Avancement de l’édition numérique EB-88 – Projet ANR MONLOE

Avancée des travaux

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 306. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

Bibliothèque de Bordeaux, S 1238 Rés.coffre, « De Democritus & Heraclitus » f. 306. Numérisation P. Desan, U. de Chicago.

La transcription et l’encodage des parties manuscrites de l’Exemplaire de Bordeaux (EB) ont été commencés début 2013, dans le cadre du projet ANR « Montaigne à l’oeuvre », par Élise Gauthier qui a traité entièrement le Livre I ainsi que les deux tiers des notes marginales du livre II. La relecture de l’encodage XML-TEI du livre I est en cours.
Le travail a été repris en novembre 2014 par Mathieu Duboc. A la fin de cette année, la transcription et l’encodage des notes marginales du livre II sont terminés et ceux du livre III commencés. Il reste toutefois les insertions interlignes du livre II à terminer.
Parallèlement, la relecture, par un prestataire, de la transcription de la partie imprimée des trois livres, a débuté en septembre 2014. Le livre I est, pour l’heure, entièrement traité et la relecture du livre II est en cours.

Lire la suite

Epistemon : Corpus de 50 textes encodés en XML-TEI

Corpus de textes transcrits et encodés

Pour rappel, Epistemon est un corpus de 50 textes en XML-TEI, disponibles à la consultation et au téléchargement depuis le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes.

Accès au corpus Epistemon

Accès au corpus Epistemon.

Chaque année, nous nous efforçons d’enrichir ce corpus de nouveaux textes. C’est ainsi qu’en 2014, nos lecteurs ont pu découvrir trois publications :

  • Anonyme, Les grandes et inestimables croniques : du grant et enorme geant Gargantua, Lyon, 1532
  • Rabelais, Pantagruéline prognostication pour l’an 1533, Lyon, 1533
  • Rabelais, L’île sonnante, 1562 Lire la suite

Mise en ligne de la Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR)

Après plusieurs années de réflexion et de développement, la version bêta de la Base de Typographie de la Renaissance (BaTyR) est désormais accessible sur le site des BVH. Elle a été présentée au public le 28 novembre 2014, à l’occasion du colloque Design graphique : les formes de l’histoire, organisé par André Baldinger, Catherine de Smet et Philippe Millot au Centre Georges Pompidou et à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad).

BaTyR remplace les bases de lettrines et de marques typographiques jusqu’alors disponibles, dont le contenu a été intégralement reversé dans le nouvel outil. Accueillant un corpus beaucoup plus large, comptant non seulement les lettres ornées et les marques, mais également les bandeaux, fleurons et autres ornements gravés sur bois ou sur métal, la base offre des fonctionnalités spécifiques.

"Gare au gorille"

« Gare au gorille », dans le matériel de Michel de Vascosan (BaTyR n° 19036)

Lire la suite

Constituer et animer la bibliothèque rabelaisienne : 2014 en bref

1/ État des lieux : corpus Rabelais

Crédits : Amis de Rabelais et de la Devinière / BVH

Crédits : Amis de Rabelais et de la Devinière / BVH

Nous clôturerons cette année le projet Rablissime – associé à l’Equipex Biblissima – qui propose de reconstituer la bibliothèque de Rabelais, ses œuvres, sources et lectures probables en rassemblant les principales éditions et manuscrits dans leurs transcriptions originales et modernisées.

Le traitement du cœur du corpus rabelaisien est presque achevé pour la partie imprimée des œuvres attestées. Les travaux se concentrent dorénavant sur le sous-corpus manuscrit et parallèlement sur le sous-corpus des sources et lectures probables imprimées. Lire la suite

Rencontre autour de « Rabelais assassiné » – 14 janvier 2015, CESR, Tours

rabelaisestcharlieRencontre autour de « Rabelais assassiné »
Université François-Rabelais, Tours
Centre d’études supérieures de la Renaissance

Mercredi 14 janvier 2015, 17h, Salle Rapin

Rabelais n’a pas été brûlé pour ses blasphèmes, mais il l’a sans doute échappé belle. Plagiaire par anticipation de Charlie Hebdo, il avait déjà épinglé ses cibles (la Sorbonne intégriste, la Rome corrompue, et les calvinistes qui l’avaient accusé d’être libertin) à l’aide d’une satire plus ou moins féroce ou subtile, parfois à coups de blagues scatologiques (les étrons fumants), obscènes (lisez ou relisez le conte du laboureur, du diable et de la vieille, dans le Quart Livre de Pantagruel), et aussi peu féministes qu’un dessin de Wolinski. Accusateur des dévots brutaux qui envoient au bûcher ou à la corde tous ceux qu’ils déclarent « hérétiques », et défenseur de ceux qui ont « fait la figue » au pape ou à ses papimanes, il a déjà dessiné plus d’un doigt ou un bras d’honneur bien Charlie aux tueurs se réclamant d’une religion qu’ils ignorent.

Je commente les romans de Rabelais depuis quarante ans : à l’université « François Rabelais » de Tours nous étudions les blasphèmes dans la fiction, en peinture ou en mots. Nous n’avons pas l’intention d’arrêter.

Marie-Luce Demonet
Professeur de littérature française de la Renaissance, Membre de l’Institut Universitaire de France,
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, UMR 7323 du CNRS, Université François-Rabelais, Tours