Retour sur la « Session VIAF » du 25 février 2013, Strasbourg

Dans le cadre des travaux menés aux BVH, des membres de l’équipe ont assisté à la première des deux journées de la session VIAF : Virtual International Autority File, organisée à Strasbourg le 25 février 2013. Le VIAF, mis en œuvre par l’OCLC : Online Computer Library Center, vise à constituer et à mettre à disposition de la communauté un fichier d’autorité international des noms de personnes et de collectivités, chacun possédant un identifiant unique. Les enjeux dépassent de loin ceux des seules bibliothèques et bibliothèques virtuelles. Ils sont susceptibles d’intéresser plusieurs de nos projets de recherche (Renom, Monloe, travail sur les provenances des ouvrages conservés en Région Centre).

« The current state of VIAF » – Thom Hickey (OCLC), décrit en premier lieu le VIAF : architecture des notices, type de données indexées, moissonnage de données et notices librement exportables et réutilisables en ligne. Le dédoublonnage des notices versées au VIAF s’effectue par leur regroupement en clusters, chaque cluster ayant un identifiant permanent. Thom Hickey annonce que le VIAF est appelé à intégrer prochainement des notices sur des types d’autorité différents (personnages fictifs, bateaux, animaux, divinités, etc.).

« Governance and Orientations for VIAF in the Future » – Vincent Boulet (BnF), « authority data expert » de la BnF, prend ensuite la parole pour décrire le fonctionnement institutionnel du VIAF qui depuis 2012, est officiellement devenu un service de l’OCLC. Les fournisseurs de données sont, dans la majorité des cas, des bibliothèques mais le VIAF s’intéresse aussi, par exemple, à des contributions de fichiers d’autorités sur des auteurs régionaux.

« Re-using VIAF data » S’ensuit la table ronde sur la réutilisation des données du VIAF. Daniel Pitti (National Archival Authorities Cooperative) présente le projet SNAC (Social Network and Archival Context), qui utilise le VIAF pour regrouper des données d’autorités issues des archives, et reconstituer des réseaux de sociabilité. M. Pitti termine par une présentation du « SNAC prototype » (voir notamment les graphes de réseaux). Janifer Gatenby (ISNI) et Pauline Chougnet (BnF) présentent l’ISNI, International Standard Name Identifier. Parti des données du VIAF, l’ISNI affine le travail de dédoublonnage pour attribuer des identifiants uniques et permanents, gérés par l’OCLC. Maximilian Klein, « Wikipedian in residence at OCLC », présente ensuite les relations entre le VIAF et le Wikipédia anglais (liens réciproques automatiques). Une mise à jour des pages Wikipédia dans les autres langues sera bientôt possible via Wikidata. http://hangingtogether.org/

VIAF PARTNERS : Bibliothèque nationale de France. Pauline Chougnet effectue un retour d’expérience sur la collaboration de la BnF avec le VIAF, puis décrit le fichier d’autorité de la BN (créé en 1985, il rassemble des notices sur 1,5 millions de personnes, 320000 « corporate authorities »), et présente pour finir data.bnf.fr. Suit le retour d’expérience de la bibliothèque nationale allemande par Barbara Pfeifer.

La session s’achève par une « panel discussion » sur les avantages et inconvénients du VIAF, les problèmes de dédoublonnage, de désambigüisation. Tout le monde s’accorde sur le fait que nom, prénom et dates de naissance et de mort semblent suffire pour dédoublonner avec certitude. Le problème des homonymes reste cependant entier dès lors que l’on ignore les dates exactes de naissance et de mort des personnes concernées. L’importance de sourcer l’information est également mentionnée à plusieurs reprises (notamment pour les notices VIAF qui recyclent les informations Wikipédia). Sont aussi soulignées les difficultés techniques et méthodologiques du dédoublonnage. L’existence du thésaurus du CERL n’est pas évoquée, ni donc un éventuel lien ou coordination entre le CERL et le VIAF.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *