Montaigne : son entourage, la recherche des autographes, la question des encres

Extrait du bilan à mi-parcours de l’ANR « Montaigne à l’Oeuvre », 30 septembre 2014.Travaux poursuivis par l’IRHT, section de l’humanisme, dans le cadre de l’ANR « Montaigne à l’œuvre » (MONLOE).

Le travail mené à l’IRHT devait explorer quatre axes différents dont voici le détail :

  1. Le milieu de Montaigne
  2. Recherche des autographes
  3. La question des encres
  4. Montaigne, sauf Montaigne

1er volet : le milieu de Montaigne

L’objectif est de reconstituer le milieu intellectuel autour de Montaigne, de reconstituer l’entourage de Montaigne, notamment dans le milieu parlementaire.

Cette reconstitution prosopographique passait par des dépouillements systématiques dans le fonds du parlement de Bordeaux ainsi que dans les archives notariés (série 3E). 95% du fonds est à ce jour dépouillé. Les données prosopographiques sont entrées dans la base BUDE.

D’autres dépouillements ont été conduits dans les fonds G et H des archives départementales de la Gironde (AD33). Ces recherches sont en cours d’achèvement.

La reconstitution du milieu intellectuel autour de Montaigne comporte deux parties. La première cherchait à dépouiller les archives notariés aux AD33 pour y relever les inventaires de bibliothèques ou les mentions de livres à une époque contemporaine de celle de Montaigne. Ce travail a permis de retrouver une dizaine d’inventaires. La seconde partie suppose le pointage systématique des personnages cités dans les Essais ou dans la bibliographie secondaire. Il est largement en cours.

2e volet : recherche des autographes

L’objectif est de repérer des échantillons de l’écriture personnelle des contemporains de Montaigne. Pour cela, des dépouillements systématiques ont été faits dans les arrêts du Parlement de Bordeaux, aux archives municipales et à la bibliothèque municipale dans le fonds des manuscrits.

À partir des noms relevés dans les différents fonds d’archives, nous pointons systématiquement les occurrences de manuscrits en utilisant diverses bases de données catalographiques : archives et manuscrits de la BnF, Iter Italicum etc. ou bibliographiques. Les données sont entrées dans la base BUDE et reliées à la fois au personnage considéré et à l’image de sa main.

Parallèlement, un ingénieur informaticien a été recruté pour développer un logiciel de comparaison des images de mains à partir de briques logicielles conçues dans des programmes de recherche précédents. Le logiciel est en phase de test. La banque de données iconographiques comporte aujourd’hui environ 5000 images. Il en existe d’autres, pour lesquelles les négociations sont en cours pour l’utilisation des images.

3e volet : la question des encres

Une expérimentation menée avec  l’IRAMAT, l’Institut de recherche sur les Archéomatériaux d’Orléans, nous a permis de mettre en place un protocole d’analyse des encres avec des procédés non invasifs respectant intégralement les contraintes de conservation des documents anciens. Testé sur les livres de la bibliothèque de Rabelais, ce procédé a donné des résultats si encourageants qu’il nous a semblé utile d’étendre l’exploration à la bibliothèque de Montaigne.  Ce travail doit permettre de répondre à deux questions principales : peut-on, à partir de l’analyse des encres, distinguer des périodes de marquage des livres de la bibliothèque de Montaigne ? Si elle était vérifiée, cette hypothèse introduirait dans l’histoire de la « librairie » une chronologie relative dans l’achat des livres et l’organisation de la collection. La seconde question est d’une importance encore plus grande : appliquée à l’exemplaire de Bordeaux, la méthode d’analyse des encres développée par Patricia Roger-Puyo permettrait d’affiner la genèse des Essais en installant une typologie des annotations fondée sur la différenciation des encres. Ce travail est en cours. Les premiers résultats seront connus en décembre.

4e volet : Montaigne, sauf Montaigne

L’IRHT s’est aussi intéressé à un exemplaire d’une œuvre connue de Montaigne et utilisée par lui, bien connu des spécialistes de la Renaissance quoique sur le mode de la controverse. Il existe à la bibliothèque de Toulouse un exemplaire des Apophthegmata de Conrad Lycosthènes, massivement annoté par une main que l’ancien propriétaire de cet exemplaire voulait être celle de Montaigne. Il est clair aujourd’hui que ce n’est pas le cas, mais il nous a semblé intéressant dans le cadre de ce programme de conduire plusieurs vérifications :

  1. Relecture de l’ex-libris à demi-effacé sur la première garde
  2. Relecture des inscriptions de la deuxième garde
  3. Analyse des encres pour mettre en évidence le nombre de mains et d’éventuelles strates d’annotations

Cette phase du travail est en cours. Parallèlement, nous cherchons à vérifier, en croisant des informations provenant de l’histoire des bibliothèques en Aquitaine, des données prosopographiques concernant les milieux érudits en Aquitaine de trouver d’autres traces de la collection d’où ce livre pourrait provenir.

Nous avions aussi l’hypothèse que les annotations de cet exemplaire pouvaient provenir de milieux proches de l’auteur du livre, et particulièrement des milieux liés aux médecins bâlois (Conrad Lycosthènes vit et travaille dans l’entourage des Zwinger qui sont des médecins bâlois bien connus) et aux imprimeurs. Des vérifications systématiques à la bibliothèque universitaire de Bâle pour retrouver dans les correspondances passives des mains ressemblant à celle de l’annotateur de l’exemplaire de Toulouse ont échoué : l’auteur n’était pas en correspondance avec Theodor Zwinger ou Joannes Oporinus. Cette hypothèse s’étant révélée fausse, nous avons donc réorienté le travail pour explorer une piste plus locale concernant les bibliothèques du Sud-ouest de la France.

Marie-Elisabeth Boutroue, IRHT, section de l’humanisme

Projet ANR « MONLOE » : MONtaigne à L’œuvre (Programme CORPUS 2012 ANR-12-CORP-0003-01)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *