Édition numérique de l’exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne (1588)

Après deux années de travail menées dans le cadre du projet ANR « Montaigne à l’œuvre » (MONLOE), nous sommes heureux d’annoncer la mise en ligne de l‘édition numérique intégrale de l’exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne, désormais consultable sur la base Epistemon des « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ».

Présentation de l’œuvre

L’exemplaire dit « de Bordeaux », EB, est un exemplaire de l’édition des Essais de 1588 publiée à Paris chez Abel L’Angelier. Cet in-4° de 508 folios comprend pour la première fois un troisième livre, ajouté aux deux livres des  éditions bordelaises de 1580 et 1582 dont le texte a lui-même été augmenté d’environ 600 additions.

Il a pour particularité d’avoir été entièrement retravaillé par son auteur qui y multiplie corrections et additions. Montaigne l’enrichit ainsi de plus de 1 300 additions dispersées dans les marges, en-têtes et pieds-de-page de l’ouvrage. Elles sont parfois très courtes, deux ou trois mots, parfois assez longues, s’étalant sur plusieurs marges comme au folio 35.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 36. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Exemple d’un feuillet abondamment annoté par Montaigne – Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, f. 36. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 47v. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Une annotation de la main de Marie de Gournay, « fille d’alliance » de Montaigne – f. 47v.

Parmi celles-ci, nous comptons trois additions de la main de Marie de Gournay, « fille d’alliance » de Montaigne. Ces ajouts ont pour particularité d’avoir été commencés par l’auteur qui trace le ou les premiers mots, et écrits ensuite sous sa dictée Marie.

Ces additions sont toutes reliées au texte imprimé, ou liées entre elles, lorsqu’elles sont fragmentées sur plusieurs marges, par des signes d’insertion servant de « guidons ». Pour chaque signe de renvoi, un signe d’appel permet de restituer l’addition à la place voulue par l’auteur.

Marque d'insertion la plus courante.

Marque d’insertion la plus courante.

Le signe « I » est le plus fréquent – près de 80% de l’ensemble des signes d’insertions représentés dans EB – et a sans doute été utilisé dans un premier temps par Montaigne. Toutefois, son ouvrage se compliquant, il semble qu’il ait été contraint d’en multiplier les formes. Nous en avons recensé une cinquantaine présentés plus en détail sur le site dédié au projet MONLOE : Signes d’insertion autographes sur l’Exemplaire de Bordeaux.

Malheureusement les marges, en-têtes et pieds-de-page ayant subi au XIXe siècle le couteau du relieur, la plupart des additions en ont été affectées. Il a donc été nécessaire de se référer à l’édition posthume de 1595 afin de restituer ces parties manquantes dans cette édition numérique, en particulier pour reconstituer l’ordre des additions lorsque le signe d’insertion avait disparu. Une édition à proprement parler de l’exemplaire de Bordeaux n’est donc pas possible sans l’aide de 1595.

Pour en savoir plus sur EB : Introduction : L’Exemplaire de Bordeaux (par Alain Legros)

Choix éditoriaux : encodage XML-TEI et affichage

L’exemplaire de Bordeaux, du fait de sa complexité, pose un certain nombre de difficultés dans le processus éditorial. L’outil numérique permet de s’émanciper de la rigidité du papier, mais il a fallu tout de même procéder à des choix scientifiques et éditoriaux, en vue d’en faciliter la consultation et l’analyse.

Alignement texte/image

À terme, le fac-similé image de chaque feuillet sera affiché en vis-à-vis du texte édité sous Epistemon. Toutefois l’ouvrage, considéré comme trésor national, fera l’objet d’une numérisation complète par la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux en partenariat avec la BnF, en 2016. Aussi n’y a-t-il pas véritablement d’intérêt à ce que notre édition soit purement fac-similaire. C’est pourquoi nous avons réintégré les additions à la place voulue par Montaigne, permettant ainsi de faciliter la lecture. L’information de leur position est néanmoins conservée et visible dans une infobulle au survol des signes d’insertion.

Signes d’insertion

Dans la mesure où les additions sont replacées au fil du texte, un unique signe d’insertion a été sélectionné pour l’affichage en ligne. Respecter les signes d’insertion tels qu’ils sont dessinés par Montaigne demanderait la création de glyphes spécifiques Unicode. Or ils ont tous la valeur du signe d’insertion « ⁁ » utilisé en typographie. Dans le cadre de cette édition, c’est donc ce caractère que nous avons choisi de substituer aux signes de Montaigne.

pouet

Détail du fac-similé, f.1

Affichage f.1

Affichage d’un signe d’insertion, f.1

Affichage f.1 avec infobulle sur le signe d'insertion.

Affichage de la position de l’insertion au passage sur le signe, f.1

Additions, restitutions, biffures

Afin de le distinguer de l’imprimé, l’ensemble du texte manuscrit ajouté par Montaigne est stylé en italique. Les additions interlinéaires ainsi que les additions par substitution sont surlignées en bleu clair afin de les séparer des additions marginales qui, elles, s’affichent sans couleur spécifique.

Détail

Détail du fac-similé, f. 2

Détail de l'affichage du f. 2.

Détail de l’affichage, f. 2

Lorsqu’il s’agit d’une substitution par superposition, que ce soit une seule lettre ou un mot entier, cette substitution suit directement la partie supprimée.

Détail sur le fac-similé

Détail du fac-similé, f. 4v

Exemple de lettres substituées à d'autres dans un mot (f. 4v)

Détail de l’affichage, f. 4v

Autre exemple de mots entièrement modifiés

Autre exemple de mots entièrement modifiés, f. 4v

 

Détail sur le fac-similé (f. 4v)

Détail sur le fac-similé, f. 4v

Encodage correspondant

Encodage TEI correspondant, f. 4v

Quant aux biffures, elles apparaissent toutes barrées et sont en gris clair pour les suppressions simples, en gris foncé lorsqu’il y a plusieurs interventions de Montaigne et en bleu clair lorsqu’il s’agit d’un ajout ensuite supprimé.

Détail (f. 4v)

Détail du fac-similé, f. 4v

Visuel d'un passage biffé (f. 4v)

Affichage d’un passage biffé, f. 4v

Nous avons également respecté les biffures simples et doubles opérées par l’auteur. Par souci de lisibilité, les sonnets de La Boétie (Livre I, chap. 29), entièrement supprimés par Montaigne, apparaissent seulement surlignés en gris.

Enfin les parties rognées apparaissent en orangé. Lettres, mots et lignes restitués à partir de l’édition de 1595 sont affichés en romain comme la partie imprimée. Nous avons décidé de respecter les graphies de 1595 et non de reconstituer une orthographe supposée de Montaigne. Toutefois cette dernière édition ne donne pas toujours exactement les mêmes leçons que l’exemplaire de Bordeaux. De plus, en toute logique, les parties biffées par Montaigne n’y apparaissent pas. Dans ces deux cas, la restitution s’est faite à partir des transcriptions déjà effectuées par M. Cagnieul pour l’édition dite « Municipale » de F. Strowski, parue entre 1906 et 1909 sous l’égide de la commision des Archives de la Ville de Bordeaux, et par M. Routhier pour l’édition typographique de E. Courbet et A. Armaingaud, publiée par l’Imprimerie Nationale de 1906 (livre I antidaté) à 1931. Il a fallu parfois corriger certaines lectures erronées. Ces parties restituées sont affichées en italique et au survol de la souris une infobulle affiche les sources utilisées.

Détail du folio 20

Détail du fac-similé, f. 20

Visuel du folio 20 correspondant l'addition placée dans l'en-tête et continuant dans la marge gauche.

Affichage d’une addition placée dans l’en-tête et continuant dans la marge gauche, f. 20

Autres Options d’affichage

En dehors de ces spécificités, le texte respecte les normes Epistemon. Il est proposé à la lecture en plusieurs versions selon les options d’affichage que choisira l’utilisateur, originale ou régularisée :

  • pour la dissimilation des i/j et u/v,
  • pour les apostrophes dans les cas d’agglutination (grâce à un encodage avec la balise TEI <choice>),
  • pour les abréviations graphiques ou « brévigraphes ».
  • Les autres abréviations sont systématiquement développées quel que soit le mode d’affichage en raison de la difficulté à faire apparaître dans certaines polices les caractères Unicode correspondant aux signes abréviatifs.

Tout ceci donne une édition multicolore que nous espérons lisible et compréhensible pour tous.

Exemple de l'affichage du début du folio 7 concernant la fin du chapitre IV du livre I.

Affichage du début du folio 7

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 7. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Fac-similé, f. 7 – Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

 

 

Encodage correspondant à l'exemple ci-dessus

Encodage XML-TEI correspondant, f. 7

Options-consultationÀ tout moment, l’utilisateur peut jongler avec les options de consultation dans le coin supérieur droit, permettant de n’afficher que le texte de 1588 en décochant « Addition » et « Effacé », de masquer les parties biffées par Montaigne, ou encore d’afficher une version sans les restitutions, c’est-à-dire uniquement le texte présent sur l’exemplaire de Bordeaux.

Pour en savoir plus sur ces choix éditoriaux: Présentation : Édition numérique de l’Exemplaire de Bordeaux (par Marie-Luce Demonet)

Attention, les biffures sur les additions interlinéaires apparaissent en soulignement avec Firefox. Il est donc préférable de choisir un autre navigateur tel que Chrome ou Internet Explorer.

téléchargements

Cette édition est téléchargeable en version PDF mais aussi en version HTML. Voici comment procéder :

  • Placez-vous sur la page de titre d’EB.
  • Passez votre souris sur « télécharger » en haut au centre, puis cliquez sur « HTML ». Votre navigateur chargera cette version (générée à la volée par la plateforme XTF).
  • Une fois la page chargée, effectuez un clic droit, puis choisissez « enregistrer sous », sélectionnez un emplacement puis cliquez sur « enregistrer ». Vous aurez alors récupéré sur votre ordinateur un fichier HTML ainsi qu’un dossier contenant les fichiers de stylage du document. Ne les séparez pas sous peine de perdre les données de votre fichier HTML.

Attention, il y a une perte de certains styles à l’affichage sur la version téléchargeable en HTML. Préférez l’édition en ligne aux versions téléchargeables. Nous travaillons actuellement à ce problème.

Perspectives

Cet affichage dynamique met en valeur le minutieux travail que nous avons effectué sur l’objet si particulier qu’est l’Exemplaire de Bordeaux et nous espérons qu’une telle édition numérique éclairera les lecteurs sur les pratiques d’écriture de Montaigne en la rapprochant d’une véritable édition génétique. Dans cette optique l’encodage pourrait être encore complété avec un « typage » précis de chaque ajout, chaque suppression, chaque correction. Par exemple, qu’il s’agisse d’une correction, un ajout marginal ou interlinéaire, ou d’une substitution, le texte manuscrit se trouve encodé dans une balise <add>. Pour le moment seules les additions marginales sont distinguées des ajouts interlinéraires. Il pourrait  être intéressant de détailler davantage pour dissocier une correction orthographique d’une correction de ponctuation, par exemple. Dans l’idéal, une analyse fine des encres sur l’ensemble de l’ouvrage permettrait de confirmer ou d’affiner la chronologie des interventions de l’auteur. Il serait ainsi possible d’améliorer les traitements sur le texte et donc d’approfondir la connaissance de cet exemplaire, rare témoin des pratiques d’édition et d’écriture à la Renaissance.

La transcription et l’encodage du texte ont été réalisés par Mathieu Duboc (ingénieur d’étude aux BVH) à partir du travail préliminaire d’Elise Gauthier (ingénieur d’étude aux BVH, 2014) et en collaboration étroite avec Lauranne Bertrand (ingénieur d’étude aux BVH, 2012-2015) pour la modélisation et l’affichage. Les relectures indispensables ont été effectuées par Marie-Luce Demonet et Alain Legros (éditeurs scientifiques).

Projet soutenu par :
Projet ANR MONLOE : « MONtaigne à L’Œuvre » (Programme CORPUS 2012 ANR-12-CORP-0003-01) : montaigne.univ-tours.fr

Projet CORPOREM (BSN 5 – Numérisation, 2014)

Mise-à-jour le 01/03/2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *