Avancement de l’édition numérique EB-88 – Projet ANR MONLOE

Avancée des travaux

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 306. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 306. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

La transcription et l’encodage des parties manuscrites de l’Exemplaire de Bordeaux (EB) ont été commencés début 2013, dans le cadre du projet ANR « Montaigne à l’oeuvre », par Élise Gauthier qui a traité entièrement le Livre I ainsi que les deux tiers des notes marginales du livre II. La relecture de l’encodage XML-TEI du livre I est en cours.
Le travail a été repris en novembre 2014 par Mathieu Duboc. A la fin de cette année, la transcription et l’encodage des notes marginales du livre II sont terminés et ceux du livre III commencés. Il reste toutefois les insertions interlignes du livre II à terminer.
Parallèlement, la relecture, par un prestataire, de la transcription de la partie imprimée des trois livres, a débuté en septembre 2014. Le livre I est, pour l’heure, entièrement traité et la relecture du livre II est en cours.

Encodage et difficultés de transcriptions

Le travail de transcription et d’encodage est particulièrement ralenti par les nombreuses difficultés que peut poser un tel document.
Parmi ces difficultés, la plus évidente concerne tout d’abord les parties à restituer suite au massicotage opéré au XIXe siècle. Pour ce faire, nous utilisons l’édition des Essais de 1595. Pour les parties biffées et rognées qui n’existent donc pas dans EB, les restitutions sont effectuées selon le sens du texte : la transcription du Dr. Armaingaud éditée par l’Imprimerie Nationale en 1906 est d’une précieuse aide même s’il faut rester prudent quant aux éventuelles erreurs qu’elle peut véhiculer.
Une difficulté importante concerne ensuite l’encodage des ratures et corrections qu’il est difficile de rendre compréhensibles. Par exemple, au folio 299, Montaigne a réécrit le mot « aiant » sur « d’avoir ». Il a été décidé de l’encoder de manière à ce que ce soit clair pour le lecteur et non de la façon dont l’a corrigé l’auteur.
Ainsi, l’encodage ci-dessous a-t-il été abandonné :

<del>d'</del>a<subst><del>uoir</del><add>iant</add></subst>

Au profit de celui-ci, jugé beaucoup plus clair et correspondant également à la volonté de Montaigne de remplacer « auoir » par « aiant » :

<del>d'</del><subst><del>auoir</del><add>aiant</add></subst>

Enfin, la plus grosse difficulté réside dans la restitution des séquences d’écriture des passages qui comprennent plusieurs moments de rédaction. Ces parties sont bien souvent biffées et contiennent de nombreuses corrections comme au bas du folio 335 recto.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus », Détail du f. 335. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus », Détail du f. 335. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Dans le présent cas, nous avons 3 séquences d’écriture : une première, biffée dans le coin inférieur droit, une seconde, elle aussi biffée en interligne de la première et une troisième non biffée dans l’espace inférieur gauche. S’ajoute à cela une difficulté supplémentaire : la quatrième ligne de la première séquence a été corrigée pour servir de quatrième ligne à la seconde séquence.
Pour ce genre de cas,  il serait peut-être intéressant de penser à un affichage des différentes séquences par transparence mais la modélisation et donc l’encodage correspondant restent en discussion.

Modélisation

À propos de la modélisation générale du document, le choix s’est arrêté sur une restitution des notes marginales à l’emplacement où elles devraient se trouver dans le texte, pour permettre une lecture fluide.
En effet, une modélisation fac-similaire ne donnerait aucun avantage dans la mesure où les fac-similés seront affichés en face de la transcription :

Ancienne modélisation dite "facismilaire"

Ancienne modélisation dite « facsimilaire »

Cette visualisation perturbe plus le cheminement du lecteur dans le texte qu’elle ne lui révèle réellement le principe des remaniements souhaités par Montaigne. Si bien qu’une modélisation « au fil du texte » est actuellement en phase de test :

Nouvelle modélisation au fil du texte

Nouvelle modélisation au fil du texte

Les options de consultation permettront d’afficher, comme pour l’ensemble du corpus Epistemon, lorsqu’un tel balisage a été effectué, les parties supprimées, les ajouts et les restitutions :

En orange, les passages massicotés. En gris, les passages raturés. En bleu, les passages ajoutés.

En orange, les passages massicotés. En gris, les passages raturés. En bleu, les passages ajoutés.

Ces mêmes options permettront également de masquer certaines balises et leur contenu :

Modélisation sans les passages raturés.

Modélisation sans les passages raturés.

Cet affichage dynamique met en valeur le minutieux travail que nous effectuons actuellement sur l’objet si particulier qu’est l’Exemplaire de Bordeaux de 1588 et nous espérons qu’une telle édition numérique éclairera les retouches et corrections voulues par l’auteur, qu’on imagine aisément penché sur son livre…

Montaigne à l’oeuvre.

Mathieu Duboc


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *