Synthèse de la séance « Rabelais » du séminaire Epistemon – ÉTAM (Éditer, Traduire, Annoter, Moderniser), samedi 14 novembre 2015

Le principe de ce séminaire organisé par Marie-Luce Demonet est de partager travaux et études portant sur les textes à éditer (format papier et/ou numérique), annoter, interpréter, traduire ; sur la manière de les rendre intelligibles. Cette première séance portait sur Rabelais, une seconde est prévue (le 28 mai 2016) qui portera sur Montaigne.

  • Présentation de l’édition « Bouquins » des œuvres complètes de Rabelais
  • Quelques exemples de « translation »… et de ses difficultés
  • Le « matériau » Cinquiesme Livre
  • Quelques difficultés de transcription, encodage et traduction d’Alector de Barthélémy Aneau
  • État des lieux des projets « Rablissime » et « ReNom »

Présentation par Romain Menini (directeur du projet) de l’édition « Bouquins » des œuvres complètes de Rabelais

Cette édition présentera les œuvres complètes en un seul volume, suivant les exigences des éditions Bouquins, et le texte d’origine apparaîtra en regard de la version modernisée. L’édition, qui n’est pas une édition critique, ne saurait présenter l’intégralité des variantes, seules y figureront « les plus intéressantes ». Cette édition succédera, tout en s’y référant, à celle de Guy Demerson, avec le parti-pris d’une traduction plus « audacieuse ».

L’établissement et la présentation du texte original sont des éléments problématiques et font l’objet de choix éditoriaux. Le texte, dont la mise en page originale sera respectée (pas de tirets de dialogues par exemple), sera présenté avec dissimilations (i/j, u/v), accentuation modernisée et correction des coquilles manifestes. Cette « belle page » ne sera évidemment pas diplomatique, cependant certains choix ont soulevé quelque débat lors de la séance (comme les minuscules après point systématiquement corrigées par l’« équipe Bouquins » mais qui, selon Marie-Luce Demonet, ne constituent pas forcément des coquilles en ce qu’elles pourraient être des marqueurs de ponctuation moyenne).

Le corpus rabelaisien y sera en outre redéfini. Ainsi certains textes dont on sait désormais qu’ils ne sont pas de Rabelais se trouveront-ils exclus et, à l’opposé, d’autres apparaîtront. Il s’agit notamment de textes latins récemment découverts (essentiellement des paratextes à diverses éditions), ou encore du mystérieux Almanach pour l’an 1535 tiré des eaux italiennes (qui vient d’être réédité chez Garnier).

Les livres de la geste gargantuine seront présentés dans l’ordre de publication : Pantagruel y apparaîtra en premier (suivi de la Pantagrueline Prognostication), avant Gargantua. Nicolas Le Cadet est en charge de ces deux premiers romans, Raphaël Cappellen du Tiers Livre (et éventuellement des Chroniques Gargantuines pour lesquelles on ne connaît pas le degré d’implication de Rabelais), Romain Menini des Quart et Cinquiesme Livres et Claude La Charité de l’ensemble des autres textes de Rabelais.

Quelques exemples de « translation »… et de ses difficultés

L’occasion a été donnée aux participants du séminaire de se « frotter » très concrètement aux multiples difficultés que pose une traduction, a fortiori une « translation » puisqu’il s’agit avec Rabelais de moderniser notre propre langue. Romain Menini a soumis à la sagacité de l’assemblée un extrait de sa traduction du Prologue du Quart Livre de 1552, Raphaël Cappellen un extrait du Tiers Livre et Nicolas Le Cadet un extrait du catalogue des ouvrages farfelus de la bibliothèque de Saint-Victor (Pantagruel).

Les divers jeux de mots, les passages en langue étrangère (ou en latin macaronique, par exemple dans le « repertoyre » de Saint-Victor) sont évidemment ardus pour le traducteur. Nicolas Le Cadet a insisté sur les problèmes liés aux multiples jeux de Rabelais (jeux phoniques et calembours, jeux de syllepses et de connotations, mots-valises) ou encore sur ceux posés par les mots de première attestation assez nombreux chez Rabelais. Plus généralement se pose la question du « degré de modernisation » avec les évolutions diachroniques des registres de langue ou de certaines expressions idiomatiques (à l’exemple du « torticoli » devenu « tartuffe » en langue moderne, au risque de paraître anachronique par la référence moliéresque).

Le « matériau » Cinquiesme Livre

Olivier Pédeflous a ensuite présenté un historique des éditions et brouillons du Cinquiesme Livre dans une approche matérielle et intertextuelle. À partir de 1562, plusieurs textes, sous plusieurs formes, apparaissent : d’abord L’Isle sonnante puis Le Cinquiesme Livre avec des éditions pirates et un manuscrit non-autographe. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur le « cas Cinquiesme Livre » jusqu’aux travaux de Mireille Huchon qui établit une dichotomie entre L’Isle sonnante et le reste du Cinquiesme Livre en se basant sur le « système » ortho-typographique de Rabelais. Selon Olivier Pédeflous, il reste toutefois difficile d’établir une chronologie de rédaction puisque de multiples corrections ont pu intervenir dans les divers états du texte. Le manuscrit non-autographe, bien qu’il présente un grand intérêt – des parties inédites ailleurs par exemple –, a été peu étudié et sa datation est problématique : l’étude du filigrane du papier a cependant permis d’établir une datation probable plus serrée (1560-1562).

Rémi Jimenes a présenté son complexe travail de transcription de ce manuscrit pour les BVH. L’écriture cursive gothique est typique du XVIe siècle, soignée, mais présente des difficultés de lecture qui ont conduit les divers éditeurs (Montaiglon, Huchon) à des déchiffrements et des reconstitutions tout à fait pertinents que le transcripteur ne parvient toutefois pas à lire sur les feuillets. De plus, le scripteur qui a recopié ce texte semble n’avoir pas toujours compris ou réussi à déchiffrer son modèle. Il laisse alors des lacunes ou écrit ce qui lui a sans doute paru vraisemblable, parfois au détriment de ce qui semblerait logique dans l’écriture rabelaisienne, ou encore écrit simplement ce qu’il voit, quitte à ce que cela n’ait aucun sens (notamment pour les mots grecs ou hébreux).

Quelques difficultés de transcription, encodage et traduction d’Alector de Barthélémy Aneau

Yvone Greis, qui a travaillé sur une ancienne (et assez mauvaise) transcription, a rapidement fait part de ses divers embarras dans l’encodage qu’elle a réalisé pour la publication en ligne. L’accès à un état du texte le plus authentique possible est en effet nécessaire mais rendu difficile par la transcription, à l’exemple de l’emploi des <sic> qui peuvent être polysémiques ou de la nuance entre régulariser et corriger pas toujours nettement établie par le transcripteur. En outre, certaines abréviations utilisant des caractères spéciaux (l’abréviation « q » tildé par exemple) ont été désabrégés directement dans la transcription. Pour Yvone Greis, il serait souhaitable de faire apparaître toute régularisation, toute correction, faite sur le texte par le transcripteur.

État des lieux des projets « Rablissime » et « ReNom » (BVH) par Marie-Luce Demonet

Ces deux projets concernent directement les œuvres de Rabelais mais on déplore l’arrêt de leur financement. Le projet « ReNom » consiste en l’identification des entités nommées et leur cartographie. L’ambition du projet de philologie numérique « Rablissime » n’est pas celle de « MONLOE » (ANR « Montaigne à l’œuvre ») : il ne s’agit pas de numériser l’ensemble de la bibliothèque de Rabelais, mais l’ensemble de ses œuvres et les principales sources qui y sont utilisées. Le projet se heurte en effet à divers obstacles qui compliquent l’accès aux exemplaires disséminés chez des particuliers ou dans diverses institutions. Les publications de « Rablissime » sont dirigées vers des éditions « fac-similaires » (entre établissement du texte et édition critique). Plusieurs textes transcrits sont actuellement en attente d’encodage. Est ouverte la possibilité d’une édition papier qui permettait d’imprimer une édition critique de tel ou tel état du texte (sur le modèle de la chaîne éditoriale mise en place par le pôle numérique de la MSH de Caen).

Romain Menini a par ailleurs pu identifier la main de Guillaume Budé en marginales d’une édition aldine d’un texte de Grégoire de Naziance, conservée au CESR,  grâce à sa numérisation par les BVH. Toshinori Uetani regrette à ce sujet que les marges soient parfois rognées lors des numérisations. A été soulevé par Marie-Elisabeth Boutroue le problème de la fiabilité des algorithmes élaborés pour identifier les mains de certains auteurs ; fiabilité qui repose en tout premier lieu, selon Romain Menini, sur un œil expert.

Charlotte Stoëri
Enseignante, Lycée Paul-Louis Courrier

« ReNom » : naviguez sur le site renom.univ-tours.fr ou en savoir plus sur le projet
« Rablissime » : consultez le corpus Rabelais sous Epistemon ou en savoir plus sur le projet


2 réflexions au sujet de « Synthèse de la séance « Rabelais » du séminaire Epistemon – ÉTAM (Éditer, Traduire, Annoter, Moderniser), samedi 14 novembre 2015 »

  1. Question à monsieur Romain Menini:
    concernant l’exclusion de textes non attribués à Rabelais, qu’avez vous décidé pour le chapitre 16 de l’Isle Sonante concernant l’Isle des Apedeftes. Madame Huchon l’a exclu des textes rabelaisiens tout en l’intégrant dans ses œuvres complètes. Messieurs Demerson et Ceard semblent croire à un texte de jeunesse. Mon hypothèse de description d’une abbaye et non de la chambre des comptes vous parait elle crédible ? Je pense qu’il s’agit d’un avant texte de l’ile sonante intégré par l’éditeur. Félicitations pour l’ordre chronologique de publication. Bonne année 2016 de l’Ile de la Dive.

    • Réponse de Romain Menini :
      En ce qui concerne le chapitre des Apedeftes du Cinquiesme livre, je reste sur la ligne de Mireille Huchon. Il me semble démontré que les pratiques linguistiques et grammaticales de ce chapitre XVI de L’Isle sonante ne sont pas celles de Rabelais, quant à elles si spécifiques et discriminantes (voir Rabelais grammairien en plus des analyses de Petrossian, la négation, les graphies, etc.). Cependant, nous avons à un faire à un excellent connaisseur de l’œuvre de Rabelais, à n’en pas douter. De futures découvertes nous en apprendront certainement davantage sur cet arrangeur-faussaire de 1562.
      Pour l’édition « Bouquins », qui n’est pas une édition critique, l’éditeur du Cinquiesme livre (moi !) s’en tiendra, je pense, à l’édition imprimée de 1564, avec renvois en note pour les principaux apports du manuscrit allographe (et éventuellement de L’Isle sonante). Mais tout doit tenir dans un seul volume, texte et traduction…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *