Récit & bilan de l’École d’été « Les incunables, de l’invention de Gutenberg à la révolution numérique »

bandeau_incunables_ecole-d-eteDu 7 au 11 juillet 2015 s’est déroulée à Orléans la première école d’été autour des « Incunables, de l’invention de Gutenberg à la révolution numérique ». Organisée par les Médiathèques d’Orléans (R. Goudeseune et O. Morand), le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (C. Bénévent) et l’équipe « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » dans le cadre du projet d’informatisation des Catalogues régionaux des incunables en Centre-Ouest (CRIICO) et soutenue par l’Equipex Biblissima, cette école avait pour but de sensibiliser les participants aux problématiques de description, de catalogage et de numérisation des incunables. Les profils des quatorze stagiaires sélectionnés étaient hétérogènes. Nous avons ainsi accueilli aussi bien des professionnels que des étudiants de master ou de doctorat venant de toute l’Europe et travaillant sur des sujets de recherche variés. Chaque journée s’est partagée entre conférences publiques le matin et ateliers pratiques l’après-midi.

Décrire et cataloguer les livres anciens

L’école d’été a été inaugurée par une conférence sur la fabrication du livre au XVe et XVIe s. Rémi Jimenes, chercheur associé au CESR, a ainsi passé en revue les étapes de fabrication des premiers imprimés, de la préparation du papier à la mise en pages des ouvrages. Après avoir évoqué le chiffon et sa transformation en papier, il est ensuite revenu sur les procédés d’impression utilisés jusqu’au XVe siècle puis sur les pratiques introduites par Johannes Gutenberg. Des exercices pratiques permirent ensuite au public d’identifier les formats utilisés par les imprimeurs du XVe et XVIe siècles en fonction du positionnement du texte sur les feuilles et des éléments distinctifs du papier (filigranes, vergeures et pontuseaux). Aux mots s’ajoutaient des images : R. Jimenes a également abordé les différentes techniques de gravure sur bois et sur métaux ainsi que le développement de caractères spécifiques pour la réalisation de bandeaux ou d’ornements. Ces éléments ainsi que les colophons ou les marques d’atelier sur le papier nous permettent aujourd’hui d’identifier l’origine d’un livre et l’identité de ses producteurs, du papetier à l’imprimeur, jusqu’à l’enlumineur ou au relieur.

L’après-midi fut consacrée à une « excursion catalographique » à travers le référencement des livres anciens selon les époques. Suite à la naissance de l’imprimé et à l’abondance de livres qu’elle provoqua, les descriptions et recensements d’ouvrages augmentèrent eux aussi. Christine Bénévent (Maître de conférences au CESR) et Toshinori Uetani (Ingénieur de recherche CNRS au CESR) ont ainsi proposé d’étudier le traitement d’une même édition dans différents catalogues, du plus ancien au plus récent. Les stagiaires ont pu constater que le niveau de description et les éléments présents variaient d’une notice à l’autre et selon la date de parution du catalogue. Olivier Morand, conservateur à la bibliothèque municipale d’Orléans, a ensuite présenté les évolutions du catalogage des livres anciens. S’appuyant sur les premières normes élaborées dans les années 1980, un groupe de travail travaille depuis plusieurs années sur la version définitive de la norme AFNOR Z-44-074 ainsi qu’un manuel d’utilisation destiné à guider les bibliothécaires pour l’application des règles de description des ouvrages patrimoniaux. Le document de travail est actuellement disponible sur le site Bibliopat. La description des incunables n’y figure pas explicitement mais un complément incluant les usages en vigueur dans les catalogues régionaux des incunables et le catalogue des incunables de la BnF pourrait y être inclus.

La fin d’après-midi, animée par Romuald Goudeseune, laissa la parole aux stagiaires qui présentèrent leur travaux de recherche ou professionnels. À partir d’un poster réalisé par leurs soins, chacun d’eux exposa ses objets d’études et sa méthodologie ainsi que l’intérêt qu’ils portaient aux incunables et leur attentes vis-à-vis de l’école d’été. (A venir, la présentation des stagiaires et de leurs posters sur le site de Biblissima)

En fin de journée, un guide conférencier de la mairie d’Orléans nous fit partager sa passion et ses connaissances sur le centre historique de la ville et ses façades de maisons à pans de bois.

À la découverte des incunables

groupe

Travaux pratiques autour des incunables et de leur catalogage (photo R.Jimenes)

Le deuxième jour s’est concentré plus précisément sur les incunables. Après un retour sur le développement de l’imprimerie en Europe, Pierre Aquilon – Maître de conférences honoraires de l’Université de Tours et coordinateur scientifique depuis 1992 des Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France – a insisté sur les spécificité de ces premières impressions. Par la suite, Frédéric Barbier, directeur de recherche à l’École pratique des hautes études, a présenté un succès éditorial de la fin du  XVe s., le Narrenschiff de Sebastien Brant.

L’après-midi a débuté par une introduction, prise en charge par Pierre Aquilon, au catalogage spécifique des incunables et une initiation au décryptage de leurs notices (familiarisation avec les grandes entreprises de recensement telles que l’ISTC, le GW, le CIBN ou le Pellechet…). Après cette première immersion, les stagiaires ont été confrontés aux difficultés liées au passage d’une notice papier à une notice informatisée : comparaison entre différentes notices extraites des Catalogues régionaux des incunables, confrontation à la rigidité d’une grille de catalogage, découverte des particularités d’exemplaires. Dans un second temps, les étudiants ont pu voir puis toucher l’ouvrage sur la notice duquel ils avaient travaillé quelques minutes auparavant.

Les enjeux de la numérisation

Au matin du troisième jour, après un rappel historique des grands chantiers de numérisation en France et en Europe depuis les années 1990, Catherine Angevelle, conservateur à l’Université de Lorraine, a présenté les enjeux à prendre en compte pour réaliser une campagne de numérisation réussie :

  • son impact (coûts de stockage, de mise en ligne, de traitement des données, la mobilisation de ressources humaines…)
  • le projet scientifique et culturel dans lequel elle doit s’inscrire (définition des contenus, questions juridiques, granularité, homogénéité, contrôle de la qualité)
  • sa mise en oeuvre
  • ses liens étroits et parfois complexes avec la conservation (aussi bien du document que du fichier numérique)

Florent Palluault, conservateur à la bibliothèque municipale de Poitiers, ne put assurer sa présentation initialement prévue au côté de Catherine Angevelle du fait d’une urgence professionnelle.

L’après-midi a débuté par la visite de l’hôtel Dupanloup, ancien évêché et bibliothèque principale d’Orléans jusqu’en 1994. Ragaillardis par de cette escapade, nous avons repris avec un atelier consacré à la difficile articulation entre un ouvrage ancien et son double numérique. Les stagiaires ont commencé par choisir un ouvrage numérisé, en ligne sur le site  « Bibliothèques Virtuelles Humanistes », puis ont dû observer et comparer le fac-similé numérisé avec l’exemplaire physique dont il était issu. Dans un second temps, Marc-Edouard Gautier, conservateur à la Bibliothèque d’Angers, a expliqué les spécificités des livres d’heures et plus particulièrement concentré l’attention sur deux incunables imprimés par A. Vérard, conservés par la médiathèque angevine : Horae ad usum Pictavensem. Paris : pour Antoine Vérard, 20 II 1489/1490 et les Heures en latin et en français à l’usage de Rome, Paris : pour Antoine Vérard, 6 XII 1489. Cette troisième journée s’est clôturée par la présentation de quelques anciens possesseurs orléanais d’incunables, grâce à une enquête menée par Denis Bjaï, professeur à l’Université d’Orléans.

Particularité d’exemplaires et provenances

lettrines

(photo R.Jimenes)

Le quatrième jour s’est concentré sur certaines particularités physiques des livres : la reliure et les mentions de provenances. Isabelle de Conihout, experte chez Christie’s, a commencé par tracer un passionnant panorama des reliures françaises à décor. Nous avons ainsi pu découvrir (ou redécouvrir) les premières reliures estampées à froid, celles de la Renaissance (décor doré, reliures du bibliophile Jean Grolier, etc.), les motifs typiques des XVIIe s. (à la fanfare, décor filigrané) et XVIIIe s. (à la dentelle, mosaïquée) et les évolutions des pages de garde : du parchemin à l’usage des papiers marbrés. Monique Hulvey, conservateur du réseau des médiathèques de Lyon, a ensuite insisté sur l’importance du travail autour des marques de provenances (reliures armoriées, ex-libris et ex-dono, notes manuscrites, mentions d’achats, etc.) rencontrées au fil des ouvrages. Toutes ces marques d’appropriation, rarement évidentes, sont de précieux indices pour appréhender la circulation géographique et historique d’un texte imprimé et le replacer dans les circuits commerciaux de l’époque, rappelant ainsi qu’un possesseur et le contenu de son volume sont toujours liés.

Après cette entrée en matière théorique, les stagiaires ont pu approfondir leurs acquis grâce à des ateliers durant lesquels ils ont été initiés au déchiffrage de marques de provenances et à l’identification de reliures (datation, identification des peaux…).

Les reconstitutions de bibliothèques médiévales et renaissantes

La dernière matinée fut consacrée à la reconstitution d’anciennes collections à partir des marques de possessions laissées par les anciens propriétaires sur les ouvrages. Hanno Wijsman, ingénieur à l’IRHT et responsable de la base de données Bibale, nous a exposé différentes reconstitutions de bibliothèques du XVe s. Grâce aux archives et aux inventaires de nobles ou de marchands du Moyen-âge tardif, H. Wisjsman a souligné la place grandissante des imprimés dans les bibliothèques européennes à cette époque. Une démonstration de Bibale nous a également permis de visualiser les données sur des anciens possesseurs contenues dans la base de données de l’IRHT. Plusieurs intervenants se sont ensuite succédés pour présenter les collections d’anciennes bibliothèques reconstituées à partir des marques de possessions et de reliures. Bruno Guignard, assistant de conservation à la bibliothèque municipale de Blois, a ainsi passé en revue les ouvrages contenus dans la bibliothèque de Lauzières-Thémines, évêque de Blois au XVIIIe s. Olivier Morand a montré des livres consultables aujourd’hui à la BM d’Orléans et regroupés à partir du XVIe s. par les membres de la nation germanique de l’ancienne université de la ville. Enfin, P. Aquilon, R. Jimenes et T. Uetani sont revenus sur les livres reliés en recueil au sein du couvent Chezal-Benoist près de Bourges où ils sont actuellement conservés.

Riche de plusieurs interventions passionnantes, cette ultime matinée fut clôturée par Olivier Morand et Christine Bénévent qui ont remercié les participants à cette école d’été. Par ce billet, nous tenions également à remercier la ville d’Orléans pour son accueil, les équipes organisatrices de la bibliothèque municipale et des BVH ainsi que les intervenants qui ont animé les conférences et les ateliers, sans oublier les stagiaires pour leur dynamisme et leur attention.

Vous pouvez désormais retrouver certaines de ces présentations (conférences et ateliers pratiques) sur le site de Biblissima.

Bilan

A l’issue de l’école d’été, un questionnaire d’évaluation de la formation a conforté que les intervenants et les étudiants se sont montrés majoritairement “satisfaits” – voire “très satisfaits” – de cette école d’été, tant au niveau du contenu pédagogique que sur le plan logistique.

image (3)image (4)image (5)image (6)

Le contenu de la formation a répondu aux attentes de l’ensemble des personnes ayant participé au sondage et la majorité des interventions a été jugé “très satisfaisante”. A leur demande, certaines thématiques seront néanmoins à approfondir :

  • les enjeux autour de la numérisation d’incunables, et plus largement les enjeux et perspectives de la numérisation pour les travaux de ces jeunes chercheurs ;
  • la description et le catalogage spécifiques de ces ouvrages, par le biais de plus nombreux exercices pratiques, sur ordinateur et livre en main ;
  • la reconstitution des bibliothèques et le passage entre manuscrits et imprimés.

Les étudiants ont estimé avoir acquis de nouvelles connaissances, utiles à leurs recherches ou pratiques professionnelles. Les échanges entre stagiaires et intervenants ont été jugés enrichissants, tout comme la séance de posters nécessaire à tous afin d’appréhender les profils et travaux de chaque participant dès le début de la semaine.

L’organisation et l’accueil orléanais ont été appréciés, notamment l’hébergement et les repas. Ces derniers ont été l’occasion de moments conviviaux entre les stagiaires et les intervenants. Pierre Aquilon, hôte attentif et généreux promoteur de notre culture régionale, nous a ainsi fait profiter de ses talents d’orateur en récitant trois chapitres de la guerre picrocholine du Gargantua de Rabelais.

Anne-Laure Allain et Laura Monneau

Cette école d’été a été organisée par les Médiathèques d’Orléans en partenariat avec le Centre d’Études supérieures de la Renaissance de Tours et l’Equipex Biblissima. L’informatisation des Catalogues Régionaux des Incunables est réalisée au CESR, à l’initiative et avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre de l’Equipex Biblissima (Projet partenarial CRIICO (2015) – Equipex Biblissima – ANR-11-EQPX-0007).

biblissima_bleu_IA_fond-blanc_278x58Logo_Orleans_V3_CMJNculturecommunication


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *