BaTyR : sur les traces des graveurs de la Renaissance

Le projet BaTyR (Base de Typographie de la Renaissance) vise à regrouper des données relatives aux matériels employés dans les ateliers d’imprimeurs à la Renaissance (voir la présentation du projet parue dans le Bulletin des Bibliothèques de France). Une trentaine de volontaires expérimentent actuellement la version beta du site internet, désormais opérationnelle. Pendant ce temps, nous poursuivons l’extraction des ornements, corrigeons les erreurs éventuelles, améliorons l’interface. Nous espérons pouvoir rendre publique une première version de BaTyR courant mai 2014.

Les travaux d’indexation comprennent le relevé systématique des initiales et monogrammes figurant à l’intérieur des ornements. Ils permettent la plupart du temps d’identifier des bois gravés à l’intention d’un imprimeur ou d’un libraire. Si de telles marques d’appartenance sont courantes, beaucoup plus rares sont les signatures de dessinateurs ou graveurs ayant contribué à la réalisation des bois. Certains artistes particulièrement célèbres, tel le bâlois Urs Graf, intègrent leur monogramme à l’intérieur de compositions complexes et élégantes (fig. 1). Les historiens d’art n’ont pas manqué de repérer ces signatures particulièrement illustres.

b372615206_2119_0321_image_01Fig. 1. Batyr n° 27436 : pied d’encadrement au chiffre d’Urs Graf, utilisé à Paris par Conrad Resch et Pierre Vidoue.

Mais tous les graveurs ne sont pas, loin s’en faut, des artistes aussi accomplis et réputés qu’Urs Graf. L’identité de la plupart des artisans échappe donc à l’enquête historique. A l’occasion, des études ponctuelles, portant sur les matériels d’un imprimeur particulier, permettent cependant d’identifier la signature spécifique d’un graveur anonyme. Ainsi, en 1938, Alfred Cartier  put-il révéler au public l’existence d’un mystérieux « maitre au lambda » œuvrant pour le compte de l’imprimeur lyonnais Jean de Tournes. Son identité nous reste inconnue, mais son monogramme est clairement identifiable, ce graveur signant ses compositions d’un cœur noir au centre duquel s’inscrit en blanc la lettre grecque λ (fig. 2).

bmp_b3849_0120_lettrine_02Fig. 2. BaTyR n° 22018: lettrine du matériel de Jean de Tournes, signé du monogramme du maitre au lambda.

Le repérage des marques de graveurs s’inscrit pleinement dans les objectifs de BaTyR. Il est l’occasion de réaliser d’heureuses découvertes, et nous pouvons d’ores et déjà présenter deux signatures qui nous semblent avoir échappé, jusque à présent, aux travaux des historiens du livre.

 

Le maître au R. (ou L. R.)

Nous rencontrons ainsi, dans une édition de L’histoire de la decadence de l’empire grec de Laonicus Chalcondylas, publiée à Paris chez la veuve d’Abel L’Angelier en 1620 (et dont l’imprimeur est inconnu : Fac-similé BVH n°539), deux jeux de lettrines mesurant respectivement 15 × 15 et 30 × 30 mm, présentant des caractéristiques graphiques communes : les lettres sont figurées en blanc, avec une légère ombre sur le côté droit. L’ornementation, mêlant des motifs historiés ou végétaux, s’inscrit sur un fond blanc, sans encadrement particulier. Les  L de ces jeux de lettrines sont tous deux signés d’un discret petit R. Il est dès lors tentant d’en attribuer la réalisation à un graveur dont les initiales seraient L. R. mais dont l’identité reste à découvrir.

 b372615206_4027_1790_lettrine_03  b372615206_4027_1900_lettrine_02

Fig. 3, a et b. BaTyR nos 14264 et 14319 : lettrine signées du maître au R.

Le maître à l’étoile

Nous rencontrons par ailleurs à Lyon, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, deux bandeaux typographiques portant un autre monogramme, constitué d’une étoile noire surmontant deux C adossés. Le premier de ces bandeaux (Batyr n° 827) a pu être repéré sous les presses de l’imprimeur Jacques du Creux, dans une édition des Hiéroglyphiques de Pierio Valeriano publiée en 1615 (fig. 4, extraite du Fac-similé BVH n°257)

b372615206_4901_0855_bandeau_01Fig. 4. BaTyR no 827 : bandeau signé (à gauche) du monogramme du maître à l’étoile. Ci dessous : détail de la signature : 

b372615206_4901_0855_bandeau_01_zoom

Le second de ces bandeaux (Batyr n° 28765) se rencontre dans une édition des Pandectes de Le Caron publiée à Lyon par Jean Veyrat en 1597 (fig. 5, extraite du Fac-similé BVH n°748). Sur cet ornement, la signature du maître à l’étoile voisine avec les initiales (P. R.) d’un imprimeur non identifié, sans doute propriétaire du bois.

b372615206_12751_0005_illustration_01Fig. 4. BaTyR no 28765 : bandeau signé (à droite) du monogramme du maître à l’étoile. Ci dessous : détail de la signature :

b372615206_12751_0005_illustration_01_zoom

BaTyR a donc permis « l’invention » de deux graveurs jusqu’alors inconnus, dont les œuvres sont loin d’avoir toutes été repérées. Naturellement, ces découvertes ne présentent encore qu’un intérêt limité, mais nous espérons que, par le repérage et le signalement de telles marques de graveurs, BaTyR fournira des données utiles aux chercheurs désireux d’écrire l’histoire de la gravure dans la Renaissance française.


3 réflexions au sujet de « BaTyR : sur les traces des graveurs de la Renaissance »

  1. je viens de lire d’Alfred Cartier, la Bibliographie des Editions DE TOURNES – édtions BNF., et j’ai lu que le graveur toujours cité était Bernard Salomon, dit Petit laurent ou petit Bernard.
    Pour les lettrines, peut-être viennent-elles d’Etienne Dolet ou de Granjon ?
    Cordialement
    R. Brossat

    • Cher Monsieur,
      Merci pour votre remarque. Effectivement, Bernard Salomon est bien le peintre à l’origine d’un grand nombre d’ornements réalisés pour Jean de Tournes. Comme graveur, il a aussi pu en réaliser un certain nombre. La Base de Typographie de la Renaissance, qui recense les graveurs identifiés, n’a pas encore fait une place aux peintres et dessinateurs qui sont à l’origine du motif de certains bois. Mais leur intégration est à l’étude.

  2. Ping : Un bandeau gravé sur bois signé H dans un livre ancien | BiblioMab : le monde autour des livres anciens et des bibliothèques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *