Édition numérique des 47 arrêts au rapport de Montaigne – ANR « Montaigne à l’Œuvre »

De 1554 à 1570, Michel de Montaigne siège comme magistrat à la Cour des aides de Périgueux, puis à la Cour de justice de Bordeaux après l’intégration de celle-ci au Parlement de Bordeaux en 1557.

47 arrêts manuscrits ou dicta au rapport de Montaigne

Les Archives Départementales de la Gironde conservent 47 arrêts manuscrits au rapport de Montaigne rédigés durant son passage à la première chambre des enquêtes. Le premier est daté du 17 décembre 1562 et le dernier du 14 août 1567, peu de temps avant qu’il ne devienne conseiller à la Tournelle en novembre de la même année. Écrits par le rapporteur ou bien sous sa dictée, au moins sous son contrôle, ces arrêts sont signés par le président de la Chambre, qui fixe le montant des « épices » (honoraires) dues au rapporteur et aux commissaires, puis par le rapporteur lui-même, qui dresse la liste des conseillers présents par ordre d’ancienneté et de préséance, avant que le greffier n’indique au bas de l’acte la date du procès et parfois en marge le montant des amendes ou des dépenses.

Arrêt autographe au rapport de Montaigne du 15 mai 1563

Arrêt autographe au rapport de Montaigne du 15 mai 1563 – Archives départementales de la Gironde, Bordeaux

Interventions du président et du greffier mises à part, 10 de ces arrêts sont rédigés par Montaigne lui-même en écriture humanistique.

Arrêt allographe au rapport de Montaigne du 7 septembre 1565 - Archives départementales de la Gironde, Bordeaux

Arrêt allographe au rapport de Montaigne du 7 septembre 1565 – Archives départementales de la Gironde, Bordeaux

Les 37 autres, en gothique cursive, sont écrits par des mains différentes, avec parfois des corrections ou additions du président ou du rapporteur. Pour 35 d’entre eux, Montaigne a inscrit lui-même en une ou deux colonnes la liste des président(s) et conseillers présents. Sur les deux autres, c’est le greffier qui a rédigé cette liste et l’un d’eux n’est pas signé par le rapporteur.

Pour en savoir plus : présentation des arrêts au rapport de Montaigne par Alain Legros

L’édition numérique XML-TEI des Arrêts

Dans le cadre du projet « MONtaigne à L’OEuvre », ces 47 arrêts ont été encodés en XML-TEI pour publication dans la base Epistemon du programme « Bibliothèques Virtuelles Humanistes ».

Les notices sont directement extraites des TEI-Header, afin de faire apparaître l’ensemble des responsabilités nommées dans les arrêts : appelé(s), appelant(s), conseillers, président(s) et le rapporteur Montaigne. Chacune d’elles a été encodée dans une balise <respStmt> comme suit :

respStmtLe contenu a été encodé selon les normes éditoriales des BVH et spécifiques aux manuscrits :

  • Le lignage est respecté.
  • La division des mots en fin de ligne respecte l’original.
  • Les abréviations sont développées et encodées dans les balises <expan></expan> exceptées les lettres tildées de Montaigne qui sont encodées en <choice><orig></orig><reg></reg></choice> comme c’est le cas pour le reste du corpus Montaigne.
  • L’accent intérieur abrégeant un « s », particularité de Montaigne, est développé et encodé dans une balise <expan>.
  • Les cédilles ne sont pas rétablies.
  • Les apostrophes sont rétablies et encodées en <choice><orig></orig><reg></reg></choice>.
  • Les u/v et i/j à l’initiale sont systématiquement dissimilés exception faite de l’écriture de Montaigne comme c’est le cas pour le reste du corpus Montaigne.
  • Les i/j intérieurs sont respectés et encodés en <choice><orig></orig><reg></reg></choice>.
  • L’usage des majuscules est respecté : les formes de lettres initiales sont rendues par des capitales ou sont régularisées selon l’usage moderne pour les quelques formes ambiguës.
  • La ponctuation respecte celle de l’original.
  • Les corrections sont encodées dans des balises <del></del> pour les biffures, <add></add> pour les ajouts et <subst><del></del><add></add></subst> pour les substitutions.
  • Seules les mains de Michel de Montaigne (en couleur marron) et d’Étienne de la Boétie (en bleu foncé) sont mises en évidence.

Chaque partie des arrêts se trouve dans une balise <ab></ab> pour « anonymous block ». On en distingue en général trois principales :

  • La première, en deux paragraphes distincts, introduits par « Entre… » puis « Et… », donne la liste des appelants et appelés qui peuvent être également nommés demandeur(esse) et intimé(e). Lorsqu’il y a plusieurs motifs d’appel concernant plus de deux parties, ces paragraphes sont dédoublés.
  • La seconde, commençant par « Veu le proces… » expose la liste des pièces fournies par les parties, en particulier le « libelle apellatoire » présenté par le(s) demandeur(s) en appel ainsi que la « response à icelluy » de(s) appelé(s).
  • Enfin la troisième présente la décision de la cour, introduite par : « Il sera dit… »

S’ajoutent à cela 5 ou 6 blocs anonymes pour l’encodage des différentes parties concluant ces documents et correspondant à :

  • La signature du président (la balise <ab> comporte ici un attribut @type= »signature »).
  • Le montant des épices du rapporteur.
  • La signature du rapporteur Montaigne (également avec un attribut @type= »signature »).
  • La liste des président(s) et conseillers (dans les balises <list><item></item></list>).
  • La date apposée par le greffier.
  • Le cas échéant, le montant des amendes ou dépenses ajoutés par le même greffier.
Exemple d'encodage : Arrêt du 7 septembre 1565

Exemple d’encodage : Arrêt du 7 septembre 1565

Ces éditions XML-TEI des 47 arrêts sont désormais disponibles sous Epistemon sur le site des BVH : http://xtf.bvh.univ-tours.fr/xtf/search?type=tei;f1-genre=Arret. Nous espérons que la lecture de ces pièces fera comprendre aux chercheurs et passionnés de Montaigne pourquoi Jacques-Auguste de Thou, premier président du Parlement de Paris, dira un jour de lui qu’il avait été un conseiller ‘‘assidu’’, contrairement à ce qu’on croyait savoir jusqu’aux travaux récents de Katherine Almquist.

Mathieu Duboc

Projet ANR « MONLOE » : MONtaigne à L’œuvre (Programme CORPUS 2012 ANR-12-CORP-0003-01)


2 réflexions au sujet de « Édition numérique des 47 arrêts au rapport de Montaigne – ANR « Montaigne à l’Œuvre » »

  1. Bonjour, A tout hasard…
    Comme j’ai vu que vous aviez dépouillé les arrêts du parlement de Bordeaux, peut-être avez-vous repéré dans votre recherche un arrêt (sans rapport avec votre sujet) que je cherche et que je n’ai pas vu mentionné dans l’Inventaire-Sommaire. Il est signalé par Gabriel de Lurbe, en 1594, dans sa « Chronique bourdeloise » :
    « en février 1571, il y a arrest donné par ladite Cour, par lequel est ordonné, que tous les negres & mores qu’un marchant Normand avoit conduit en ceste ville pour vendre, seraient mis en liberté. la France mere de liberté ne permet auncuns esclaves. » Je travaille sur l’histoire maritime au XVIe siècle et je voudrais trouver le document original de cet arrêt. Je suis preneur de toute suggestion ou de tout contact.
    Bien cordialement
    Jean-Marc Montaigne
    Documentaliste ASI
    Rouen

    • Bonjour,

      Nous vous remercions vivement pour l’intérêt que vous portez à nos recherches.
      Alain Legros, qui a réalisé le dépouillement des liasses d’arrêts, va vous répondre sous peu, par courriel et de manière plus précise.

      Bien cordialement,
      Mathieu Duboc
      Ingénieur d’Études en analyse de sources pour les Bibliothèques Virtuelles Humanistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *