripta Manent (ScriMa) | Une nouvelle base de données des BVH en préparation [1/2]

Issu du travail préparatoire de la thèse soutenue en 2013 par Claire Sicard (maître de conférences en Littérature française des XVe et XVIsiècles CESR / Université de Tours), le catalogue à l’origine de Scripta Manent (ScriMa), a progressivement été enrichi depuis cette date avec l’aide de Pascal Joubaud (ingénieur) mais restait jusqu’ici d’un usage privé. Désormais, cette base de données relationnelle figure parmi les projets développés par les Bibliothèques Virtuelles Humanistes. Elle a vocation à être rendue publique afin d’être utile à tout chercheur intéressé par les rapports entre poésie et sociabilité au début du XVIe siècle. Elle permettra, lors de sa mise en ligne que nous espérons prochaine, de dresser un tableau aussi exhaustif que possible des relations sociales qui s’expriment, en particulier – mais non exclusivement – au moyen de pièces versifiées, dans les imprimés publiés en France entre 1530 et 1560, période qui correspond à la fin du règne de François Ier, à ceux de Henri II et de François II et durant laquelle l’histoire littéraire s’accorde à reconnaître un changement de génération et d’esthétique, des poètes dits « marotiques » à ceux de « La Pléiade ».

Pour dresser ce panorama, la base s’appuie sur deux piliers :

  • d’une part, une description bibliographique détaillée des ouvrages concernés ainsi que de la partie de leur contenu fournissant des informations utiles à l’étude de la sociabilité,
  • et, d’autre part, une base prosopographique recensant les différents intervenants en lien avec la publication et ce quel que soit leur rôle dans ces relations, qu’ils soient par exemple auteurs, imprimeurs, libraires, protecteurs et mécènes – nobles, ecclésiastiques, officiers royaux – ou qu’ils appartiennent simplement à l’entourage familial, professionnel, amical voire de voisinage des auteurs.

Corpus

L’objectif de la base étant de débusquer toute trace de relations sociales, son corpus est large. Si elle rassemble majoritairement des textes écrits en français, elle intègre également des pièces latines, grecques, italiennes ou même poitevines, par exemple, et ne s’impose aucune restriction linguistique. Cependant, les ouvrages dont l’œuvre principale est écrite en français ont été traités en priorité et si le catalogue décrit d’ores et déjà en détail quelques ouvrages intégralement rédigés dans une autre langue lorsqu’ils présentent un intérêt particulier pour l’étude de la sociabilité poétique du fait de leurs auteurs, de leur sujet, de leur circonstance de publication ou de leur thème, ce n’est que dans un second temps que viendront s’ajouter à ce premier ensemble la plupart des publications dans lesquelles ne se trouvent aucun texte français.

Sur le plan du genre des textes publiés, l’empan est tout aussi large. La base recense et décrit aussi bien des poèmes réunis en recueils que d’autres textes versifiés (opuscules en vers ou pièces de théâtre, par exemple) voire des œuvres en prose (romans, traités, dialogues etc.). Sont aussi retenus les ouvrages dont le texte principal relève de domaines extra-littéraires, par exemple les mathématiques, la médecine, la théologie ou le droit. De fait il n’est pas rare, selon les usages du temps, de trouver dans des livres de ce type des pièces d’escorte, d’ailleurs fréquemment composées en vers, qui accompagnent la publication, viennent en faire la réclame ou célébrer amicalement leur auteur. Ce sont là autant de textes, souvent oubliés, qui enrichissent pourtant le tableau des relations sociales de ces intervenants. Parmi les imprimés dont l’œuvre principale n’est pas écrite en vers, seuls les ouvrages qui ne comportent ni le moindre vers ni la plus petite pièce liminaire ou post-liminaire en prose, sont laissés de côté.

Sur le plan des modes de diffusion, il a été décidé – pour des raisons qui tiennent à la fois à l’angle adopté et à un souci de complémentarité plutôt que de concurrence avec d’autres bases de données existantes ou en cours de développement – de laisser complètement de côté les manuscrits, ce champ étant d’ores et déjà traité par la base Jonas, à laquelle Pascal Joubaud et Claire Sicard contribuent par ailleurs. Pour les textes qui connaissent une diffusion à la fois manuscrite et imprimée, des liens réciproques seront ménagés d’une base à l’autre, dans une perspective d’interopérabilité afin de faciliter la circulation de l’utilisateur qui souhaiterait suivre le parcours d’un texte, indépendamment du type de support ayant permis de le diffuser.

Le parti a également été pris de ne pas intégrer à ce stade de recueils de musique imprimés à Scripta Manent. Ce choix se justifie d’abord par le fait que les pièces témoignant d’une forme de sociabilité n’y sont pas fréquentes dans la période concernée, mais aussi parce que les textes que l’on y trouve mis en musique sont rarement attribués. Enfin, ceux qui d’aventure peuvent l’être sont parfois déjà fichés soit dans Jonas, pour les cas de textes ayant aussi laissé des traces manuscrites, soit dans l’important Catalogue de la chanson française à la Renaissance créé par Annie Cœurdevey et intégré à Ricercar soit encore dans la base consacrée aux airs que porte et développe actuellement Alice Tacaille. Plus encore qu’au niveau des textes, c’est au niveau des personnes que des liens entre ces différents projets peuvent être établis – auteurs, compositeurs, imprimeurs, libraires voire simples musiciens peuplant en effet le corpus décrit et catalogué par Scripta Manent.

Le cas le plus complexe tient sans doute à ce que l’on peut appeler les polygraphiques imprimés, ces recueils de poésie, généralement sans attribution explicite d’auteurs, qui réunissent en bouquets, Fleurs ou autres Trésors des centaines de pièces souvent courtes, de tonalité amoureuse, grivoise ou parfois satirique, qui sont reprises, complétées et transformées, au gré de rééditions diverses tout au long du siècle au moins. Prenant en considération les particularités et la complexité de ce mode de diffusion très souple et mobile d’une part, le fait que dans une partie importante de ces recueils aucune sociabilité explicite ne trouve à s’exprimer d’autre part et enfin que le projet des Joyeuses inventions porté par Anne-Réâch-Ngô met au jour, décrit et publie déjà une partie significative de cet ensemble, il a été décidé de laisser de côté par principe la plupart de ces recueils. Comme pour les manuscrits et Jonas, de simples liens vers les Joyeuses inventions signaleront aux utilisateurs qu’une pièce présente dans un des imprimés recensés dans Scripta Manent se trouve aussi dans l’une des éditions du Trésor. Des exceptions sont toutefois faites à ce principe général pour le cas de polygraphiques imprimés constitués précisément autour d’une circonstance où la sociabilité est centrale et dans lesquels, à ce titre, de nombreuses personnes sont identifiables, tant du côté des auteurs participant au projet, que des protecteurs, pairs, amis ou ennemis qui peuvent y être mentionnés ou évoqués. C’est notamment le cas dans les tombeaux, les recueils célébrant la naissance d’un enfant ou encore dans certaines publications liées à des querelles, comme celle opposant Marot à Sagon ou la querelle des Amyes, par exemple.

En somme, la base Scripta Manent se concentre sur les ouvrages imprimés en France entre les années 1530 et 1560 et qui, pour tout ou partie, relèvent davantage d’un projet d’auteur que d’un projet d’imprimeur. Dans les ouvrages ainsi retenus, sont décrites systématiquement toutes les pièces d’escortes (liminaires et/ou post-liminaires) ainsi que les pièces d’autres auteurs que l’auteur principal si elles sont insérées au fil de l’ouvrage. Les pièces constituant l’œuvre principale ne font pour leur part l’objet d’une fiche spécifique que si elles permettent d’établir des liens de sociabilité. Selon ce qui paraît alors le plus opportun, la notice peut être consacrée soit à un unique texte, désigné sous le nom de « Pièce » [Image 1] soit à un groupe de textes, appelé « Ensemble » et délimité selon un critère pertinent d’unité – par exemple une section regroupant des poèmes d’un même genre [Image 2].

[épisode suivant :  présentation des aspects techniques
et perspectives des développements
]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.