« Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projet partenarial Biblissima 2016

Lauréat du quatrième appel à projet partenarial Biblissima, le projet « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi) vise à mettre à disposition d’un vaste public certains des ouvrages remarquables, manuscrits et imprimés, de la fin du XVe siècle à la fin du règne de Louis XIII conservés dans les fonds de bibliothèques du Mans, d’Angers et de La Flèche. Provenant d’établissements ecclésiastiques d’Ancien Régime — La Baumette (Angers), Saint-Vincent et La Couture (Le Mans), collège des Jésuites (La Flèche) – ces exemplaires ont été sélectionnés, tant pour leur intérêt textuel, que pour leurs marques de provenance, leurs annotations ou leur présence dans des recueils factices. Ils constituent en effet un corpus riche d’informations détaillées sur les réseaux auxquels appartenaient leurs utilisateurs, laïcs ou hommes d’Église, et ouvrent des champs d’étude stimulants sur l’histoire sociale, intellectuelle, voire spirituelle dans le grand Val de Loire. Ces volumes où coexistent écritures manuscrites et texte imprimé, précieux témoignage de l’évolution des bibliothèques humanistes, exigent d’être numérisés en haute définition pour fournir aux chercheurs tous les éléments d’une étude scientifique.

Un projet de coopération inter-régional pour l’étude des milieux intellectuels à la Renaissance

Le projet BHLi s’inscrit dans la dynamique du programme de recherche BVH et poursuit l’analyse des problématiques qui avaient été particulièrement mises en lumière lors du projet « Berry savant de la Renaissance » avec la Bibliothèque municipale de Bourge, en élargissant désormais la zone géographique au grand Val de Loire. Il s’intéresse ainsi particulièrement aux échanges universitaires (notamment des juristes entre Orléans, Bourges et Angers), aux réseaux des religieux et par là-même à la diffusion des mouvements spirituels (notamment autour de la congrégation de Chezal-Benoît entre Bourges, Le Mans (Saint-Vincent) et Saint-Germain-des-Prés). Dans le même esprit que celui qui avait prévalu pour cette campagne, c’est aussi un milieu intellectuel local que les BVH cherchent à faire entrevoir (avec des personnalités parfois tout à fait exceptionnelles). Il se trouve d’ailleurs que le projet dispose pour le Maine et l’Anjou d’un outil prosopographique incomparable, l’œuvre quasi contemporaine de La Croix du Maine. La confrontation avec les données extraites du Premier volume de la Bibliothèque permet à l’évidence une peinture particulièrement vivante des humanistes et des hommes de lettres, religieux ou laïcs d’alors. Ces informations, mises en regard d’autres sources de connaissance ou de bases de données permettent une nouvelle vision de ces réseaux.

La coopération entre le CESR et les bibliothèques des Pays de la Loire est un prolongement logique des actions menées depuis de nombreuses années par l’équipe BVH du CESR avec ses partenaires de la région Centre-Val de Loire. Le projet soumis à Biblissima doit servir de première étape à l’organisation d’une collecte de données plus poussée qui sera étendue à l’ensemble de la région des Pays-de-la-Loire. Il s’agira d’une part de poursuivre la collecte de données et les numérisations dans les établissements partenaires du présent projet Biblissima, et d’autre part d’étendre ces pratiques aux bibliothèques de Loire-Atlantique, Mayenne, Vendée. Une école d’été internationale labellisée Biblissima et Humanities at Scale (projet H2020 dont le CESR est partenaire au titre du WP4) sera organisée en juillet 2017 au Mans. S’appuyant sur les documents conservés au Mans, les stagiaires seront initiés aux particularités de ressources telles que, par exemple, les Bibliothèques françoises de la La Croix du Maine, et plus particulièrement aux principes, outils et méthodologies de gestion numérique de ces données en vue de leur exploitation scientifique.

Bibliothèques d’humanistes, incunables et exemplaires annotés

La majeure partie des divers documents (fin XVe au début XVIIe s.) conservés au Mans, à La Flèche et à Angers proviennent de plusieurs établissements ecclésiastiques locaux : des abbayes bénédictines de Saint-Vincent et de La Couture, ainsi que le couvent lazariste de la Mission au Mans ; de l’ancien collège royal de La Flèche offert par Henri IV aux Jésuites ; abbayes de Saint-Aubin et Saint-Serge ou couvent franciscain de la Baumette à Angers. Au Mans, la présence d’humanistes notoires dans les deux abbayes bénédictines – notamment Simon Hayeneufve et Charles Fernand à Saint-Vincent ou Michel Bureau à la Couture – attestent de la présence d’un foyer intellectuel actif et rend fort probable l’hypothèse selon laquelle ces lettrés devenus moines ont apporté leur bibliothèque au monastère. Charles Fernand, qui avaient enseigné la rhétorique dans des collèges parisiens, recevait des livres de ses anciennes accointances, dont un ouvrage, au moins, est attesté à Saint-Vincent dès le XVIe siècle. La vingtaine d’incunables qui ont appartenu à l’architecte manceau Simon Hayeneufve constituent un ensemble cohérent et précieux. Par ailleurs, la mise en œuvre de l’importante réforme bénédictine de Chezal-Benoît, congrégation à laquelle appartient Saint-Vincent, est confiée au manceau Guy Jouenneaux, nommé abbé de Saint-Sulpice de Bourges en 1497. Ancien professeur de rhétorique à Paris, ce dernier est étroitement lié à Charles Fernand et à Michel Bureau. Des exemplaires copieusement annotés de ses éditions de Térence et Cicéron en témoignent.

Dans les bibliothèques de ces lecteurs humanistes figurent aussi évidemment différents exemplaires annotés d’Érasme, exemplaires qui présentent d’ailleurs d’intéressantes traces de la réception de ce prince de l’humanisme en France (recueils factices contemporains de la date de publication, annotation, mentions de provenance…). Le repérage, la reproduction et l’étude de ces exemplaires s’inscrivent dans le cadre d’un projet sur la réception d’Érasme en France au XVIe siècle porté par Christine Bénévent (ENC) et retenu par l’IUF.

Rabelais au couvent de la Baumette

Bien qu’à Angers, les imprimés antérieurs à 1600 soient moins connus que leurs manuscrits médiévaux de Saint-Aubin et Saint-Serge, ils témoignent cependant de la richesse de l’activité intellectuelle dès les années 1450 autour de la cour du roi René et poursuivie par le développement de l’université d’Angers, de nouveaux établissements ecclésiastiques comme le couvent de la Baumette (et qui a probablement accueilli Rabelais avant 1515). On trouve aussi plusieurs exemplaires, avec des annotations significatives de la réception dans les collèges, les couvents et les facultés des arts de la tradition aristotélicienne tardive parisienne, encore mal connue. Certains de ces auteurs sont d’ailleurs nommément cités par Rabelais dans le Catalogue de la Bibliothèque de Saint-Victor (Tartaret, Angers ; Almain, John Mair) et font le lien entre Pantagruel et l’atmosphère intellectuelle de l’époque.

L’université de droit d’Angers

L’université de droit d’Angers est l’une de ces universités « progressistes » ouvertes aux « humaniores litteræ ». Le mos gallicus nouveau s’y développe. Le recrutement de professeurs comme Jean Papire Masson, auteur des Annales Francorum le dit clairement. Ce n’est en effet pas par hasard qu’il y devient recteur en 1571. Si l’on en juge d’ailleurs par les parcours des étudiants et des professeurs, entre Bourges — lieu de la première impulsion humaniste — et Angers le chemin est assez direct. Le grand juriste Éguiner Baron vient y enseigner et y publier des commentaires importants. François Baudouin s’y trouve en 1569. Les étudiants y suivent leur maître et viennent s’installer sur les bords de La Maine. C’est ainsi le cas du juriste lettré Pierre Ayrault († 1601 à Angers ; n° 40 : in-4°, 140 vues) qui se rend à Angers après avoir suivi les cours de Cujas et de Le Douaren à Bourges. C’est aussi le cas de minores comme Mathieu Legrand († 1622) commence son cursus à Bourges mais le termine à Angers.

Des éditions annotées d’auteurs classiques

Plusieurs exemplaires d’éditions in-quarto d’auteurs classiques (Aristote, Cicéron, Virgile, etc.) témoignent de cette circulation des étudiants et du climat d’émulation intellectuelle dans lequel se fait la redécouverte des auteurs anciens. Regroupés souvent dans des recueils factices, ces textes de cours sont chargés d’annotations abondantes, attestant leurs lectures attentives ou des cours dictés sur place ou dans les collèges parisiens (sous Jacques Charpentier, Adrien Turnèbe ou Léger Duchènes). Ils sont de précieux témoins de l’enseignement d’Aristote, des platoniciens alors en vogue et d’autres auteurs classiques au milieu du XVIe siècle. Ils pourront d’ailleurs être utilement comparés aux autres exemplaires déjà repérés, comme ceux qui ont été étudiés par Anthony Grafton et Ann Blair (Annotated Books Online Project). Même peu annoté, l’exemplaire de Johannes Grammaticus (1541) ayant appartenu à John Dee pourra ainsi être confronté aux exemplaires de la bibliothèque du même auteur conservés au Royal College of physicians Museum (Londres ; une exposition en cours : « The lost library of John Dee »).

Dans la perspective d’une étude du milieu intellectuel et de la diffusion des idées nouvelles, le projet souhaite aussi intégrer des auteurs de ces provinces, souvent très inspirés par la Pléiade, comme ce Julien Guesdon, « ligueur breton », inscrit dans un réseau angevin (son lien avec Pierre Ayrault est avéré). Ces auteurs et lecteurs angevins, fléchois ou manceaux peuvent être confrontés souvent aux notices bio-bibliographiques d’un autre manceau de la fin du XVIe siècle, François Grudet, « sieur de la Croix du Maine ».

Mise en oeuvre du projet BHLi

BHLi propose deux phases principales en 2017 qui permettront de répondre aux objectifs scientifiques : la constitution d’un corpus numérique sélectionné dans les fonds patrimoniaux des bibliothèques ligériennes, et le développement de la base de données « Bibliotheques françoises » de La Croix du Maine et de Du Verdier [version bêta en ligne fin septembre 2016] pour confronter les données du corpus BHLi.

Constitution d’un corpus numérique cohérent sélectionné dans les fonds patrimoniaux des bibliothèques ligériennes

Au cours de la phase préparatoire du projet BHLi, les ouvrages sélectionnés feront l’objet de descriptions codicologique et bibliographique détaillées. Les marques de provenances seront décrites et transcrites. Après la numérisation de ces volumes, les images seront traitées et indexées en vue de leur mise en ligne sur les sites des différents partenaires, dont les « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ». Les éléments bio-bibliographiques préalablement décrits seront indexés et les éléments graphiques (notamment les matériels typographiques) extraits grâce au logiciel spécifique AGORA (développé au LI Tours) seront intégrés aux bases de données du programme BVH – notamment la base de matériel typographique BaTyR -, puis reversés à terme dans le cluster de données de l’Equipex Biblissima.

Développement de la base de données Bibliothèque françoises et confrontation des données au corpus BHLi

Le projet BHLi propose de poursuivre le développement de la base de données (actuellement à l’état de prototype) dédiée aux Bibliotheques françoises. Les données relatives aux personnalités d’Anjou et du Maine, recensées et produites par le corpus BHLi, seront ainsi alignées avec les entrées correspondantes de la base de données Bibliothèque françoises. De même les anciens possesseurs d’incunables sont confrontés aux autorités établies dans le cadre du projet CRIICO.

Le projet BHLi poursuit et complète les projets antérieurs

  • Projet « Bibliotheques françoises » de La Croix du Maine et de Du Verdier, adossé au projet Biblissima/CESR, depuis 2012
  • Projet Rabelais, La Baumette, adossé au projet Biblissima-CESR, depuis 2012.
  • Le pan « Données de provenance » intégré au plan de catalogage : la BM du Mans relève systématiquement les marques de provenance depuis 2005 ; un projet de base de données, compatible avec la future base fédératrice des données de provenance Bibale 2 (projet partenarial Biblissima 2015 porté par l’Institut de France) est mis en oeuvre dès 2016. La BM d’Angers met aussi en place l’intégration systématique des mentions de provenances dans son catalogue informatisé.
  • Projet CRIICO (projet partenarial Biblissima 2014 porté par la BM d’Orléans) pour l’informatisation des CRI en Centre-Ouest.

Partenaires du projet BHLi


2 réflexions au sujet de « « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projet partenarial Biblissima 2016 »

  1. Ping : Summer school Bibliotheca Digitalis. Reconstitution of Early Modern Cultural Networks. From Primary Source to Data | July 4-8 Juillet, Le Mans, France – Renaissance & patrimoines

  2. Ping : The BVH in Tours: digital library of image, text and data – TEI Conference Wien, September 30th 2016 | Bibliothèques Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *