Exploitation de l’encodage XML-TEI de l’exemplaire de Bordeaux

L’édition numérique en XML-TEI de l’exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne est désormais disponible en ligne sur la base Epistemon des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ». Vu le long et fastidieux travail d’encodage et de relecture qui a mobilisé deux ingénieurs d’études pendant près de deux ans,  ainsi que deux chercheurs pour la relecture et le contrôle du travail, les résultats d’un tel engagement peuvent être légitimement interrogés.

Outre l’affichage dynamique et les différentes options de consultation proposées aux utilisateurs, il est désormais possible de réaliser des traitements informatiques sur le fichier balisé. Ce billet s’attache à présenter les quelques observations et ébauches d’études réalisées sur les pratiques de correction et de remaniement chez Montaigne.

Corrections orthographiques

ceste

Parmi les constatations effectuées : Montaigne corrige systématiquement le mot « ceste » en « cette », parfois de manière très discrète avec l’ajout d’une petite barre horizontale au « s » long devant le « t ».

Toutefois, trois occurrences ont été oubliées. C’est sans doute pour cette raison, sachant qu’il n’était pas infaillible, que Montaigne rédige une liste de consignes au début de cet exemplaire, où il précise :

« cet home cette fame escrives le sans /s/ a la differance de c’est c’estoit »

 

Verso de la première page de garde.

Verso de la première page de garde – Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, f. 36. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Cette consigne ne sera pas respectée dans l’édition posthume de 1595, où l’on retrouve des « ceste » partout où ce mot était corrigé en « cette ».

Étude statistique des additions de l’Exemplaire de Bordeaux

Ces traitements informatiques ont également permis de réaliser une ébauche d’étude statistique sur les additions d’EB. Nous avons évalué leur quantité par livre, leur taille en nombre de mots, et la part qu’elles représentent au sein de l’ouvrage.

Nous avons ainsi constaté que le livre III comportait le plus d’ajouts avec près de 3,5 additions par folio. Toutefois en terme de quantité de mots ajoutés par rapport au total, c’est le livre I qui arrive en tête. De fait, les additions du livre III ont une taille moyenne inférieure à celle des deux autres livres :

stats-addLe livre III est donc le plus remanié par Montaigne, et cela d’autant plus si nous observons les corrections de ponctuation :

Ponct3Est-ce à dire que ce livre III a été le premier à être retouché par Montaigne ? Il faudrait approfondir l’étude pour l’affirmer. En tout cas, le fait qu’il comporte le plus de corrections et d’ajouts n’est pas étonnant dans la mesure où 1588 était la première édition de ce IIIe livre.

Étude de la ponctuation sur l’Exemplaire de Bordeaux

Toutes ces données statistiques ont été recueillies grâce au logiciel de textométrie TXM (Equipe CACTUS, ICAR, ENS de Lyon), qui a permis notamment de réaliser une étude des corrections sur la ponctuation d’EB.

Il est intéressant de constater que parmi les quelques 3 400 corrections de ponctuation, Montaigne transforme surtout des virgules en deux-points :

Ponct1

C’est également devant ces deux-points que Montaigne corrige le plus fréquemment la minuscule suivante en majuscule :

Ponct2

Au total, on dénombre plus de 7 680 modifications de ponctuation, en incluant les corrections des signes et les transformations de majuscules en minuscules et de minuscules en majuscules.

De manière plus générale et qui peut paraître paradoxale – mais qui est le témoin d’une pratique d’écriture -, Montaigne ponctue spontanément assez peu le texte ajouté alors qu’il apporte visiblement un grand soin à corriger la ponctuation existante dans l’imprimé. Il y a en effet deux fois moins de signes de ponctuation par rapport au nombre total de mots dans les parties manuscrites que dans les parties imprimées :

Ponct1

L’encodage fin que nous avons réalisé permet ainsi d’approfondir les études par sondages déjà effectuées sur EB. Il pourrait néanmoins être encore enrichi et complété afin d’affiner les traitements sur le texte et donc d’approfondir nos connaissances de cet exemplaire, rare témoin des pratiques d’édition et d’écriture à la Renaissance.

Lauranne Bertrand et Mathieu Duboc

Projet soutenu par :
Projet ANR MONLOE : « MONtaigne à L’Œuvre » (Programme CORPUS 2012 ANR-12-CORP-0003-01) : montaigne.univ-tours.fr

Projet CORPOREM (BSN 5 – Numérisation, 2014)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *