CRI & CRII : les travaux continuent

2016 a été une année prolifique pour le signalement des incunables de France : six catalogues informatisés et un nouveau catalogue paru, un record ! Qu’en est-t-il pour 2017 ?

Un nouveau-né pour 2018 : le CRI franc-comtois

Annoncé en 2017, le CRI[1] consacré à la Franche-Comté,  paraîtra au cours de cette année. Marie-Claire Waille et Pierre Aquilon travaillent actuellement sur les épreuves du catalogue. Après l’intégration de leurs ultimes corrections, ce double volume comptabilisera 1 354 éditions et 1 577 exemplaires accompagnés d’une présentation des fonds régionaux, des index des imprimeurs-libraires, des reliures et des provenances. En guise d’amuse-bouche, nous pouvons d’ores et déjà vous annoncer que la Franche-Comté conserve 9 exemplaires[2] des Chroniques de Nuremberg de Hartmann Schedel (A. Koberger, S. Schreyer et S. Kammermeister, 1493). Cette célèbre édition est devenue, au fil du temps, le mètre étalon de la richesse des collections d’incunables d’une bibliothèque ou d’une région.

Quant au CRI IX, consacré au Nord, le travail d’harmonisation continue avec la finalisation des deux tomes et de leurs 1 297 entrées. Si l’on poursuit notre fil rouge, cet opus recensera 15 exemplaires du Liber chronicarum (3 à Douai, 2 à Saint-Omer, Valenciennes, Bergues et Cambrai, 1 à Boulogne-sur-Mer, Bourbourg, Dunkerque et Lille). Ces nouvelles descriptions s’ajouteront bientôt aux 97 autres rassemblées tout au long du projet CRII. La rédaction d’autres catalogues se poursuit en :

  • Aquitaine
  • Bourgogne
  • Île-de-France
  • Dauphiné et la Savoie
  • PACA
  • Haut-Rhin
  • et dans les bibliothèques de l’Arsenal et Sainte-Geneviève à Paris

Finalisation de la première phase d’informatisation

Commencée en 2013, la première vague de rétroconversion s’est clôturée avec le traitement des CRI I (Champagne-Ardenne, paru en 1979 et riche de 1 526 entrées) et II (Languedoc-Roussillon, 507 éditions). Il ne restait plus qu’à traiter les caractères spéciaux manquants pour que nos notices soient complètes.

Remplacement des caractères spéciaux

Un signe € avait été utilisé pour signaler la présence d’un caractère « spécial » : ligatures, abréviations, signes spécifiques, caractères grecs, hébreux, cyrilliques, etc.[3]. Deux prestations successives se sont déroulées de mars à mai 2017 pour remplacer ces occurrences par les entités UNICODE ou MUFI correspondantes. Cette opération a permis de contrôler 740 notices et de remplacer 8 818 caractères. Pour cela, il a fallu  contrôler ligne après ligne la présence de caractères spéciaux, catalogues en main. Ces signes restent difficiles à traiter en raison des problèmes de compatibilité et d’affichage.

Livraison des notices au CCFr

Ce sont donc 7 648 notices canoniques rassemblant 20 230 exemplaires qui ont été livrées au Catalogue Collectif de France en juin 2017. Après plusieurs rencontres, une stagiaire de l’École nationale des chartes a travaillé sur l’intégration des données CRII. Un premier modèle de travail a été défini avec des bibliothèques partenaires ayant déjà retravaillé leurs localement leurs notices.

Publication des données dans le portail bêta-Biblissima

Une partie des notices CRII est déjà visible sur le portail Biblissima parmi des dizaines de milliers de manuscrits et d’imprimés anciens. N’hésitez pas à les explorer avec le moteur de recherche à facettes, les cartes et les graphes et le visualiseur d’images Mirador (qui affiche dans une interface commune des documents issus de bibliothèques numériques compatibles avec les standards IIIF).

Phase II : nouvelle équipe, nouveau corpus

Après une interruption de quatre mois, le travail d’informatisation a repris en novembre 2017 avec le recrutement d’un assistant ingénieur, Carlos Rodriguez. Depuis son arrivée, deux catalogues supplémentaires ont été intégralement informatisés :

  • CRI XVIII, Bibliothèque de l’École Supérieure des Beaux-Arts, Dominique Coq (554 entrées)
  • CRI XX, Bibliothèques parisiennes, Dominique Coq (364 éditions et 4 livrets xylographiques)

Avancement de phase II d’informatisation (au 22.01.2018)

 

Cette nouvelle vague de rétroconversion se poursuit par l’informatisation du volume consacré aux bibliothèques des grands établissements scientifiques parisiens (CRI XV) d’Yvonne Fernillot et Pierre Aquilon. Outre l’originalité des éditions répertoriées (herbiers, régimes de santé, traités de chirurgie, sur la syphilis, etc.), la finesse de la description des notices provoquera un inévitable ralentissement de la cadence. Dans ce volume, il n’est pas rare que la description d’un recueil s’étende sur plusieurs pages. Signalons notamment l’édition des Opera de Galien publiées à Venise en 1490 et le détail de ses 78 pièces[4] entremêlées de références bio-bibliographiques et de caractères grecs qui devraient éprouver la patience d’un « retroconvertisseur » !

 

Retrouvez la présentation des Catalogues régionaux des incunables lors de l’Assemblée générale des Bibliothèques Virtuelles Humanistes de 2017 :

 

Par ce billet, nous tenions également à remercier notre collègue Laura Monneau pour le travail accompli tout au long de ces trois années. Sa vivacité, son engagement et l’efficacité dont elle a fait preuve ont été de précieux atouts pour le projet CRII. L’équipe des Bibliothèques Virtuelles Humanistes se joint à moi pour lui souhaiter réussite et épanouissement dans ses nouvelles fonctions.

 

[1] Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France

[2] Sept exemplaires à Besançon, un Montbéliard et un dernier à Vesoul

[3] Pour plus d’information sur le traitement des caractères spéciaux dans les imprimés anciens, cf. Jacques  André et Rémi Jimenes. « Transcription et codage des imprimés de la Renaissance. Réflexions pour un inventaire des caractères anciens« , Document numérique, vol. 16, n°. 3, 2013, pp. 113-139.

[4] Notice CRI XV-110, exemplaire de l’Académie nationale de Médecine à Paris (cotes A 11 et A 12)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.