Sûreté des collections patrimoniales et lutte contre le trafic des biens culturels, retour sur les JPE 2014

La sûreté des collections patrimoniales en bibliothèque était au programme des dixièmes Journées du Patrimoine Écrit organisées à Nice les 12 et 13 juin 2014 par le Service du Livre et de la Lecture et la ville de Nice. Ce thème avait été dicté par l’actualité puisqu’une dizaine de bibliothèques territoriales venaient d’être victimes de vols conséquents de cartes et d’estampes du XVIe au XVIIIe s. avec dégradations. Un des voleurs, se faisant passer pour un chercheur étranger, découpait les planches des ouvrages consultés à l’aide d’un cutter, en profondeur dans la reliure. Les feuillets étaient ensuite revendus à un receleur en Hongrie. Grâce aux récits de bibliothécaires victimes de ce pillage, nous avons pu appréhender au plus près le difficile équilibre entre sécurité des collections et lecture publique.

La sécurité doit être pensée en relation avec de nombreux autres domaines qui agitent le monde des bibliothèques tels que la conception des locaux, la circulation des personnes et du personnel, l’organisation du travail, l’équipement des collections et leur signalement mais aussi la surveillance des salles de lecture, le travail d’inventaire, de récolement et d’estampillage.

Un passionnant rappel historique nous a permis de mesurer la difficulté de protéger des collections. Les bibliothécaires du Moyen âge ont commencé par attacher leurs livres à des chaînes. De nos jours, ce sont des dispositifs électroniques qui ont remplacé les chaînes médiévales. Malgré toutes ces précautions, sécuriser des fonds tant anciens que précieux reste difficile et des disparitions sont toujours constatées.

Dans les bibliothèques, le constat d’un vol est bien souvent postérieur au délit et c’est même l’une de ses caractéristiques. Si la disparition d’un document est avérée, il convient de connaître et suivre la procédure en cas de vol : dépôt de plainte, signalement aux tutelles, constitution du dossier documentaire, prise de contact avec l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels. Chaque élément relatif au mode opératoire reste précieux (effraction, vol commis en salle de lecture ou en magasin, faux papiers d’identité). Depuis 1975, l’OCBC1 combat les délits commis par des filières internationales. Ce travail se fait via une lutte active contre le recel notamment grâce à la base de données TREIMA2 qui recense et décrit les objets volés.

L’Office central exerce également une mission de prévention et de conseil auprès des institutions. Afin de conserver en toute sûreté leurs collections, les institutions se doivent de contrôler leurs accès extérieurs (surveillance et gestion des accès, alarme anti-intrusion avec transmission à la police) tout en étant vigilantes aux mouvements intérieurs (vigilance lors des consultations d’ouvrages, système de casiers, séparation des espaces publics et administratifs, armoire forte, antivols, etc.).

Des mesures de prévention simples peuvent aider à protéger les collections du vol :

  • l’inscription à l’inventaire
  • le marquage systématique des collections (un élément de restitution témoin de l’appartenance d’un ouvrage à une bibliothèque)
  • des récolements réguliers
  • la sensibilisation des agents et des publics à la sûreté des collections
  • et enfin une bonne dose de « bon sens »

Ces journées ont été l’occasion d’insister sur l’importance de l’établissement d’une collation précise pour un ouvrage ancien. Celle-ci permet de matérialiser et repérer certaines particularités d’exemplaires (manque de certains feuillet, inversions). Elle est également un bon moyen pour contrôler la complétude d’un ouvrage, que ce soit avant ou après sa consultation. Les BVH ont ainsi développé des scripts qui permettent de générer automatiquement la pagination/foliotation ainsi que la liste des signatures à partir d’une formule de collation :   http://www.bvh.univ-tours.fr/form/collation.html. Pour plus de détails, lire le billet : Collation et sommaire : exemple de cohésion dans une chaine de numérisation.

Chapelle des Pénitents blancs, Nice

Chapelle des Pénitents noirs, Nice

Un bon plan de sécurité des collections en bibliothèque reste celui qui parvient à trouver un juste milieu entre la conservation et la sécurité des documents sans pour autant mettre de côté les valeurs de service public. Pour terminer sur une note plus légère, ces journées ont été également l’occasion de profiter du riche patrimoine niçois. En plus de quelques spécialités culinaires, il a été très agréable de profiter d’une visite ensoleillée de la vielle ville avec sa place Garibaldi, son étonnante chapelle des Pénitents noirs, son palais Lascaris, sans oublier la bibliothèque patrimoniale Romain Gary.

Retrouvez les JPE sur le site Patrimoine écrit du Ministère de la Culture et de la Communication et l’édition 2013 avec le billet Retour sur les Journées du Patrimoine Écrit 2013.

  1. Office central de lutte contre le trafic de biens culturels []
  2. TREIMA (Thésaurus de Recherche Electronique et d’Imagerie en Matière Artistique) est accessible à tous après inscription via la base de données d’INTERPOL  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *