MONLOE (Montaigne à l’oeuvre)

MONLOE (MONtaigne à l’OEuvre, 2013-2015) est un programme d’édition numérique et de recherche qui vient d’être retenu par l’Agence Nationale de la Recherche dans la thématique « Corpus ».

L’objectif  est de réunir les éléments principaux d’un corpus: les principales éditions des Essais, l’édition « archéologique » de l’exemplaire dit « de Bordeaux » (1588, avec les additions autographes), tous les ouvrages portant la signature de Montaigne conservés dans les différentes bibliothèques publiques et privées, et une sélection d’ouvrages dont on peut considérer qu’ils constituent des sources majeures des Essais. Le legs « Gilbert de Botton » conservé à la Bibliothèque de l’Université de Cambridge depuis 2008 a fait naître ce projet international et collaboratif.

MONLOE  met l’accent sur ce que l’on peut découvrir de la dimension créative d’une œuvre à partir d’un corpus numérisé : processus d’élaboration, additions et corrections, modification des textes-sources et des compilations, interventions d’auteur, invention de l’« essai » et configuration des concepts les plus significatifs des Essais (« humaine condition », doute, prudence, inscience, bonne foi, « fantaisie »…). La comparaison effectuée grâce à l’alignement entre les différentes éditions des Essais, le marquage des citations, la transcription encodée en XML/TEI de l’Exemplaire de Bordeaux (EB), constituent des défis techniques et scientifiques stimulants pour la mise en valeur d’un patrimoine littéraire exceptionnel. La reconstitution de la bibliothèque en 3D permettra à un large public de bénéficier des résultats de l’entreprise.

Un complément de financement (régional et européen) permettra de réaliser la synchronisation entre les Essais en version audio et l’une des éditions en ligne (1595).

Mise en place d’un projet collaboratif international

Dès 2010, les Bibliothèques Virtuelles Humanistes ont pu acquérir, avec des subventions du Contrat de Projet État-Région (CPER), une grande partie de la série d’ouvrages issus du legs « Gilbert de Botton ». Parmi les dix ouvrages déjà en ligne,  dont l’exemplaire d’un Lucrèce abondamment annoté par Montaigne, on compte  l’exemplaire ayant appartenu à Jean-Jacques Rousseau et les éditions des Essais corrigées par Marie de Gournay.

Le projet prévoit en 2013 d’étendre le partenariat à une vingtaine d’institutions à travers dix pays. La première phase comprend  les acquisitions numériques auprès des divers établissements, en complétant en priorité la numérisation patrimoniale des principales éditions des Essais.  L’Exemplaire de Bordeaux sera numérisé par la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux et la Bibliothèque nationale de France. Sont prévus également l’exemplaire Lalanne (1580) et l’exemplaire de 1582 conservés à Bordeaux. L’ensemble des ouvrages ayant appartenu à la fameuse « librairie de Montaigne » et actuellement localisés comprend les 36 exemplaires de la Réserve de la BnF, 29 autres pour Bordeaux, 10 pour Cambridge et des exemplaires dispersés, pour atteindre la centaine.

Outre les volumes de Cambridge, les ouvrages portant la marque de possession ou des traces autographes de Montaigne et conservés hors de France se concentrent au Royaume-Uni (Oxford, Eton, Edimbourg) et aux États-Unis (Harvard, Bloomington, Charlottesville). En possèdent aussi les bibliothèques nationales d’Espagne et de Belgique, ainsi que la fondation Martin Bodmer en Suisse. Les pièces manuscrites, autographes ou non, sont réparties entre Paris (BnF-Richelieu), Rome (Archivio Storico Capitolino), Londres (British Library), Leyde (Bibliothèque universitaire) et Monaco (Archives princières).

Une entreprise éditoriale innovante

Le regroupement de l’ensemble des fac-similés des éditions et pièces manuscrites originales sera complété par la mise à disposition d’une série de transcriptions en texte intégral des principaux écrits de Montaigne. La transcription de l’édition de 1580  offrira aussi, avec l’encodage approprié,  les principales variantes de plusieurs exemplaires de 1580 (Romorantin, Yale, Lalanne, etc.), et celles  de l’édition de 1582. EB (Exemplaire de Bordeaux), avec ses fameux « allongeails » complétés par l’édition posthume de 1595, sera intégralement transcrit (voir l’article spécifique), de même que la Théologie naturelle de Raymond Sebond traduite par Montaigne (édition de 1581, avec les leçons de 1569). La transcription s’effectue en double version consultable au choix, quasi-diplomatique et régularisée.

Le projet MONLOE a l’ambition de répondre à un double défi scientifique et technique : la visualisation de la temporalité de la composition des Essais et la reconnaissance du statut particulier des additions et retouches (éditées ou manuscrites) avec la figuration de l’écrit qu’elle suppose. Le traitement de l’Exemplaire de Bordeaux y occupe une place centrale, puisque le projet voudrait offrir une véritable édition de ce texte hétérogène, en tenant compte de tous les éléments textuels repérables dans l’imprimé et dans les modifications autographes. Ce travail de transcription, d’encodage et de mise en ligne, jamais définitif, prendra appui sur l’analyse de la variation graphique observable (écritures et usages graphiques), qui sera soumis aux traitements linguistiques appropriés (lemmatisation et requêtes sur les hétérographes), associés à une recherche sur les configurations lexicales. La recherche sur la temporalité de l’écriture de Montaigne offrira ainsi la possibilité d’étudier l’orthographe et la ponctuation de l’auteur, dont l’analyse pourra être prolongée par l’étude des manuscrits.

L’écrit et l’oral

Expertise de la « main » de Montaigne

Une étude scientifique de l’écriture de Montaigne peut être réalisée et offrir de nouvelles attributions, à partir de numérisations d’excellente qualité. Une base d’échantillonnage, selon les différentes périodes d’annotation et d’addition (du jeune Montaigne qui annote en latin et recopie du grec au Montaigne des Essais qui grossit l’Exemplaire de Bordeaux surtout en français), sera soumise à une double expertise : 1) celle d’Alain Legros (membre associé du CESR, éditeur des annotations dans le volume Montaigne de la Pléiade 2007 et dans Montaigne manuscrit, Classiques Garnier, 2010) ; 2) celle des laboratoires de reconnaissance de l’écriture, LIP6 et le LIRIS (INSA Lyon). Cette expertise servira à confirmer ou non l’authenticité des exemplaires annotés sans ex libris ni signature  qui contiennent des annotations non identifiées, et à les comparer avec d’autres échantillons d’écriture authentifiée de l’époque. Cette base, qui associera Montaigne, La Boétie et Marie de Gournay, sera comparée à la base d’autres « mains » élaborée par la section de l’humanisme de l’IRHT (Base BUDE développée par Marie-Elisabeth Boutroue).

Les graphies manuscrites de Montaigne

Les études sur l’orthographe de Montaigne, menées de façon ciblée par André Tournon (sur la ponctuation), et sur les pratiques des typographes par Charles Beaulieux et Nina Catach, seront renouvelées ou prolongées par la transcription de tous les manuscrits autographes de Montaigne, ce qui oblige à tenir compte de l’orthographe spontanée des scripteurs du XVIe siècle. Il sera possible d’exploiter systématiquement les graphies de Montaigne, avant toute intention et pratique d’auteur, dans les arrêts, notes du Beuther et notes du Nicole Gilles, puis dans les autres notes de lecture et les lettres (évolution de –eur vers –ur, oë/oi, ste/cete……), pour le latin et le grec également, et dans ces témoignages exceptionnels que sont les additions à l’Exemplaire de Bordeaux.

La renaissance de la « librairie de Montaigne » : modélisation 3D

Le regroupement de ce vaste corpus documentaire sera accessible librement à partir d’une plateforme éditoriale Web aux fonctionnalités avancées, qui prévoit la reconstitution de la bibliothèque Montaigne en 3D. Ce travail s’effectuera avec l’intervention de la Cellule de Transfert ARCHEOTRANSFERT (CNRS, Université de Bordeaux, Adéra).

Un premier projet avait été élaboré par Anne-Marie Cocula en 2000 avec Robert Vergnieux et Pascal Mora (Archéovision) et la collaboration scientifique d’Alain Legros. La reconstitution du château dans son état d’avant 1850, et de la « librairie » dans son état présumé au temps de Montaigne avec les inscriptions grecques et latines peintes au plafond, avait été commencée et la réutilisation de ce travail est envisagée. Le projet pourra s’enrichir en ajoutant :

  • Une reconstitution hypothétique de la disposition des livres sur les étagères (en fonction des inscriptions qui restent sur les tranches ou les dos, peut-être autographes),
  • Un lien entre les livres virtuels sur les étagères et les livres intégralement numérisés (la librairie reconstituée devient —pour le grand public et les chercheurs— une entrée dans les livres),
  • Un lien (son et image) entre les sentences peintes sur les poutres, leur transcription et leur traduction par Alain Legros.

A paraître:

– Editer EB

– Mise à jour  de la liste des exemplaires répertoriés de la « librairie » de Montaigne.

Marie-Luce Demonet et Alain Legros, 22 février 2013

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *