Paradoxale fidélité : éditer le manuscrit du Cinquième livre de Rabelais

Du manuscrit autographe à la théorie des brouillons

En mars 1847, Paul Lacroix (alias le Bibliophile Jacob) publia dans le Journal des débats l’annonce d’une découverte importante : il venait d’identifier, dans les collections de la Bibliothèque royale, un  manuscrit du XVIe siècle dont les 146 feuillets renfermaient une copie du Cinquième livre de Rabelais. Ayant comparé son écriture à celle d’une lettre de Rabelais (dont l’authenticité s’avéra douteuse), Lacroix considérait ce volume comme autographe et y voyait le témoignage sûr de l’attribution du Cinquième livre à l’auteur du Pantagruel. Le manuscrit français n° 7981 (devenu depuis le manuscrit français 2156) ne pouvait manquer d’attirer l’attention des érudits ; il procurait notamment une version du texte très différente de l’édition originale imprimée en 1564 (soit onze ans après la mort de Rabelais) et comptait même plusieurs chapitres inédits.

btv1b8571100w

BnF, manuscrit français 2156, f. 1 – Source : gallica.bnf.fr

Rapidement, Paulin Paris mit en cause la découverte du bibliophile Jacob. Il contesta le caractère autographe de la copie, démontrant que l’écriture « de la seconde partie du seizième siècle, bien régulière, bien formée, qui accuse sous tous les aspects la main d’un bon copiste vulgaire », n’avait rien de commun avec celle de Rabelais. Le chartiste ne remettait en question ni l’ancienneté, ni l’intérêt du document, mais rejetait son attribution : loin d’être l’original de Rabelais, ce manuscrit n’était probablement qu’une copie établie postérieurement à la mort de l’auteur. Cette conclusion n’a, depuis, jamais été mise en doute.

L’examen du texte montra cependant l’indépendance du manuscrit par rapports aux éditions anciennes. Ainsi la comparaison des textes conduit-elle les chercheurs à formuler une « théorie des brouillons », considérant le manuscrit de la BnF, l’Isle sonnante (1562) et l’édition imprimée du Cinquième livre (1564) comme trois témoins indépendants les uns des autres, mais tous fondés sur des brouillons laissés par Rabelais, aujourd’hui disparus. Initialement proposée par Charles Marty-Laveaux, reprise par Alfred Tilly et William F. Smith ainsi que par Abel Lefranc, cette hypothèse a été réexaminée par Mireille Huchon, qui a pu avancer dans Rabelais grammairien que le Cinquième livre pouvait être en réalité un montage d’éditeur réalisé à partir de deux séries distinctes de brouillons laissés par Rabelais après sa mort. Cette hypothèse est aujourd’hui largement acceptée par les spécialistes.

Aussi curieux que cela puisse paraître, le papier sur lequel était copié le manuscrit n’a pas suscité d’études spécifiques jusqu’à une période très récente. Sollicitée par Olivier Pédeflous, Michèle Le Pavec, conservateur au département des Manuscrits de la BnF, s’est penchée sur la question. Ses conclusions permettent d’affiner la datation proposée par Paulin Paris : le manuscrit est en effet copié sur des feuilles portant des marques proches (mais non identiques) de celles que Briquet recense sous les numéros 12050 et 12051, et qu’il date des années 1560-1562. Le manuscrit pourrait ainsi avoir été copié dès le début des années 1560, près d’une décennie après le décès de Rabelais, au moment où s’élaborent les éditions de l’Isle sonnante (1562) et du Cinquième livre (1564).

Éditions du Cinquième livre

S’il n’a pas la valeur d’un témoin autographe, le manuscrit français 2156 n’en est pas moins un témoin important pour la connaissance du texte rabelaisien. Le manuscrit du Cinquième livre a donc été souvent sollicité par les éditeurs modernes, qui y ont découvert d’innombrables variantes. Pourtant, il n’a jusqu’à présent servi de base qu’à une seule édition, celle procurée  par Anatole de Montaiglon et Louis Lacour en 1872 (Les Quatre livres de maistre François Rabelais, suivis du manuscrit du cinquième livre, Paris, 1868-1872). En 1994, Mireille Huchon a intégré à son édition des Oeuvres complètes de Rabelais (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade) une transcription partielle du manuscrit, recouvrant les chapitres correspondants à l’Île sonnante. Elle corrigeait certaines des erreurs de transcription de Montaiglon.

En dehors de ces deux cas isolés, le manuscrit français 2156 n’a jamais servi de base à aucune publication. Les éditeurs modernes ont toujours privilégié le texte de l’édition de 1564. Ce relatif dédain s’explique aisément : le manuscrit offre en effet une version extrêmement problématique du texte rabelaisien, parfois difficile à lire, mais plus souvent encore difficile à interpréter. L’édition Montaiglon de 1872 est ancienne, imparfaite, et souvent infidèle. La numérisation par la BnF  et la mise en ligne sur Gallica dans le cadre de l’Equipex Biblissima, du fac-similé intégral du manuscrit, en couleur et en haute définition, nous a permis d’entreprendre, adossé au projet Rablissime, une nouvelle transcription du texte en vue de son édition numérique pour le corpus Epistemon des BVH.

L’état du texte

Notre idée initiale n’était pas d’établir une édition critique du manuscrit, mais d’offrir une transcription fidèle, plus correcte que celle établie par A. de Montaiglon, qui complète celle de M. Huchon.

Rapidement, ce projet s’est avéré insatisfaisant. Car transcrire le manuscrit français 2156 n’est pas une opération simple. Le transcripteur se heurte, naturellement, aux problèmes habituels que pose la transcription des manuscrits en cursive gothique : absence de tout système de ponctuation normalisé, utilisation stochastique des majuscules, confusion possible entre formes de lettres initiales et majuscules, dissimilation nécessaire des lettres ramistes (i/j, u/v), confusion possible entre lettres à jambages, etc. Ces problèmes n’ont rien d’insurmontables et, à condition de décider des règles explicites de normalisation permettant de les résoudre, la transcription du manuscrit devait être une opération simple.

Plus que les difficultés d’ordre graphique, ce sont les problèmes textuels posés par le manuscrit qui constituent le principal obstacle. Car le copiste du Cinquième livre nous a  laissé un texte non seulement fautif en bien des points, mais parfois entièrement dépourvu de sens.

Dès le premier feuillet, le lecteur du manuscrit rencontre une forme incompréhensible, constituée d’un barré (signe abréviatif de par ou per) et de la syllabe « cion« , elle même surmonté d’un tilde abréviatif. Anatole de Montaiglon et Mireille Huchon proposaient d’y lire « précation » ; à cet endroit, l’édition imprimée en 1564 comporte « adjuration ». A la ligne du dessous, le copiste a laissé un espace blanc pour un terme qu’il n’a pas su lui-même déchiffrer.

feuillet 1 verso : "Respondez si bon vous semble car d'aultre [????] ne useray je envers vous [laissé en blanc] craignant alterer voz paternitez"

feuillet 1 verso : « Respondez si bon vous semble car d’aultre
[????] ne useray je envers vous
[laissé en blanc] craignant alterer voz paternitez »

On devine, à lire le manuscrit du Cinquième livre, que les brouillons laissés par Rabelais ne devaient pas toujours être faciles à lire. Sans doute le copiste n’est-t-il pas toujours parvenu à les déchiffrer. Les passages du manuscrit  absents des éditions anciennes sont généralement ceux qui sont le plus difficiles à interpréter, preuve que l’éditeur de 1564 s’est heurté aux mêmes difficultés que notre copiste. On trouve même, dans le manuscrit, une évocation directe de la mise en page des brouillons, qui laisse entrevoir l’état de désordre des papiers laissés par Rabelais. Au feuillet 92, au début du chapitre concernant le souper des dames lanternes, le copiste recopie ainsi un long passage spécifiquement décrit comme « en marge et non comprins ou present livre ».

f. 92 : "S'ensuyt ce qui estoit en marge et non / comprins ou present livre /"

f. 92 :
« S’ensuyt ce qui estoit en marge et non /
comprins ou present livre / »

Les termes grecs, dont Rabelais fait grand usage, ont posé des difficultés particulières au copiste du Cinquième livre. Ce dernier, qui semble ignorer jusqu’au nom d’Ulysse et transcrit « Ulipes » au feuillet 34, n’est visiblement pas un grand helléniste. S’il parvient parfois à transcrire des mots grecs d’une main malhabile, comme au verso du feuillet 114 (= 113), il choisi le plus souvent de laisser un espace blanc à la place des passages qu’il ne parvient pas à déchiffrer.

f. 34 : "Ulipes retourna il guerre [sic pour quérir] son espee en la caverne du cyclope"

f. 34 :
« Ulipes retourna il querre
son espee en la caverne du cyclope »

f. 113 verso : la main grecque, mal assurée, du copiste du Ci,quième livre

f. 113 [= f. 114] verso : la main grecque, mal assurée, du copiste du Cinquième livre

Le paradoxe du transcripteur : de la transcription à l’édition

Le texte du manuscrit, dans ses passages les plus fautifs, devient tout simplement incompréhensible, probablement parce que le sens du texte original échappe au copiste lui-même. Cela nous renseigne sur la dévotion de ce dernier à l’égard des manuscrits rabelaisiens à sa disposition : alors que l’éditeur de 1564 a fait disparaître les passages qui lui posaient difficulté, le copiste du manuscrit a tenu à rester le plus fidèle possible au texte jusque dans les passages qui échappaient entièrement à sa compréhension.

Ces difficultés textuelles, nos prédécesseurs les ont généralement résolues. Anatole de Montaiglon et Mireille Huchon ont identifié et rétabli les termes fautifs et proposé une transcription lisible du texte du manuscrit ; ils se sont attachés à comprendre et à restituer le texte original, celui-là même qui échappait à l’entendement du copiste. Cette opération les a conduits à s’éloigner, parfois considérablement, du manuscrit original. Mais elle était, pour eux, le seul moyen possible de publier un texte lisible.

On lit ainsi, au bas de la page 53 du manuscrit, une phrase dont la fin est difficilement compréhensible :

« ung guerissoit de toutes fiebvres quartes sur lheure seullement a la saincture des quartenaires sus le cousté gauche atachant une queue de ouy regnard / chevalopez est noumé des grecz ».

Montaiglon n’a pas transcrit ce texte incompréhensible. Il a, lui, proposé une interprétation convaincante de la fin de cette phrase :

« atachant une queue de ung regnard que Alopex est noumé des grecz ».

f. 53 : Ung guerissoit de toutes fiebvres quartes sur lheure seullement a la saincture des quartenaires sus le couste gausche atachant une queue de ouy regnard / Chevalopez est noumé des grecz"

f. 53 :
« Ung guerissoit de toutes fiebvres
quartes sur lheure seullement a la
saincture des quartenaires sus le couste
gausche atachant une queue de ouy
regnard / Chevalopez est noumé des grecz »

On comprend dès lors ce que peut avoir de paradoxal le projet de transcrire fidèlement le manuscrit du Cinquième livre : corriger les « infidélités » de nos prédécesseurs en respectant l’original reviendrait à rendre le texte inaccessible. Pour autant, il serait impensable de ne pas rendre compte fidèlement de l’état d’une source aussi importante. Car c’est le texte lui-même qui témoigne le mieux de son histoire, et l’état excessivement fautif du manuscrit est le meilleur indice pour l’étude des brouillons de Rabelais.

La seule solution valable est donc de ne pas nous contenter de transcrire fidèlement un texte fautif, mais de procéder à un « véritable travail d’édition », en résolvant les difficultés et en signalant et commentant les variantes les plus remarquables. Ce travail, beaucoup plus long qu’une simple transcription, est en cours. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la transcription est achevée, la relecture et l’encodage sont en cours. Nous espérons pouvoir publier notre édition du manuscrit du Cinquième livre à la fin de l’année 2016 ; nous espérons aussi publier une étude détaillée du texte du manuscrit et montrer ce qu’il révèle de l’histoire même des brouillons rabelaisiens.

Prévisualisation du texte en cours d'encodage

Prévisualisation du texte en cours d’encodage sous Epistemon

 

Nota. Pour ce qui concerne la « théorie des brouillons », la première partie de cet article doit beaucoup aux éléments de synthèse exposés par Olivier Pédeflous lors de son intervention au séminaire ETAM « Editer, Traduire, Adapter, Moderniser » 14 novembre 2015 (voir le compte-rendu rédigé par Charlotte Stoeri), eux-mêmes largement tributaires des recherches menées par Mireille Huchon. Nous remercions Olivier Pédeflous d’avoir bien voulu nous communiquer le texte de son intervention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *