Retour sur les Journées du Patrimoine Écrit 2013

Les 13 et 14 juin derniers ont vu se dérouler la session 2013 des « Journées du Patrimoine Écrit », organisées chaque année en région par le Service du livre et de la lecture, en partenariat avec les collectivités territoriales. Pour cette session, l’ARL Haute-Normandie et la Ville du Havre ont réuni différents spécialistes du patrimoine écrit autour du thème : « Statut et gestion des collections patrimoniales ». Une grande partie des interventions a été consacrée à la définition même du terme « patrimonial ». Il apparaît évident aujourd’hui que document ancien, rare ou précieux n’est plus une définition suffisante ni même appropriée aux objets divers et variés conservés dans les « réserves » et autres « fonds patrimoniaux ».

Par « ancien », on entend communément « édité avant 1815 ». Certains documents, qui ont donc aujourd’hui près de 200 ans, se retrouvent classés parmi les « collections courantes » des bibliothèques sans bénéficier en rien des protections et clauses spéciales de conservation et de valorisation offertes par la mise en « fonds patrimoniaux ». De même, les intervenants ont souligné au cours des débats combien certains documents très anciens pouvaient être très faciles d’accès quand d’autres, publiés tout récemment (les documents électroniques par exemple),  étaient d’une grande rareté. Enfin, le terme même de « précieux » est sujet à multiples interprétations : s’agit-il de la valeur vénale, de la valeur historique, culturelle, intellectuelle ? Autant de termes qui doivent être aujourd’hui redéfinis pour une meilleure appréhension des collections, et par là-même une conservation appropriée et une valorisation facilitée.

Au travers d’exemples choisis parmi les projets et actions menés dans les bibliothèques des intervenants, et notamment dans la très active région normande, on a vu peu à peu se former une définition plus claire de ce qu’est un fonds patrimonial. Comme toute collection, il est l’objet d’une politique documentaire : on parlera donc autant de son accroissement que de la limitation de son expansion, voire même d’actions de désherbage à son encontre. La Charte de la conservation en bibliothèque a été présentée par son auteur et soumise aux questions des participants. Conçue comme un « guide de bonnes pratiques », elle ne se veut pas contraignante : elle doit au contraire être vue comme un outil de travail qui permette une meilleure gestion des fonds au quotidien et une base solide pour défendre des collections et des projets auprès de tutelles parfois peu sensibilisées à la question patrimoniale. Enfin, le volet « valorisation » n’a été en rien oublié, avec la présentation de divers projets qui montrent comment on peut faire sortir les documents patrimoniaux des armoires où ils sont confinés, à la fois reliques sacrées et objets mystérieux auxquels les professionnels ne se frottent parfois qu’avec beaucoup d’appréhension.

Pour en savoir plus :

Les JPE sur le site du Ministère de la Culture et de la Communication :

http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/JPE.html

Le site des Journée du Patrimoine Écrit 2013 :

http://www.arl-haute-normandie.fr/actualite-journees-du-patrimoine-ecrit-2013-96.html

La Charte de la conservation dans les bibliothèques :

http://www.patrimoineecrit.culture.gouv.fr/ConsRest/Charte_de_la_conservation_v22.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *