Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et Antoine du Verdier (CESR-Biblissima, novembre 2015-avril 2016)

Présentation

Cofinancé par le CESR et l’équipex Biblissima dans le cadre du programme BVH dirigé par Marie-Luce Demonet, les « Bibliotheques françoises » de La Croix du Maine et de Du Verdier est un projet visant à une meilleure connaissance de ces deux ouvrages de la fin du XVIe siècle que l’on peut qualifier de premiers dictionnaires imprimés d’auteurs français, et une exploitation innovante de leurs données bio-bibliographiques.

Publiés respectivement à Paris en 1584 et à Lyon en 1585, le Premier volume de la bibliotheque de François Grudé, sieur de La Croix du Maine et la Bibliotheque d’Antoine Du Verdier sont à l’origine deux ouvrages distincts. Réédités ensemble avec des annotations au XVIIIe siècle par Rigoley de Juvigny en 6 volumes in-quarto sous un titre unique des Bibliothèques françoises, ils sont le plus souvent considérés indistinctement par les historiens et les bibliographes comme pendants exacts de sources premières sur la littérature française, notamment du XVIe siècle. Le présent projet entend permettre, en proposant une édition numérique établie à partir des éditions originales du XVIe siècle, une exploitation croisée et critique de leurs informations bio-bibliographiques, tout en mettant en valeur les particularités de ces deux entreprises à la fois concurrentes et complémentaires.

Le contenu des bibliothèques

Les deux bibliotheques françoises présentent des auteurs français des origines jusqu’à 1584, sous forme d’articles prosopographiques classés dans l’ordre alphabétique de leur prénom. On y trouve en majeure partie des auteurs et des traducteurs, mais également des érudits plus ou moins célèbres, d’ampleur parfois régionale ou encore des possesseurs d’ouvrages dont la bibliothèque a pu être consultée, certains n’ayant parfois jamais rien publié ni même écrit.

La Croix du Maine, lettre B

Exemples de notices dans le Premier volume de la bibliotheque de François Grudé, sieur de La Croix du Maine, p. 28 – Source : München, Bayerische Staatsbibliothek, 2 H.lit.p. 44-1

Ces articles de longueurs variables sont généralement constitués d’une courte biographie et d’une liste bibliographique. Du Verdier propose régulièrement des citations voire des extraits pouvant couvrir plusieurs pages. Si ces notices sont des sources d’information uniques sur certains auteurs méconnus et oubliés, nombreux sont les ouvrages (imprimés ou manuscrits) décrits par ces deux bibliographes dont aucun exemplaire n’est connu aujourd’hui.

Chacune des bibliotheques françoises contient environ 2 300 personnages dans des mesures cependant différentes : beaucoup de figures locales chez La Croix Du Maine contre une proportion de 20% environ d’auteurs étrangers, dont les œuvres ont été traduites en français, chez Du Verdier. En ce qui concerne les unités bibliographiques, d’après Mark Greengrass (professeur émérite, University of Sheffield), La Croix du Maine en compte 2 526 et Du Verdier 4 730.

Objectifs

Le projet prévoit une analyse approfondie des bibliotheques françoises pour permettre une meilleure exploitation de leur contenu et établir un panorama à la fin du XVIe siècle de la littérature en langue française, qu’il s’agisse d’une production manuscrite ou imprimée. Pour cela, quatre objectifs principaux ont été fixés :

  1. établir une édition numérique des bibliothèques françoises, encodée au format XML-TEI selon les normes en vigueur aux BVH et préparée pour la diffusion telle qu’au sein du corpus Epistemon, sur la plateforme XTF. Pour cela, les textes ont été intégralement transcrits ;
  2. réaliser, à partir des textes ainsi édités, une base de données prosopographiques et bibliographiques interrogeable (moteur Apache Lucene-SolR), en indexant les éléments pertinents ;
  3. aligner, dans la mesure du possible, ces données avec les référentiels existants (USTC, ISTC, VIAF, BNF, BUDÉ, etc.) ;
  4. verser les données dans le cluster Biblissima et proposer leur interrogation et leur consultation via une plateforme dédiée sur le site internet des BVH.
Plan du projet

Plan du projet : workflow

Étapes

L’idée de fond est donc de convertir les données textuelles des bibliothèques françoises en une base de données interrogeable, sans pour autant modifier leur contenu textuel ni leur structure. Cette contrainte, choisie et assumée, entraîne fatalement quelques complications en ce qui concerne l’indexation en XML-TEI – retenue en vue de l’édition numérique. En outre, le contenu étant peu normalisé, nous devrons nous passer d’un traitement automatisé pour la plupart des données à indexer. Prenant en compte ces difficultés, nous procéderons par strates successives d’encodage afin de proposer, à la fin de chaque étape, un état homogène de structuration puis d’indexation – bien que « simple » dans un premier temps au vu de la volumétrie du corpus et de la durée du projet financé (jusqu’à avril 2016) –, sur l’ensemble de la documentation.

1. notices

Essentielle pour la suite, la première phase consiste à isoler chaque notice, ou article, en l’associant à son entrée, dans une balise <div type= »notice »>. Le repérage des notices ne tient pas compte de la structure de l’ouvrage et englobe lorsque c’est nécessaire la pagination, les réclames, etc. Ces éléments seront masqués lorsque l’on interrogera la base de données, et affichés dans le mode édition.

repérer les notices

Repérage des notices dans le Premier volume de la bibliotheque de François Grudé, sieur de La Croix du Maine, p. 249 – Source : München, Bayerische Staatsbibliothek, 2 H.lit.p. 44-1

2. Noms de personnes

Les noms de personnes sont présents à deux niveaux :

  • En tant qu’entrées, associées à une notice.
  • Dans le corps de la notice, pour plusieurs raison :
    • mention de l’auteur d’un texte dans une notice concernant le traducteur ;
    • informations complémentaires données sur un personnage ayant un lien particulier avec la personne dont il est question (familial, professionnel, etc.) ;
    • personnage enregistré sous plusieurs noms et disposant donc de plusieurs notices ;
    • mention d’imprimeurs et/ou libraires.

exemples pour Jean de Meung
[notice 1] IEAN CLOPINEL dict de Meun ancien Poëte François […]
[notice 2] GVILLAVME DE LORRIS. […] Il laissa son liure du Romans de la Roze imparfaict, lequel fut continué par Iean Clopinel dit de Meung 40. ans apres. […]

Une fois repérés et identifiés, les noms seront alignés sur les référentiels et bases de données prosopographiques (VIAF, BNF, BUDÉ). Pour faciliter la procédure, chaque élément <persname> renverra à une liste d’autorité interne contenant elle-même l’ensemble des variantes issues des bibliothèques françoises mais surtout des référentiels évoqués.

Pour autant, l’idée n’est pas de créer une nouvelle base prosopographique là où d’autres, plus complètes, existent déjà : il s’agit simplement de faciliter la recherche au sein des deux ouvrages. La liste d’autorités interne enrichira le formulaire d’interrogation de la base de données avec des formes non présentes dans les bibliothèques françoises. De plus, l’indexation des noms aux deux niveaux (entrée et corps) permettra d’afficher à la demande l’ensemble des notices mentionnant telle ou telle personne.

3. Références bibliographiques

Les références bibliographiques contenues dans les notices sont l’un des éléments clés de ce projet, et demandent de ce fait la plus grande attention.

  • Les bibliothèques françaises mentionnent principalement des références à des imprimés, mais également des manuscrits : ceux-ci sont contemporains ou plus anciens, aperçus chez un imprimeur ou dans une bibliothèque privée, de première main ou des copies, etc.
  • La description des références bibliographiques n’est pas normalisée chez les deux bibliographes, malgré une tentative de Du Verdier qui structure un certain nombre de mentions d’adresses typographiques avec un crochet carré « [ ». Si chez ce dernier, elles constituent souvent des listes, les références sont intégrées, chez La Croix du Maine, dans une phrase : un titre plus ou moins développé, le nom de l’auteur, le nom de l’auteur original s’il s’agit d’une traduction voire la mention d’un traducteur antérieur, des commentaires qualitatifs sur l’œuvre ou la personne, etc.

Dans un premier temps, chaque unité bibliographique sera isolée et identifiée par un élément <bibl>. Pour la suite, deux solutions ont été initialement étudiées :

  • Créer une liste externe permettant de « mettre à plat » l’intégralité des données bibliographiques et associer chaque élément <bibl> à l’élément correspondant dans cette liste. Malheureusement, cette procédure consistant à recréer une liste bibliographique complète nécessiterait des saisies, du coup redondantes, ou d’un travail fastidieux de copier-coller, alors que nous disposons d’un texte intégralement transcrit.
  • Ajouter des métadonnées « au fil du texte » en balisant chaque élément de la bibliographie (auteur, titre, date, format, etc.), ce qui permettrait par ailleurs d’affiner l’encodage par couches successives, mais qui se révèlerait particulièrement verbeux pour le document XML-TEI, et peu adapté pour la cohabitation des balises structurelles et celles destinées à l’indexation :

exemple tei biblOr, Mark Greengrass (University of Sheffield), qui avait déjà procédé à l’extraction de l’ensemble des unités bibliographiques contenues dans les deux Bibliotheques, nous a fait part de sa base de données et a accepté sa collaboration. C’est donc la première option qui est retenue, la base de M. Greengrass jouant ici le rôle de liste externe à laquelle chaque unité bibliographie renvoie, et qui contient elle-même les renvois vers les référentiels, notamment l’USTC.

Il restera à traiter le cas beaucoup plus délicat des manuscrits. En effet, ceux-ci sont très difficilement identifiables car leur conservation est loin d’être assurée et, même si ce devait être le cas, les informations données sont souvent trop peu suffisantes pour permettre une identification. Un travail serait toutefois à mener sur les manuscrits mentionnés comme ayant été aperçus dans la bibliothèque personnelle de telle ou telle personne.

4. données complémentaires

Enfin, une ultime phase d’encodage permettra d’exploiter au maximum les informations contenues dans les bibliothèques françoises :

  • Indexation des données prosopographiques : lieux et dates de naissance et de décès, période d’activité, fonction, position sociale, spécialités, profession, etc.
  • Mise en relation des citations de texte avec les unités bibliographiques correspondantes (notamment chez Du Verdier) :
Du Verdier, p. 450-451

Alignement des références bibliographiques et des extraits dans La Bibliotheque d’Antoine Du Verdier, p. 450-451 – Source : München, Bayerische Staatsbibliothek, 2 H.lit.p. 26


Actuellement, les textes transcrits sont relus et pré-encodés. Entre fin janvier et fin avril 2016, nous projetons de réaliser une première partie des travaux sur le Premier volume de la bibliotheque de François Grudé, sieur de La Croix du Maine :

  • Traitement de l’ouvrage dans son ensemble en ce qui concerne le balisage des notices et l’indexation des noms de personnes.
  • Encodage complet et indexation des données bibliographiques et complémentaires sur une portion significative de l’ouvrage.
  • Réalisation d’une première version de la plateforme de consultation en ligne des données.
  • Versement de ces données dans le cluster Biblissima.

Au delà de cette première phase, il serait souhaitable de poursuivre les travaux sur l’ensemble de l’ouvrage de La Croix du Maine, ainsi que sur celui de Du Verdier.

Toshinori Uetani et Guillaume Porte


3 réflexions au sujet de « Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et Antoine du Verdier (CESR-Biblissima, novembre 2015-avril 2016) »

  1. Ping : TEI Conference 2016 : The BVH in Tours and the « Bibliotheques françoises » project | Bibliothèques Humanistes

  2. Ping : « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projet partenarial Biblissima 2016 | Bibliothèques Humanistes

  3. Ping : « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projet partenarial Biblissima 2016 | Bibliothèques Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *