BiRayMa – « Bibliothèque de Raymond Marcel » (projet Collex-Persée)

Dans le cadre de l’appel à projet 2019 lancé par le GIS CollEx-Persée (Collections d’excellence pour la Recherche), l’équipe des Bibliothèques Virtuelles Humanistes renouvelle son partenariat avec la Bibliothèque municipale de Tours, pour la mise en oeuvre d’un projet de numérisation consacré à la bibliothèque de l’abbé Raymond Marcel (1902-1972), grand bibliophile et chercheur spécialiste de la Renaissance.

L’abbé Marcel se reposant lors du congrès Léonard de Vinci à Amboise en 1952 (numérisation : Ciclic)

L’abbé Raymond Marcel – prêtre, chercheur, bibliophile

La collection de livres anciens rassemblée par Marcel dans les années 1930-1960, témoigne donc d’une triple intention : celle du bibliophile qui recherche les meilleurs exemplaires des éditions les plus prisées, celle du chercheur attaché à l’étude de la Renaissance, et celle du citoyen désireux de participer à la reconstruction d’une bibliothèque réduite en cendres par les bombardements. Marcel orienta donc ses achats dans trois directions privilégiées :

  • Le néoplatonisme et l’humanisme italien, avec les œuvres de Platon, de Marsile Ficin, de Poggio Bracciolini. Le fonds Marcel conserve ainsi des manuscrits uniques des textes italiens, notamment un recueil partiellement autographe des œuvres de Girolamo Benivieni ou de Luigi Alamanni. Du côté des imprimés, les volumes de luxe, comme l’exemplaire de l’édition originale des Epistolae de Marsile Ficin (1495) voisinent avec les exemplaires de travail, soigneusement annotés au crayon par Raymond Marcel, source fondamentale pour étudier la démarche de ce chercheur.
  • L’humanisme chrétien. Homme d’Église, l’abbé Marcel collectionne soigneusement les textes les plus représentatifs de la vie religieuse de la Renaissance : un exemplaire du Mystère de la passion de Jésus Christ côtoie ainsi un livre d’Heures enluminé par Bourdichon ; l’unicum d’un traité de Georges d’Esclavonie imprimé à Paris voisine avec une rarissime édition toulousaine de l’Index des livres interdits. La Devotio moderna est naturellement représentée avec l’édition princeps de l’Imitatio Christi ou un exemplaire enluminé des œuvres de Jean Gerson. Les travaux de Marcel sur Érasme expliquent la large place qu’occupent les œuvres de cet auteur dans sa bibliothèque. Seront ainsi numérisés l’exemplaire des Adages (Venise, 1508) annoté par le trésorier Jean Grolier, ou une rarissime édition du Manuel du Soldat chrétien, que Marcel entreprend d’éditer et de traduire.
  • Langue et lettres françaises. L’abbé Marcel constitue une bibliothèque qui témoigne le plus largement possible de la production littéraire française du XVIe siècle. Si les œuvres de Rabelais et des poètes de la Pléiade sont généralement bien connues, Marcel possède par ailleurs des textes moins fameux, telle une  rarissime édition originale du Labirynth de Fortune de Jean Bouchet. Il réunit également une collection très importante de traductions françaises dans des éditions souvent très rares.

Francesco Colonna, Hypnerotamachia Poliphili (Venise, 1499) – l’un des fleurons du fonds Marcel (BM Tours ; photo : François Joly)

 

Présentation & enjeux du projet BiRayMa

Le fonds Marcel, dont le catalogue n’est accessible en ligne que depuis deux ans, n’a encore jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble qui permettrait d’en reconstituer la genèse. En 1987, Jean-Claude Margolin plaidait pourtant déjà pour sa mise en valeur : « Un jour, que nous souhaitons proche, viendra où les quelque cinq cents ouvrages du XVe et du XVIe siècle et la douzaine de manuscrits légués à Tours par l’Abbé Marcel, seront rendus plus accessibles au public savant international par la confection d’un catalogue descriptif imprimé ».

Malgré son importance, cette collection n’a encore fait l’objet d’aucune numérisation spécifique – si l’on excepte la dizaine d’ouvrages d’ores et déjà intégrés au corpus des Bibliothèques virtuelles humanistes. Les enjeux scientifiques et techniques du projet « BiRayMa » sont triples :

  • Constitution de corpus. En enrichissant de nouvelles numérisations les Bibliothèques virtuelles humanistes, il permettra de mettre à la disposition des spécialistes comme du grand public une collection sans équivalent d’ouvrages de la Renaissance relatifs au néo-platonisme italien et à l’humanisme chrétien, qui revêt en soi un grand intérêt pour la recherche. Outre la numérisation (en mode image) de quelques fleurons de cette collection, le projet portera également sur l’encodage en XML-TEI d’une traduction d’un texte ficinien.
  • Déploiements techniques. Le projet BiRayma sera l’occasion de mettre en place de nouveaux outils pour l’interopérabilité des données des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes », avec le protocole IIIF (International Image interoperability Framework) et notamment le déploiement d’un serveur image et d’un visualiseur compatible.
  • Démarche réflexive. Ce projet s’inscrit également dans une démarche réflexive et historiographique conduite par le Centre d’études supérieures de la Renaissance : l’organisation d’une exposition pour célébrer les 60 ans de sa création en 2016-2017 fut l’occasion de mieux apercevoir la place occupée par Raymond Marcel à l’origine du Centre, même si son rôle précis dans l’histoire du CESR reste encore à déterminer. L’étude de sa bibliothèque permettra de mieux connaître les méthodes de travail et les sources qui ont nourri ses recherches, mais également de mettre en perspective nos propres travaux sur l’histoire du patrimoine écrit.

La campagne de numérisation se doublera ainsi d’une recherche systématique des archives relatives aux activités et à la bibliothèque de Raymond Marcel. Les documents contenus dans son “dossier de personnel” aux archives du CNRS ont d’ores et déjà pu être exploités, et permettent de mieux connaître sa personnalité et ses centres d’intérêt.

Le projet, débuté en mars 2019 s’achèvera en décembre 2020.

 

Le fonds Marcel de la Bibliothèque municipale

La collection de livres anciens rassemblée par Marcel dans les années 1930-1960, témoigne donc d’une triple intention : celle du bibliophile qui recherche les meilleurs exemplaires des éditions les plus prisées, celle du chercheur attaché à l’étude de la Renaissance, et celle du citoyen désireux de participer à la reconstruction d’une bibliothèque réduite en cendres par les bombardements. Marcel orienta donc ses achats dans trois directions privilégiées :

  • Le néoplatonisme et l’humanisme italien, avec les œuvres de Platon, de Marsile Ficin, de Poggio Bracciolini. Le fonds Marcel conserve ainsi des manuscrits uniques des textes italiens, notamment un recueil partiellement autographe des œuvres de Girolamo Benivieni ou de Luigi Alamanni. Du côté des imprimés, les volumes de luxe, comme l’exemplaire de l’édition originale des Epistolae de Marsile Ficin (1495) voisinent avec les exemplaires de travail, soigneusement annotés au crayon par Raymond Marcel, source fondamentale pour étudier la démarche de ce chercheur.
  • L’humanisme chrétien. Homme d’Église, l’abbé Marcel collectionne soigneusement les textes les plus représentatifs de la vie religieuse de la Renaissance : un exemplaire du Mystère de la passion de Jésus Christ côtoie ainsi un livre d’Heures enluminé par Bourdichon ; l’unicum d’un traité de Georges d’Esclavonie imprimé à Paris voisine avec une rarissime édition toulousaine de l’Index des livres interdits. La Devotio moderna est naturellement représentée avec l’édition princeps de l’Imitatio Christi ou un exemplaire enluminé des œuvres de Jean Gerson. Les travaux de Marcel sur Érasme expliquent la large place qu’occupent les œuvres de cet auteur dans sa bibliothèque. Seront ainsi numérisés l’exemplaire des Adages (Venise, 1508) annoté par le trésorier Jean Grolier, ou une rarissime édition du Manuel du Soldat chrétien, que Marcel entreprend d’éditer et de traduire.
  • Langue et lettres françaises. L’abbé Marcel constitue une bibliothèque qui témoigne le plus largement possible de la production littéraire française du XVIe siècle. Si les œuvres de Rabelais et des poètes de la Pléiade sont généralement bien connues, Marcel possède par ailleurs des textes moins fameux, telle une  rarissime édition originale du Labirynth de Fortune de Jean Bouchet. Il réunit également une collection très importante de traductions françaises dans des éditions souvent très rares.

Francesco Colonna, Hypnerotamachia Poliphili (Venise, 1499) – l’un des fleurons du fonds Marcel (BM Tours ; photo : François Joly)

 

Présentation & enjeux du projet BiRayMa

Le fonds Marcel, dont le catalogue n’est accessible en ligne que depuis deux ans, n’a encore jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble qui permettrait d’en reconstituer la genèse. En 1987, Jean-Claude Margolin plaidait pourtant déjà pour sa mise en valeur : « Un jour, que nous souhaitons proche, viendra où les quelque cinq cents ouvrages du XVe et du XVIe siècle et la douzaine de manuscrits légués à Tours par l’Abbé Marcel, seront rendus plus accessibles au public savant international par la confection d’un catalogue descriptif imprimé ».

Malgré son importance, cette collection n’a encore fait l’objet d’aucune numérisation spécifique – si l’on excepte la dizaine d’ouvrages d’ores et déjà intégrés au corpus des Bibliothèques virtuelles humanistes. Les enjeux scientifiques et techniques du projet « BiRayMa » sont triples :

  • Constitution de corpus. En enrichissant de nouvelles numérisations les Bibliothèques virtuelles humanistes, il permettra de mettre à la disposition des spécialistes comme du grand public une collection sans équivalent d’ouvrages de la Renaissance relatifs au néo-platonisme italien et à l’humanisme chrétien, qui revêt en soi un grand intérêt pour la recherche. Outre la numérisation (en mode image) de quelques fleurons de cette collection, le projet portera également sur l’encodage en XML-TEI d’une traduction d’un texte ficinien.
  • Déploiements techniques. Le projet BiRayma sera l’occasion de mettre en place de nouveaux outils pour l’interopérabilité des données des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes », avec le protocole IIIF (International Image interoperability Framework) et notamment le déploiement d’un serveur image et d’un visualiseur compatible.
  • Démarche réflexive. Ce projet s’inscrit également dans une démarche réflexive et historiographique conduite par le Centre d’études supérieures de la Renaissance : l’organisation d’une exposition pour célébrer les 60 ans de sa création en 2016-2017 fut l’occasion de mieux apercevoir la place occupée par Raymond Marcel à l’origine du Centre, même si son rôle précis dans l’histoire du CESR reste encore à déterminer. L’étude de sa bibliothèque permettra de mieux connaître les méthodes de travail et les sources qui ont nourri ses recherches, mais également de mettre en perspective nos propres travaux sur l’histoire du patrimoine écrit.

La campagne de numérisation se doublera ainsi d’une recherche systématique des archives relatives aux activités et à la bibliothèque de Raymond Marcel. Les documents contenus dans son “dossier de personnel” aux archives du CNRS ont d’ores et déjà pu être exploités, et permettent de mieux connaître sa personnalité et ses centres d’intérêt.

Le projet, débuté en mars 2019 s’achèvera en décembre 2020.

Né à Bléré en 1902 de parents “pauvres et illettrés” — comme il l’indique lui-même dans sa lettre de candidature au CNRS —, Raymond Marcel entre au petit séminaire de Tours en 1912. Ordonné prêtre en 1926, il débute alors une carrière de modeste curé de campagne au nord de la Touraine, à Souvigné. Parmi ses paroissiens se trouvent Léon et Juliette Démogé, héritiers de l’empire commercial des Nouvelles Galeries, qui le distinguent rapidement pour ses qualités intellectuelles et décident de lui venir en aide. Fort de ce soutien financier, Marcel obtient en 1934 son “congé pour études” et entreprend un doctorat sur Marsile Ficin à la Sorbonne. Ses recherches lui valent d’intégrer en 1949 le CNRS, dont il gravit progressivement les échelons jusqu’au grade de maître de recherches. Il se fait  notamment connaître pour ses travaux sur Marsile Ficin — dont il est à la fois l’éditeur, le traducteur et le commentateur —, mais il s’intéresse également à l’histoire de l’humanisme chrétien, et notamment à Érasme, l’un de ses auteurs de prédilection.
Même s’il habite Paris, Marcel demeure très investi dans la vie intellectuelle tourangelle et milite activement pour la création du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, dont il intègre le conseil de perfectionnement dès 1956. Au début des années 1960, il se lie d’amitié avec René Fillet, le charismatique directeur de la Bibliothèque municipale de Tours, qui le convainc sans difficulté de léguer, à sa mort, sa bibliothèque et ses objets d’art à la ville de Tours, sinistrée en juin 1940.

Signature de l’abbé Raymond Marcel (Photo : R. Jimenes)

 

Le fonds Marcel de la Bibliothèque municipale

La collection de livres anciens rassemblée par Marcel dans les années 1930-1960, témoigne donc d’une triple intention : celle du bibliophile qui recherche les meilleurs exemplaires des éditions les plus prisées, celle du chercheur attaché à l’étude de la Renaissance, et celle du citoyen désireux de participer à la reconstruction d’une bibliothèque réduite en cendres par les bombardements. Marcel orienta donc ses achats dans trois directions privilégiées :

  • Le néoplatonisme et l’humanisme italien, avec les œuvres de Platon, de Marsile Ficin, de Poggio Bracciolini. Le fonds Marcel conserve ainsi des manuscrits uniques des textes italiens, notamment un recueil partiellement autographe des œuvres de Girolamo Benivieni ou de Luigi Alamanni. Du côté des imprimés, les volumes de luxe, comme l’exemplaire de l’édition originale des Epistolae de Marsile Ficin (1495) voisinent avec les exemplaires de travail, soigneusement annotés au crayon par Raymond Marcel, source fondamentale pour étudier la démarche de ce chercheur.
  • L’humanisme chrétien. Homme d’Église, l’abbé Marcel collectionne soigneusement les textes les plus représentatifs de la vie religieuse de la Renaissance : un exemplaire du Mystère de la passion de Jésus Christ côtoie ainsi un livre d’Heures enluminé par Bourdichon ; l’unicum d’un traité de Georges d’Esclavonie imprimé à Paris voisine avec une rarissime édition toulousaine de l’Index des livres interdits. La Devotio moderna est naturellement représentée avec l’édition princeps de l’Imitatio Christi ou un exemplaire enluminé des œuvres de Jean Gerson. Les travaux de Marcel sur Érasme expliquent la large place qu’occupent les œuvres de cet auteur dans sa bibliothèque. Seront ainsi numérisés l’exemplaire des Adages (Venise, 1508) annoté par le trésorier Jean Grolier, ou une rarissime édition du Manuel du Soldat chrétien, que Marcel entreprend d’éditer et de traduire.
  • Langue et lettres françaises. L’abbé Marcel constitue une bibliothèque qui témoigne le plus largement possible de la production littéraire française du XVIe siècle. Si les œuvres de Rabelais et des poètes de la Pléiade sont généralement bien connues, Marcel possède par ailleurs des textes moins fameux, telle une  rarissime édition originale du Labirynth de Fortune de Jean Bouchet. Il réunit également une collection très importante de traductions françaises dans des éditions souvent très rares.

Francesco Colonna, Hypnerotamachia Poliphili (Venise, 1499) – l’un des fleurons du fonds Marcel (BM Tours ; photo : François Joly)

 

Présentation & enjeux du projet BiRayMa

Le fonds Marcel, dont le catalogue n’est accessible en ligne que depuis deux ans, n’a encore jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble qui permettrait d’en reconstituer la genèse. En 1987, Jean-Claude Margolin plaidait pourtant déjà pour sa mise en valeur : « Un jour, que nous souhaitons proche, viendra où les quelque cinq cents ouvrages du XVe et du XVIe siècle et la douzaine de manuscrits légués à Tours par l’Abbé Marcel, seront rendus plus accessibles au public savant international par la confection d’un catalogue descriptif imprimé ».

Malgré son importance, cette collection n’a encore fait l’objet d’aucune numérisation spécifique – si l’on excepte la dizaine d’ouvrages d’ores et déjà intégrés au corpus des Bibliothèques virtuelles humanistes. Les enjeux scientifiques et techniques du projet « BiRayMa » sont triples :

  • Constitution de corpus. En enrichissant de nouvelles numérisations les Bibliothèques virtuelles humanistes, il permettra de mettre à la disposition des spécialistes comme du grand public une collection sans équivalent d’ouvrages de la Renaissance relatifs au néo-platonisme italien et à l’humanisme chrétien, qui revêt en soi un grand intérêt pour la recherche. Outre la numérisation (en mode image) de quelques fleurons de cette collection, le projet portera également sur l’encodage en XML-TEI d’une traduction d’un texte ficinien.
  • Déploiements techniques. Le projet BiRayma sera l’occasion de mettre en place de nouveaux outils pour l’interopérabilité des données des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes », avec le protocole IIIF (International Image interoperability Framework) et notamment le déploiement d’un serveur image et d’un visualiseur compatible.
  • Démarche réflexive. Ce projet s’inscrit également dans une démarche réflexive et historiographique conduite par le Centre d’études supérieures de la Renaissance : l’organisation d’une exposition pour célébrer les 60 ans de sa création en 2016-2017 fut l’occasion de mieux apercevoir la place occupée par Raymond Marcel à l’origine du Centre, même si son rôle précis dans l’histoire du CESR reste encore à déterminer. L’étude de sa bibliothèque permettra de mieux connaître les méthodes de travail et les sources qui ont nourri ses recherches, mais également de mettre en perspective nos propres travaux sur l’histoire du patrimoine écrit.

La campagne de numérisation se doublera ainsi d’une recherche systématique des archives relatives aux activités et à la bibliothèque de Raymond Marcel. Les documents contenus dans son “dossier de personnel” aux archives du CNRS ont d’ores et déjà pu être exploités, et permettent de mieux connaître sa personnalité et ses centres d’intérêt.

Le projet, débuté en mars 2019 s’achèvera en décembre 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.