Mise en ligne de la Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR)

Après plusieurs années de réflexion et de développement, la version bêta de la Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR) est désormais accessible sur le site des BVH. Elle a été présentée au public le 28 novembre 2014, à l’occasion du colloque Design graphique : les formes de l’histoire, organisé par André Baldinger, Catherine de Smet et Philippe Millot au Centre Georges Pompidou et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad).

BaTyR remplace les bases de lettrines et de marques typographiques jusqu’alors disponibles, dont le contenu a été intégralement reversé dans le nouvel outil. Accueillant un corpus beaucoup plus large, comptant non seulement les lettres ornées et les marques, mais également les bandeaux, fleurons et autres ornements gravés sur bois ou sur métal, la base offre des fonctionnalités spécifiques.

"Gare au gorille"

« Gare au gorille », dans le matériel de Michel de Vascosan (BaTyR n° 19036)

Elle s’articule autour de deux tables principales. Une table générale des occurrences reçoit toutes les images d’ornements extraites automatiquement de nos fac-similés par le logiciel Agora, tandis qu’une table des ornements identifie et décrit les différents blocs de bois ou de métal gravés. Les diverses occurrences d’un même ornement sont ainsi liées entre elles au sein d’une seule et même notice descriptive, ce qui permet de repérer les cas de réemplois d’un ornement entre diverses éditions voire les cas de circulation d’un ornement d’un atelier à l’autre (voir, par exemple, BaTyR n° 1617).

BaTyR entend répondre à deux fonctions principales :

  • Elle est d’abord un outil d’aide à l’identification bibliographique. Elle offre aux catalogueurs et aux historiens un corpus de références auquel pourront être comparés les ornements qui apparaissent dans un certain nombre d’éditions anonymes. BaTyR a d’ores et déjà permis d’attribuer à certains imprimeurs plusieurs éditions jusqu’alors anonymes, comme deux des placards berruyers numérisés dans le cadre de la campagne « Berry savant de la Renaissance » à Bourges en 2012 (voir fac-similés n° 868 et 869).
  • Elle est également un outil destiné à l’étude des modes et des pratiques typographiques de la Renaissance, puisqu’elle offre déjà au public un corpus dûment indexé de plus de 7500 ornements différents, appelé à être augmenté au fur et à mesure des numérisations. Nous espérons notamment que les historiens de l’art et du livre se pencheront sur ces objets, qui présentent une richesse iconographique incomparable.
- J'en perds la tête... - Ah ! T'es scié, hein ! Dialogue tiré du De Humani Corporis Fabrica d'André Vésale
–  J’en perds la tête !
– Ah ! Tu es scié, hein !
(dialogue reconstitué d’après André Vésale, BaTyR n° 3187)

La base offre plusieurs voies d’accès : un formulaire général permet de rechercher un ornement en fonction de critères bibliographiques et/ou iconographiques précis. Mais un accès par index a également été prévu : une table des devises, une table des graveurs identifiés (voir un précédent article à ce sujet) et une table des imprimeurs-libraires sont d’ores et déjà en place. BaTyR offre ainsi l’accès à des notices qui répertorient les différents matériels associés à chaque imprimeur-libraire (voir, par exemple, la notice consacrée à Jean de Tournes).

Les ornements typographiques étaient fréquemment copiés, imités ou contrefaits, et il convient de se méfier des identifications trop hâtives. BaTyR propose justement d’aider à repérer les cas de copies ou d’imitation : lorsque deux ornements présentent des motifs iconographiques proches, un système de renvoi permet de passer d’une notice à l’autre. Ce système présente un double intérêt : il permet, d’une part, de réduire les risques de confusion entre deux ornements proches, pour éviter ainsi les erreurs d’identification ; il constitue, d’autre part, un moyen d’étudier les courants d’influence, en montrant la fortune de certains motifs iconographiques  (voir, par exemple, BaTyR n° 9593).

"Depuis qu'il mange les céréales Kallougs à son petite déjeuner, mon fils est en pleine forme" (une mère fière de sa progéniture, dans l'atelier de Jacques Faure, à Lyon)

Une mère heureuse : « Depuis qu’il mange ses céréales au petit-déjeuner, mon Hercule est en pleine forme » (BaTyR n° 23310)

La base est pour le moment disponible en version bêta. Elle est donc toujours en développement. Nous espérons l’améliorer et l’étoffer de nouvelles données au cours des mois à venir. Nous espérons qu’elle sera, en l’état, bénéfique pour les recherches de ses utilisateurs.

http://www.bvh.univ-tours.fr/batyr/beta/index.php

S'occuper en temps de paix : Jules César et ses hommes jouant à "un, deux, trois, soleil" dans la cour du camp à Alesia, après la reddition de Vercingétorix

S’occuper en temps de paix : à Alesia, après la reddition de Vercingétorix, Jules César et ses hommes jouent à « un, deux, trois, soleil ».

 

 


Une réflexion au sujet de « Mise en ligne de la Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR) »

  1. Ping : La Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR) | BiblioMab : le monde autour des livres anciens et des bibliothèques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *