Vers une Base de Typographie de la Renaissance. État des lieux en janvier 2013

La Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR) devrait être accessible en ligne avant la fin de l’année 2013. En interne, les travaux d’indexation et de dédoublonnage progressent.

 Structure de la base

Le projet vise à rassembler des matériels ornementaux (les bois d’illustrations ne sont pas concernés) employés par les imprimeurs au sein d’une seule base regroupant lettres ornées, fleurons, bandeaux et marques typographiques. Il s’appuie sur l’extraction automatique d’images de matériels typographiques, rendue possible par l’utilisation du logiciel Agora, développé par nos collègues du Laboratoire d’Informatique de l’Université de Tours (RFAI, équipe de Jean-Yves Ramel). Le projet prend sa source dans deux bases préexistantes : un répertoire de marques de libraires (175 images) et une base de lettres ornées (13814 images). Ces deux bases, accessibles sur le site des BVH depuis le milieu des années 2000, n’offrent pas un grand confort de recherche, les résultats étant perturbés par la présence de trop nombreux doublons.

Fusionnant ces tables préexistantes, BaTyR devient une base de données relationnelles permettant de distinguer pour un même bloc gravé, différentes occurrences au sein d’un ou plusieurs ouvrages. Chaque image extraite, répertoriée dans une table « occurrences » est ainsi liée à une entrée de la table « bois » recensant les blocs gravés.

Formulaire d’indexation dans la base de données. On peut visualiser sous forme de table la liste des différentes occurrences de cette lettrine

État des données

La nouvelle structure de la base impose un important travail de dédoublonnage qui retarde la mise en place du site internet. Un premier tri réalisé automatiquement à l’aide d’un logiciel gratuit (VisiPics) a permis de réduire le nombre d’entrées de la table « bois » de 26000 à 9500. Le dédoublonnage se poursuit manuellement et s’accompagne d’une vérification de l’indexation. Le rattachement des différentes occurrences  à chaque entrée de la table « bois » est entièrement manuel. Cette opération, nécessairement longue, permet au catalogueur de passer en revue les différentes images extraites et de repérer les particularités propres à chaque ornement. Alors qu’il est loin d’être achevé, ce processus a déjà permis d’identifier les imprimeurs de plusieurs éditions numérisées et mises en ligne par les BVH. Une fois cette phase des opérations terminée, on peut estimer que la table « bois » comptera entre 5000 et 6000 entrées, liées à 26000 occurrences différentes.

L’extraction de nouveaux matériels, interrompue depuis 2010, reprend néanmoins au fur et à mesure de l’avancement des projets, et BaTyR est appelé à poursuivre sa croissance alors même que le dédoublonnage se poursuit. Sont déjà en cours d’extraction les matériels typographiques des impressions berruyères numérisées en 2012 dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque municipale de Bourges (projet Berry savant de la Renaissance). Différents répertoires de matériels typographiques tombés dans le domaine public seront également intégrés dans la base. Font d’ores et déjà partie de BaTyR les 1142 marques typographiques répertoriées par Philippe Renouard (Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, 1928). L’intégration des 1307 marques recensées par Sylvestre (Marques typographiques, Paris, 1853) devrait être achevée avant la fin de l’année 2013.

Fonctionnalités

Chaque entrée de la table « bois » fera l’objet d’une notice en ligne. L’utilisateur pourra visualiser les différentes occurrences d’un ornement au sein d’un ou plusieurs livres. La base permettra ainsi de repérer la circulation des matériels d’un atelier à l’autre. L’utilisateur aura à tout moment la possibilité de consulter les fac-similés originaux et de voir l’ornement « en situation » dans l’ouvrage.

Les notices seront accessibles par différents voies  :

Un formulaire de recherche permettra d’interroger la base en fonction des caractéristiques physiques des matériels répertoriés : type d’ornement, dimensions, nature du motif, etc. Des métadonnées plus élaborées seront interrogeables : présence d’une devise ou d’initiales, gravure inspirée d’un bois préexistant, etc.

Seront mis en place différents index : index des monogrammes et initiales ; index des graveurs identifiés ; index des devises.

 

Lettrine du matériel de Jean de Tournes avec le monogramme du mystérieux « maitre au lambda » (coeur noir portant la lettre lambda)

Parallèlement au formulaire de recherche principal, un accès par « imprimeur » sera ouvert, permettant de répertorier, pour un imprimeur donné, tous les matériels répertoriés dans la base.

 

Bandeau aux initiales de Fédéric Morel

 

Quelques difficultés

Subsistent néanmoins des difficultés techniques. Le calcul des dimensions de chaque ornement est réalisé après extraction de l’image, en tenant compte de sa résolution (on convertit en millimètres les dimensions en pixels de l’image). Plusieurs facteurs rendent ces dimensions incertaines : variation dans le processus d’acquisition des images originales (la résolution affichée étant plus ou moins fiable selon la méthode de travail et les scrupules des opérateurs), présence d’un « delta de découpage » plus ou moins large autour de l’ornement, éventuel rééchantillonage et redimensionnement des fichiers originaux.  Ces variations s’expliquent par l’ancienneté de certaines de nos numérisations (les premières remontent à 2001). La marge d’erreur doit être évaluée précisément et un protocole de correction doit encore être mis en place. Remarquons néanmoins que le processus d’acquisition et de contrôle qualité des images est désormais plus performant et mieux documenté. La situation s’améliore considérablement et les dimensions des images extraites des numérisations récentes sont désormais fiables.

La gestion des ornements typographiques fondus (et non gravés) pose également problème. La diffusion de ces matériels est extrêmement large, les matrices frappées à l’aide un seul poinçon pouvant être diffusées dans toute l’Europe. Un même ornement  peut ainsi se rencontrer sous les presses de plusieurs centaines d’imprimeur. Par ailleurs, les « fleurons de rapport », ou vignettes à combinaisons, qui se multiplient dans la seconde moitié du XVIe siècle sont utilisés dans des configurations extrêmement variées.

Paires de « fleurons de rapport » gravés par Robert Granjon. Ils peuvent être composés en bandeau, en cul-de-lampe, en fleuron, en encadrement, etc.

Constatant les problèmes posés par l’intégration d’ornements fondus à la base de données, nous nous orientons vers un traitement à part des matériels fondus, et donc vers la coexistence de trois tables différentes :

– une table d’ornements gravés (taille-douce ou taille d’épargne)

– une table des « fleurons de rapport »

– un répertoire des polices de caractères

Ces trois tables parallèles voisineront néanmoins en bonne intelligence et seront accessibles simultanément grâce à l’accès « imprimeurs » proposé à l’utilisateur. L’architecture et la mise en place des deux dernières bases sont encore à l’étude.


2 réflexions au sujet de « Vers une Base de Typographie de la Renaissance. État des lieux en janvier 2013 »

  1. Bonjour,
    Pardonnez ma question, mais comment conciliez-vous votre démarche hautement scientifique et le manque de rigueur de Silvestre concernant la dimension des marques reproduites ? leur provenance aussi. Comment restituez-vous les bonnes dimensions ?
    Prospérité aux BaTysseurs.
    hlc

    • Cher monsieur,

      Merci pour votre question et vos encouragements.

      La question des dimensions des matériels typographiques extraits dépasse de loin le seul cas de Sylvestre et constitue l’un des principaux défis de notre base de données. Non seulement Sylvestre manque de rigueur, mais même Renouard, prétendument exact, n’est pas toujours précis. Les traitements techniques que nous faisons subir aux images (prise de vue numérique, extraction des images d’ornements, traitements ultérieurs) sont encore susceptibles d’augmenter l’imprécision. Nous sommes pleinement conscients des limites et difficultés qui se posent à nous, même si nous sommes encore loin d’avoir résolu tous les problèmes.

      Comme une simple réponse à votre commentaire ne saurait épuiser le sujet, j’essaierai de consacrer bientôt un article à ces problèmes. Il devrait paraître d’ici quelques semaines sur ce carnet d’Hypothèse.

      Merci encore pour votre intérêt.

      Rémi Jimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *